Le flux instinctif libre, késako ?

Le flux instinctif libre, késako ?

Pour celleux qui ne connaissent pas ce terme, on va parler des règles. Messieurs ne fuyez pas, vous pourriez enrichir votre culture générale ! Il est grand temps de lever les tabous sur ce sujet qui est complètement naturel 🙂

Le flux instinctif libre, c’est quoi ?

Le flux instinctif libre, ou FIL pour les intimes et free flow si vous voulez vous la jouer bilingue, est une méthode de gestion du flux menstruel qui consiste à se passer de protections hygiéniques et, comme son nom l’indique, laisser son flux couler librement.

Bien évidemment, l’idée n’est pas de se vider de son sang la journée durant ! La méthode repose sur la capacité des femmes à ressentir l’arrivée du flux et à l’évacuer aux toilettes.

Ça paraît étonnant, et pourtant ! En réalité lorsqu’une femme a ses règles, il y a deux choses à savoir :

  1. La quantité de sang perdue lors des règles varie de 50ml à 150ml grand max, en moyenne 80ml.
  2. Le sang ne coule pas de manière régulière

Par conséquent, l’idée qu’on va saigner et se tâcher toute la journée est erronée. On a cette idée notamment par l’usage de serviettes hygiéniques, qui donnent l’impression d’avoir un flux continu, or ce n’est pas le cas.

Une femme, si elle en prend le temps, peu tout à fait ressentir l’arrivée du flux et le retenir le temps d’aller aux toilettes, comme elle le fait pour faire pipi en fait. C’est le périnée qui, contracté, va retenir le sang comme l’urine.

Pourquoi se mettre au flux instinctif libre ?

Les intérêts du free flow sont multiples ! La méthode permet en premier lieu de se passer de protections hygiéniques et donc :

  • D’éviter tout produit toxique / chimique en contact avec la peau et les muqueuses
  • Faire des économies incroyables !
  • Réduire ses déchets, si on utilisait des protections jetables
  • Ne plus se préoccuper d’avoir une protection dans son sac, un lieu pour en changer, un point d’eau pour nettoyer sa cup.

Et en plus de tout ça, ce que j’aime particulièrement avec le FIL c’est qu’il permet d’apprendre à connaître son corps :

  • Être plus à l’écoute de son corps, de l’arrivée des règles
  • Comprendre le fonctionnement des règles et lever les tabous vis-à-vis de la perte de sang
  • Avoir une sensation de liberté
  • Réduire un peu son rythme pour permettre au corps de gérer cette phase (voir mon article sur Lune Rouge et les cycles féminins)

coucher de soleil El Nido

Le FIL, comment ça marche ?

La première règle, c’est de se lancer ! Il n’y a pas de technique particulière pour apprendre le FIL, car cela va dépendre de chacune et des conditions dans lesquelles on se met.

Pour débuter dans la pratique, il faut déjà choisir le cycle au cours duquel on va essayer. Le conseil répandu est de choisir un cycle qui commence à un moment où on peut rester chez soi, pour être au calme, tranquille et rassurée d’avoir accès à des toilettes.

Ensuite, faire le choix conscient de ne pas mettre de protection du tout ! Pas de serviette ni de papier toilette. Pourquoi ? Parce que si on en met, notre esprit sait qu’il y a une protection en cas de fuite et on sera moins alerte. Donc on se lance à 100%. On va petit à petit sentir quand le sang arrive et aller aux toilettes. Cette phase de prise en main peut-être plus ou moins longue selon les femmes. Certaines y arrivent dès le premier cycle, d’autres vont avoir besoin d’un peu de temps.

Un point important : c’est normal d’avoir quelques fuites et il ne faut pas se décourager ! C’est en acceptant les fuites qu’on réalise plus précisément notre rythme et la fréquence à laquelle on a besoin de relâcher le sang.

Si on est au calme et qu’on commence à maîtriser, on peut se lancer de petits challenges, comme sortir faire des courses, une ballade, avec l’assurance d’être proche de chez soi en cas « d’accident ».

Au fur et à mesure, on se rend compte qu’on peut vivre tout à fait normalement, voire faire du sport (si vous aimez faire du sport pendant vos règles – personnellement j’aime laisser mon corps tranquille à ce moment, du moins le premier jour).

Mentawai Indonésie

Mon expérience avec le FIL

C’est le moment où je raconte ma vie 🙂

De mon côté, je m’y suis mise par la force des choses. En fait je commençais, il y a plus de 4 ans, à voir circuler des articles sur le free flow. Je me disais que c’était une méthode farfelue que je n’arriverai jamais à pratiquer, mais que j’étais curieuse d’essayer.

A l’époque, j’utilisais une coupe menstruelle, j’étais en Amérique latine et je m’en portais très bien. Sauf qu’un jour, j’ai eu une infection au niveau des parties génitales le premier jour de mes règles, dont je vous passerai les détails. Physiquement et psychologiquement, il m’était impossible et inconcevable d’insérer ma cup. Je me suis sentie complètement démunie et je me suis souvenue du FIL : c’était le moment d’essayer.

Je suis restée tranquille ce jour là, j’allais aux toilettes toutes les 15 minutes pour vérifier et constatais, effectivement, que le flux n’était pas constant. Dès le deuxième jour j’étais plus à l’aise et j’ai continué mon cycle de cette façon, au calme car je ne pouvais rien faire d’autre.

Le cycle suivant, j’étais de retour en France, et « par mégarde », dans les mouvements entre chez ma mère et mon appartement, j’ai oublié d’emporter ma cup. J’étais donc de nouveau obligée de m’y remettre. Le premier jour de mes règles, j’avais une visite de Paris prévue. Autant dire que j’avais un grand challenge devant moi. Résultat ? Aucun problème. Je suis restée jusque 4h sans aller aux toilettes (sans avoir non plus à forcer sur mon périnée, je précise).

Au bout du deuxième cycle, j’étais convaincue. Plus que ça, je sentais ne plus vouloir insérer une cup et la garder pendant des heures. C’est incroyable comme en l’espace de 2 mois, une protection que je trouvais révolutionnaire ne résonnait absolument plus.

Le Flux instinctif libre dans la durée

Cela fait 4 ans maintenant que je pratique le FIL. Il m’arrive, surtout lorsque je suis distraite, d’avoir quelques loupés. J’ai testé les culottes menstruelles (les marques FEMPO et Plim pour l’instant – je vous en parle en détail bientôt !) pour avoir le confort d’esprit de ne pas me tâcher en cas de pépin. Ce qui ne m’empêche pas de rester dans l’état d’esprit d’être sans protection, car la culotte est hyper confortable et la protection se sent à peine.

Code promo Fempo

Aussi, je n’ai jamais aimé les serviettes hygiéniques et la sensation d’être mouillée donc même avec une culotte, mon objectif est de continuer de pratiquer le FIL.

C’est également parce que j’ai constaté que mon flux s’est réduit avec la pratique du FIL. Il est important le premier jour, avec les douleurs qui vont avec, et beaucoup moindre les jours suivants. Les jours 3 et 4 sont plus du spotting (quelques gouttes par-ci par-là), et il m’est plus difficile de ressentir à ce moment.

Certaines diront que je triche, mais moi ça me convient très bien comme ça ^^. Je reste libre et confortable, et je me reconnecte d’autant plus à mes cycles. Ayant arrêté la pilule il y a 5 ans et pratiquant la symptothermie, le FIL semble logique et me permets de comprendre de mieux en mieux mon corps.

Plongée Philippines

Questions / réponses sur le FIL

Pour terminer, voici quelques réponses à des questions fréquentes :

J’ai un flux menstruel abondant, est-ce que je peux pratiquer le FIL ?

Oui, le FIL est adapté à toutes, quelque soit le flux. Personnellement, je n’ai jamais eu un flux très abondant, donc je ne serai pas la meilleure placée pour vous conseiller, mais de ce que j’ai lu cela ne pose pas de problème, bien au contraire. En tout cas, moi j’ai vu mon flux réduire depuis que je pratique le FIL.

Est-ce que je vais me tâcher ?

C’est possible, surtout au début. D’où l’intérêt, si vous êtes stressée à cette idée, de débuter chez vous. Mais après, plus de tâches ! On sent vraiment l’arrivée et on se vide. Il est possible d’avoir quelques traces, c’est propre à chacune. Quoi qu’il en soit, il est important de ne pas mettre de protection dès le début, pour rester alerte et faire comprendre à votre corps que vous souhaitez prendre conscience de quand il est nécessaire d’aller aux toilettes.

Est-ce que c’est dangereux ?

On peut entendre certains médecins dire que cela peut conduire à des infections car le sang va stagner dans le vagin. Sincèrement, si c’était le cas, alors ce serait encore pire pour l’usage des tampons et la coupe menstruelle. De la même façon, on va « se vider » régulièrement, à chaque fois qu’on fait pipi, donc vraiment, ce n’est pas un problème.

Comment on fait la nuit ?

Personnellement, je constate que la nuit, étant en position allongée, la gravité fait que je n’ai aucun écoulement. Je pense aussi que la pratique du FIL fait comprendre à notre cerveau que, comme pour les envies de pipi, ça attendra le matin. Et dès que je vais aux toilettes au réveil, ça s’évacue. C’est vraiment magique !

Est-ce que c’est sale ?

Je termine avec cette idée reçue que le sang menstruel est sale. Déjà avec la démocratisation de la coupe menstruelle, on entendait des commentaires disant que c’était dégoutant de voir son sang et de devoir y mettre les doigts. C’est notre corps bordel ! Ce n’est que du sang ! En plus, l’avantage, c’est que vous n’avez pas besoin de vous toucher avec le FIL, juste laisser couler. Vous verrez, c’est fascinant !

D’ailleurs, ce sont les protections où le sang macère, surtout les serviettes conventionnelles avec du plastique, qui créent des mauvaises odeurs. Avec le FIL, rien de tout ça.

Un autre article sur le flux instinctif sur le blog Echos Verts.

***

Et toi, que penses-tu du flux instinctif libre ?

Pinterest-flux instinctif libre

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Cet article a 2 commentaires

  1. Je ne sais pas comment font les femmes qui ont un flux important, parce que pour ma part, c’est no way ! Je ne compte plus le nombre de matins où ma salle de bain et moi, on semble tout droit sorties d’un film d’horreur 🙂
    On a beau me répéter “si si, tu vas voir, tu peux retenir le sang”, je suis désolée, mais non, je peux pas. Mais c’est tout à fait possible que ce soit lié au fait que je prenne des anticoagulants ! Il me semble que je saignais nettement moins, avant.

    En tout cas, je trouve ça chouette que le FIL se démocratise, parce que ça permet aux femmes de reprendre possession d’elles-mêmes (ce qui n’empêche pas que je fasse partie de ces gens qui s’évanouissent à la moindre goutte de sang, c’est pourquoi l’idée d’utiliser une cup m’a toujours fait horreur. Ça, plus l’idée d’insérer quoi que ce soit d’artificiel à l’intérieur de moi ;))

  2. J’ai eu exactement le meme ressenti que toi vis à vis de la cup aprés quelques mois de flux instinctif: mais comment un truc qui me paraissait révolutionnaire me semble d’un coup ne plus du tout me convenir! Le temps passant, je réutilise ma cup dans les situations ou j’ai vraiment envie de me couper de mon corps (long voyage en avion ou longue réunion ou je dois etre 100% concentrée).
    Par contre, je crois que je suis la seule personne que je connaisse à etre passée au FIL avec une protection toujours présente: j’ai de mini-protections lavables que je mets toujours, ca ne m’a pas du tout génée dans mon processus. Et je trouve ca mieux de ne pas avoir de taches dans mes jolies culottes (parce que jai toujours une petite tache à la fin de la journée).
    Je te rejoins totalement sur la magie du FIL, je suis chaque mois pus impressionnée par les capacités de mon corps!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu