5 conseils pour un mode de vie plus écolo

Mode de vie durable

La nouvelle est tombée, Nico a démissionné. Au delà de l’élan médiatique que cela a entraîné, à mon sens il y a une chose à retenir : la crise écologique nous pend au nez, nous avons toutes les informations pour en prendre conscience, mais cela reste au dessous de la pile des priorités politiques. Ce qu’il faut comprendre, c’est que tout changement commence par soi. On ne peut pas attendre que les autres changent à notre place, si nous mêmes on est pas prêts à changer ses habitudes.
D’où cet article, pour vous donner 5 clés pour vous permettre d’être vous aussi, acteur du changement que vous voulez voir et adopter un mode de vie durable !

Je ne vais pas vous rédiger des dizaines de lignes sur les urgences écologiques de notre époque, chiffres à la clé, cela mettrait une ambiance un peu sombre et mon article se veut résolument positif.

Voici donc tout de suite et sans transition, mes 5 conseils pour adopter un mode de vie durable.

 

1. Prenez conscience des enjeux et de votre pouvoir.

Qu’on se le dise, il y a une multitude de problématiques écologiques. D’ailleurs, bien souvent, l’ampleur des dégâts nous décourage d’emblée à agir : « mais à moi tout seul je ne vais rien changer !»
Changez d’état d’esprit ! Si chacun change quelque chose, cela pèse dans la balance. Chaque action a son impact.

Lorsque j’ai commencé mon cheminement il y a 6 ans, on n’entendait pas parler de zéro déchet, véganisme, marques éco-responsables, éco-conception etc. Le militant écologique était épinglé de hippie marginal et l’image qu’on en avait ne donnait pas envie de s’engager. Aujourd’hui, je remarque à quel point le mouvement a pris de l’ampleur – même si c’est encore trop peu.

Le fait que de grandes marques se servent de l’écologie comme appât marketing en est la preuve. Bien que ce soit souvent du greenwashing, ça montre que c’est un sujet que les consommateurs prennent de plus en plus souvent en compte.

De plus, ce qu’il faut bien comprendre c’est que la plupart des problématiques sont liées les unes aux autres : changement climatique, agriculture intensive, déforestation, pollution de l’air, énergies fossiles, mode, cosmétiques, alimentation, maladies chroniques, exploitation animale (et humaine hein.), acidification des océans, déchets… tout est interconnecté.
Comprenez enfin qu’au delà de parler de « sauver la planète », il s’agit plutôt de « sauver l’espèce humaine ».

Quoi ça y est, je vous ai plombé le moral ? Restez, je vous promets : l’instant bad trip, c’est fini 😉 Faut juste être réaliste et accepter qu’il y a un problème à résoudre. Maintenant, on va agir !

Matelkova_statue

Articles associés :
Sur l’éco-conception
Sur l’agriculture

 

2. Commencez quelque part.

Je pense que le mieux est de choisir une première action sur un pan de votre mode de vie / consommation pour agir à votre échelle, plutôt que de vous éparpiller à vouloir agir sur tout, tout de suite : c’est le meilleur moyen de vous sentir impuissant et de vous décourager !
Ne doutez pas que dès que vous allez prendre le pli d’une nouvelle habitude, vous allez pouvoir passer au niveau suivant et ajouter une autre action.

Voyez-le comme ceci :  toute consommation que vous faites est une occasion d’agir, de voter pour le modèle que vous souhaitez. Le champ des possibles est donc immense !

Basez votre choix sur soit quelque chose de facile à mettre en place pour vous, soit sur un sujet qui vous révolte tellement que ça vous pousse à être prêt à faire un changement drastique.

Mon retour d’expérience : moi ça a commencé avec l’alimentation. Je suis passée de full carnivore à flexitarienne en quelques jours, avant de passer quasi végétarienne et de m’attaquer ensuite aux déchets, aux cosmétiques, à la mode…

Pour vous aider, voici des idées d’actions à envisager (liste non exhaustive, cela va sans dire !).

1x1.trans - 5 conseils pour un mode de vie plus écolo

1x1.trans - 5 conseils pour un mode de vie plus écolo

Bon bref, la liste est longue, vous voyez ! Vous avez le choix ! Comment ça vous ne pouvez rien faire à votre échelle ?

Articles associés :
Garde robe
Alimentation
Voyage responsable
Zéro déchet
Cosmétiques
Produits d’entretien

 

3. Prenez de nouveaux repères.

Ce qui est parfois compliqué, c’est que les endroits que l’on fréquente ne proposent pas les alternatives recherchées, ou bien on a pas toutes les informations, les bons outils. Ça peut parfois coincer.

Pour vous faciliter la vie, je vous recommande de repérer à l’avance les endroits où faire vos courses, les marques que vous pouvez choisir de privilégier, celles que vous souhaitez boycotter « no matter what », les ingrédients que vous ne souhaitez plus consommer, les bonnes pratiques que vous souhaitez tester en prenant exemple sur d’autres qui l’ont fait avant vous (notamment par le biais de livres ou blogs engagés sur la thématique choisie), des applications web qui peuvent vous appuyer.

Mettez vous dans de bonnes conditions pour vous encourager !

Pour vous donner un coup de pouce, ci-dessous quelques référentiels tous prêts auxquels vous pouvez vous référer. En plus de cela, je vous recommande l’application mobile Yuka, très pratique pour décrypter les ingrédients quand vous faites vos courses. Ou encore le site I-boycott pour identifier les marques à éviter et pourquoi. C’est important de décider de ne plus soutenir les pratiques d’une marque qui ne répond pas à vos valeurs.
(Pour ma part, je boycotte notamment Coca Cola, Nestlé, Ferrero (et les marques qui leur appartiennent – Innocent : paix à ton âme <3) ).

Articles associés :
Marques de cosmétiques
Marques de mode
Matériel zéro déchet
Applications mobiles anti-gaspi

 

4. Soyez indulgent avec vous-même.

Sachez que tout ne se fera pas en un jour, et que vous aurez parfois des moments de frustrations, vous ferez des écarts : vous ne serez pas exemplaire. Vous savez quoi : moi non plus !

Soyez déjà engagé et sincère dans votre démarche et le reste suivra ! Votre action inspirera votre entourage, et cela vous confortera dans votre action.

 

5. Entourez-vous, soutenez une asso !

Le petit plus, pour faire avancer les lignes, est de choisir une (ou plusieurs) associations dans votre thème et de la soutenir. Les associations se chargent de sensibiliser le grand public, de militer, de faire de la recherche, de faire des actions de lobbying auprès des politiques, bref : de donner du poids dans la balance.

Vous pouvez choisir d’en soutenir financièrement ou bien de les aider bénévolement sur une action, de participer à un atelier… tout ça enrichira aussi votre connaissance sur les sujets que vous choisissez de défendre !

Mes associations chouchou :
> Surfrider : Océans et déchets
> Bloom : Océans et pêche
> Envol Vert : Déforestation
> Kalaweit : Déforestation
> Zero Waste France : Déchets
> Générations Cobayes : Perturbateurs endocriniens
> Sea Shepherd : Océans et chasse illégale
> Fermes d’avenir : agriculture
> Mountain Riders : Montagne et déchets

Bon plan : Ces 2 outils permettent de financer facilement des associations sans que vous n’ayez à verser de l’argent :
Prizle : explication détaillée ici et lien dans la side bar du blog.
Lilo : moteur de recherche éco-responsable où vous accumulez des gouttes qui se transforment en dons.

Vous pouvez aussi penser à l’arrondi en caisse chez les commerçants, ou même parler de l’arrondi sur salaire à votre employeur !!

Voilà, j’en ai fini ! J’espère que ça vous aura donné quelques clés pour à votre tour bouger les lignes. Encore une fois : chacun a le choix et n’importe qui peut contribuer. Suffit de le savoir 🙂

***

Et toi, c’est quoi ton action écolo ?

1x1.trans - 5 conseils pour un mode de vie plus écolo

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *