Protections menstruelles saines et écolos

Protections menstruelles saines et écolos

La semaine dernière, je parlais de flux instinctif libre, une méthode de gestion du flux menstruel qui ne nécessite pas de protection. Consciente que toutes ne s’y sont pas mises, j’ai pensé à rédiger un article complémentaire avec les solutions pour gérer ses règles sans nuire à sa santé ou la planète.

Sur le même sujet :

Quid des protections classiques

Pour commencer, pourquoi est-ce important de parler de protections menstruelles alternatives ? Alternatives à quoi ?

Il y a 3 ans, le magazine 60 millions de consommateurs alertait sur la présence de produits toxiques dans les tampons et serviettes hygiéniques classiques :

Produits toxiques dans les protections menstruelles

Voir la composition des marques classiques révélées en 2016.

Alors que l’ANSES recommande d’éliminer la présence de ces substances dans les protections intimes, aujourd’hui, 60 millions de consommateurs refait les tests et constate avec désarroi que peu de choses ont changé. On trouve toujours des produits hautement toxiques dans nos protections intimes.

L’autre problème ? Les protections hygiéniques n’ont pas un statut spécifique comme pour les cosmétiques. Il n’y a pas de seuils réglementaires imposés pour ces produits, pourtant en contact avec les muqueuses.

Alors comment on fait ? On dit bye bye à Tampax, Always, Nana, Vania et autres grandes marques qui se moquent royalement de notre santé et de l’environnement. A la place, on se tourne vers des produits sains et confectionnés avec un peu de conscience et d’humanité.

Les serviettes et tampons en coton biologique

Une alternative simple est de troquer ses serviettes et tampons classiques pour leur équivalent en coton bio, de marques éco-responsables qui n’utilisent pas d’ingrédients toxiques. Elles ont l’avantage d’être plus saines et normalement dénuées de pesticides et autres intrants toxiques.

Je dis « normalement », car dans l’étude de 60 millions de consommateurs, certaines marques bio montraient des traces de glyphosate dans leurs protections.

Point important à noter également au sujet de cette alternative, c’est que l’on reste sur du jetable et sur la nécessité d’en racheter tous les mois. Si on part du principe qu’une femme à ses règles pendant 35 ans à raison de 13 cycles par an, 4 jours de règles et 4 protections par jour, elle utilisera près de 7 500 protections intimes dans sa vie. Jetées. Non recyclables.

De plus, le coton même bio reste une des cultures les plus gourmandes en eau. Donc coton bio, pourquoi pas mais sur du réutilisable c’est 1000 fois mieux !

Enfin, les tampons, en coton bio ou non, peuvent laisser de petits filaments dans le vagin et absorbent la flore bactérienne vaginale tout autant que le sang.

Coût : environ 4 euros la boîte
+ : alternative facile à mettre en place
: génèrent des déchets, non dénués de substances problématiques

Les serviettes lavables

Les serviettes lavables sont généralement fabriquées en coton bio et disponibles en plusieurs formats pour s’adapter aux flux. Il faut compter une dizaine de serviettes pour être tranquille, à adapter en fonction de sa fréquence de changement et lavage.

Cela représente un petit investissement au départ, mais offre la tranquillité d’esprit de ne pas avoir à continuellement acheter des protections, en plus de réduire considérablement les risques pour sa santé, ainsi que ses déchets.

Les serviettes sont dotées de petits boutons pression qui permettent de les replier et ranger dans le sac si on doit en changer en journée.

Elles se lavent ensuite en machine à 30°C, on peut les rincer au préalable avec un détachant à l’eau tiède (attention, l’eau froide va figer le sang et l’eau chaude le cuire).

Coût : entre 15 et 20€ euros la serviette
+ : réduisent les déchets, plus saines, pratiques. Durée de vie de plus de 5 ans
: logistique de lavage qui ne convient pas à tout le monde

Serviettes lavables et cups

Trouvez des serviettes et coupes menstruelles sur Dans Ma Culotte.

Les coupes menstruelles

On ne les présente plus vraiment, si ? C’est la meilleure alternative aux adeptes des tampons, le flux se dépose dans la coupe qu’on vide toutes les 4h à 8h selon l’abondance. Attention à ne pas dépasser 8h pour éviter les risques de choc toxique.

Pour l’entretenir, on la lave à l’eau bouillante le premier jour des règles pour la stériliser, et on la rince bien lorsque qu’on la vide et la réinsère.

Le seul inconvénient est qu’il faut avoir un point d’eau ou une petite bouteille avec soi pour la rincer lorsqu’on n’est pas chez soi.

Coût : environ 30€
+ : réduisent les déchets, plus saines, pratiques, faible investissement, idéal pour le voyage. Durée de vie de 5 ans
: avoir un point d’eau pour la rincer. Se jette en fin de vie.

Les culottes menstruelles

C’est la dernière petite révolution sur le marché des protections lavables. Les culottes menstruelles sont des culottes qui intègrent une protection, comme les serviettes lavables, par la superposition de plusieurs matières absorbantes / respirantes / imperméables.

Selon les marques, les culottes sont fabriquées avec du coton, coton bio, du bambou, du polyester, des matières et teintures certifiées OEKO-TEX®. Le plus important est de s’assurer que la matière en contact avec votre sexe soit saine (bio ou certifiée).

Le gros avantage, c’est qu’elles sont hyper confortables et fines et se gardent toute une journée. Même moi, je trouve ça top 🙂

J’ai testé deux marques que je vous recommande : FEMPO et Plim. Profitez d’ailleurs de 10% de réduction sur vos FEMPO avec le code PLANETADDICT10.

Coût : environ 30€ euros la culotte
+ : réduisent les déchets, plus saines, pratiques, confort. Durée de vie d’environ 5 ans
: je ne trouve pas de point négatif qui tienne la route ^^

Culottes menstruelles

Les éponges menstruelles

On en entend que peu parler, et pourtant c’est une alternative comme les autres. L’éponge de mer est prélevée dans le milieu marin et s’insère dans le vagin afin d’absorber le sang, sans dessécher les muqueuses.

De taille variable (6 à 12 cm), les éponges peuvent se garder 4 à 5h selon les flux. Elles sont lavables et réutilisables pour une dizaine de cycles, et 100% biodégradables.

Pour les laver, il faut les désinfecter avant de les utiliser, puis – comme pour la coupe menstruelle – bien les rincer à l’eau tiède à chaque retrait.

Elles ont l’avantage de pouvoir être utilisées pendant les rapports sexuels, pour celles que ça intéresse ^^

J’ai également lu que certaines l’utiliseraient comme contraceptif, avec de l’eau citronnée pour rendre le PH du vagin plus acide. Personnellement, je ne me risquerais pas à tenter sans l’avis d’un.e gynécologue.

Point d’attention : il est important d’acheter une éponge coupée et non arrachée, et pêchée de manière durable. Une éponge de mer coupée pourra repousser facilement et se reproduire.

Coût : environ 15 euros les 3.
+ : réduisent les déchets, abordables, biodégradables. Durée de vie de 10 cycles
: déconseillées avec le port d’un stérilet, avoir un point d’eau pour les rincer.

Le flux instinctif libre

C’est la méthode ultime, qui permet de se passer de toute protection menstruelle ou d’en utiliser très peu selon les femmes.

Je la raconte plus en détail ici, mais globalement, elle repose sur le fait de laisser couler le sang naturellement aux toilettes. Elle demande un peu de pratique afin d’avoir la confiance et l’aisance de sortir sans protection. Le flux ne coule pas de manière continue, et on réalise qu’on peut tout à fait se retenir et relâcher le sang dans les toilettes, tout comme aller faire pipi.

Coût : 0 euro.
+ : plus de déchets, liberté, confiance…
: demande un peu de pratique et tâches possibles selon les femmes.

De mon côté, je n’ai jamais été fan des serviettes et protections externes. La sensation d’être mouillée et d’avoir une couche m’est particulièrement inconfortable. C’est pourquoi j’étais une grande adepte de la coupe menstruelle. Pour moi, c’était LA révolution parfaite ! Elle me permettait d’être confortable toute la journée, d’oublier mes règles, de ne plus m’en préoccuper. C’était aussi l’accessoire idéal pour le voyage, parce qu’elle ne prend aucune place, se lave facilement et demande très peu d’entretien.

Après quelques soucis de santé néanmoins, mon cerveau a fait un blocage complet sur l’idée d’insérer une coupe menstruelle et je suis naturellement passée au flux instinctif libre. C’était ma nouvelle révolution, qui me correspond parfaitement car elle me permet de prendre conscience de ce qu’il se passe dans mon corps plutôt que de chercher à l’oublier. J’utilise aussi un peu les culottes, parce que je les trouve géniales et elles sont adaptées à ma gestion de flux !

Cet article contient des liens affiliés.

***

Et toi, quelles est ta protection menstruelle saine et écolo préférée ?

Pinterest - protections menstruelles

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu