Moins prendre l’avion pour le climat ? #jeresteausol

Moins prendre l’avion pour le climat ? #jeresteausol

Cela fait quelques temps que je vous partage mes conseils pour rendre vos voyages plus durables : matériel, types de séjour, choix des transports, activités, volontariat… J’explore aussi la notion de voyage slow qui résonne de plus en plus en moi et je ne suis pas la seule. Nous sommes plusieurs voyageur.euse.s passionné.e.s qui ne peuvent pas rester indifférent.e.s aux conséquences du tourisme et de notre impact sur le climat. De plus en plus de gens décident de réduire ou de ne plus prendre l’avion, alors on s’est réuni.e.s pour en parler.

Sur le même sujet :


 Émergence d’une prise de conscience massive sur le climat

La mobilisation autour du changement climatique est très forte en ce moment. De plus en plus de personnes prennent conscience que c’est une réalité et veulent passer à l’action. Le mouvement « Il est encore temps », qui a rassemblé des dizaines d’influenceur.euse.s ainsi que des acteur.rice.s engagé.e.s en est bien la preuve. Sur leur site, des actions, appels à mobilisation et pétitions sont mises en avant pour contourner la passivité des pouvoirs publics et les appeler à appliquer les mesures qu’ils ont annoncé.

En matière de climat, l’aviation est rapidement pointée du doigt car, on ne le dira pas assez, elle représente près de 3% des émissions de gaz à effet de serre, avec une progression estimée à 20% en 2050.

Alors oui, bien d’autres domaines ont des conséquences sur le climat : déforestation, agriculture, Internet, mode… Mais aujourd’hui, je voulais me concentrer sur l’avion, car c’est un sujet qui monte et qui divise. 


L’avion remis en question

En Suède, l’avion devient la bête noire, considéré comme « une honte » (suivre le #flygskam). Les suedois.e.s sont de plus en plus nombreux.euses à ne plus prendre l’avion pour des raisons environnementales, et privilégier le train.

Moi-même, j’ai décidé de réduire ma consommation d’avion et de privilégier un tourisme plus Slow. Si, inévitablement, ma sédentarité actuelle me pousse à moins voyager, mes rêves de voyages sont toujours là. J’ai envie d’explorer l’Amérique Latine et d’aller en Afrique, néanmoins je n’ai pas envie de partir 1 semaine ou 2 en avion, loin.
Ça ne me parle plus. Même pour un week-end en Europe, ce n’est plus mon truc. Je préfère faire moins, et profiter mieux. Cet été j’ai prévu de me rendre en Suède, et j’irai en bus.

J’irai plus loin en disant que j’apprécie de prendre le temps d’arriver à ma destination. L’avion créé une distorsion temporelle, on ne prend plus la mesure de la relation temps/distance.

réduire l'avion

Cette décision n’est pas partagée par tout le monde. L’avion, c’est symbolique. Devenu accessible et à des prix défiant toute concurrence, il a rendu possible l’échappatoire exotique au plus grand nombre. Aujourd’hui, voyager est devenu un symbole de liberté.

Donc le remettre en question soulève naturellement des débats. « Doit-on renoncer à voyager ? » « L’avion, c’est moins cher que le train ! » « J’ai besoin de prendre l’avion pour mon travail ou voir ma famille », « voyager, c’est ma passion ».

Toutes ces questions sont normales. Il est vrai que ce n’est pas évident, aujourd’hui, de revoir cette liberté acquise, de prendre la responsabilité de notre impact au détriment de notre porte monnaie, d’agir individuellement quand la politique ne suit pas.

Ce qui est tout aussi vrai c’est qu’on ne peut pas continuer comme ça, car les prévisions ne sont pas belles et ça on doit en prendre conscience. Chacun.e ensuite est libre d’agir comme il.elle le souhaite !


Les blogueur.eus.es voyage et l’avion

Ce débat se ressent forcément dans la blogosphère voyage. Je vous invite à lire cet article qui résume bien la situation :

La question qui se pose pour nous est au delà de notre impact individuel sur le tourisme. De part notre « influence » on incite d’autres à faire comme nous. Lors du salon des blogueurs de voyage cette année, une hébergeuse suisse nous a parlé de certains coins déserts et préservés il y a 4 ans qui sont aujourd’hui pris d’assaut par les touristes suite à une publication Instagram. Et, par conséquent, la nature prend une grosse claque, sans pour autant que cela bénéficie économiquement à la région (une photo et on se casse !).

Alors oui, quand on parle de nos tours du monde et quand on poste régulièrement qu’on prend l’avion, on contribue à inciter à ce mode de transport, qu’on le veuille ou non.

Si déjà on fait l’effort de communiquer sur les autres modes de transports en priorité et d’éviter de prôner l’avion, c’est une avancée. Si en plus, on réduit volontairement l’avion, c’est encore mieux ! Par là j’entends faire un choix conscient et assumé de dire « je renonce à ce voyage car je devrais y aller en avion pour peu de temps » ou « je choisis d’aller à tel endroit en train plutôt qu’en avion ».

C’est un sujet que nous avons beaucoup abordé lors de notre conférence sur le voyage responsable et notre Apéro Green au salon des blogueurs de voyage. Nous avons remarqué que nous sommes de plus en plus à faire ce choix et vouloir en parler. C’est pourquoi nous avons créé un groupe de partage sur le voyage slow, dont je vous parlais ici.

 


Culpabilisation ou responsabilisation ?

Encore une fois, l’intention n’est pas de culpabiliser les gens qui prennent l’avion mais d’ouvrir le champ des possibles. Parfois on a des contraintes ou simplement des envies, et on ne va pas aller à l’encontre des (en)vies de chacun.e. Mais si on peut permettre de montrer qu’on peut faire des choix différents, on avancera dans le bon sens – enfin je pense !

D’ailleurs, nous sommes quelques un.e.s à vouloir calculer et partager prochainement l’impact carbone de nos voyages. Je parlerai aussi prochainement de la compensation carbone, un sujet sur lequel je suis légèrement sceptique car je trouve que cela peut justement contribuer à faire comment avant tout en se déculpabilisant.

L’idée est de montrer que si les plus accrocs au voyage font un effort, alors c’est possible !

***

Et toi, as-tu pensé à réduire ta consommation d’avion pour le climat ?

Pinterest-moins-prendre-lavion-pour-le-climat

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Cet article a 1 commentaire

  1. Oui, c’est clair que tous ces blogs de voyages aux photos incroyables ont une influence sur les gens. Une collègue revenue d’un voyage sur la côte Est des États-Unis l’été dernier m’a dit en parlant d’un endroit précis qu’elle avait été déçue parce que ça ne ressemblait pas à ce qu’elle avait vu sur IG! Je pense que les gens sont encore trop naïfs par rapport aux réseaux sociaux et qu’ils ne se rendent pas compte du nombre de filtres utilisés et de la mise en scène. De mon côté j’ai peu pris l’avion pour des week-ends, je crois que ça ne m’est même jamais arrivé. J’ai très rapidement eu mauvais conscience de l’impact écologique de l’avion, à tous points de vue (habitant près de Nantes, on a eu l’histoire de NDDL pendant des années!). On a la chance de vivre dans un pays magnifique du offre une très belle diversité de paysages. pourquoi vouloir trouver au bout du monde, ce qu’on peut trouver par chez nous?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu