Quel est le mode de transport le plus écologique ?

transport écologique

Le transport est un élément incontournable de nos vies. Que ce soit pour voir ses proches, voyager, transporter les marchandises ou aller au travail, on est tou.te.s confronté.e.s à se déplacer. Les transports sont aussi responsables d’une grande part des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et donc du réchauffement climatique. Alors, existe-t-il des transports plus écologiques que les autres ?

Cela fait un moment que cet article traîne sur mon bureau, parce que c’est un sujet que je trouve indispensable quand on parle de voyage responsable, et en même temps c’est tellement complexe que je n’ai jamais vraiment réussi à aller au bout. Qui dit transport dit énergie, et je trouve que c’est la thématique la plus délicate en matière de développement durable.

En tant que voyageuse, j’ai beaucoup pris l’avion lors de mon premier grand voyage. Environ 15 en 15 mois !
A l’époque je ne me posais pas autant de questions qu’aujourd’hui, où dès que j’imagine aller quelque part, je bloque sur la partie transport car je souhaite limiter au maximum mes déplacements en avion. Je voyage pas mal en bus dernièrement et la question des modes de transport est revenue sur la table. Et donc, même si je ne maîtrise pas tous les aspects, je souhaitais tout de même vous partager mes réflexions. Ce sujet mériterait un mémoire à lui tout seul, tellement il y aurait à creuser ! L’idée ici est surtout de dégager des grandes tendances et de faire réfléchir.

Émissions des différents modes de transport

Aujourd’hui, le transport représente environ 20% (entre 15%-23% selon les sources) des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) dans le monde, la France tournant plutôt autour des 27%. Il n’est pas évident de trouver des chiffres clairs et récents par mode de transport, mais voici quelques données recueillies de diverses sources (Le Monde, Ministère de l’écologie, Commission Européenne, Agence européenne pour l’environnement).

Transport routier tout confondu : près de 15%
Avion : près de 3% (prévision de 22% en 2050)
Bateau : entre 2 et 3% (prévision 17% en 2050)
Train : environ 0,4%

Outre le poids total d’un mode de transport dans les émissions de GES mondiales, on peut affiner l’analyse en regardant la quantité de CO2 rejetée par km par type de transport, ce qui permet d’en déduire l’efficacité énergétique.

D’ailleurs, les calculs en % sont un peu traitres car ils témoignent de la part mais pas du volume. On peut stagner à 2% mais en valeur représenter 10 fois plus d’émissions. Ou à l’inverse, que le % augmente mais représente moins en volume. Bon, on est d’accord que ce ne sera pas le cas dans ce cas précis !

La quantité de CO2 rejetée dépend grandement de la distance parcourue et il est difficile de déterminer un chiffre moyen qu’on peut simplement multiplier par le nombre de kilomètres. Mais de manière très synthétique, voici ce que j’ai calculé :

Avion : jusque 350g CO2/km
Voiture : environ 170g CO2/km
Bateau (type cargo ou croisière) : 60g/Co2
Bus : 60gCO2/km
Train : moins de 10g CO2/km

Deux outils pratiques pour calculer précisément les émissions par type de transport :
=> Comparateur Ademe
=> Myclimate.org

Ces deux outils ne donnent pas tout à fait les mêmes résultats pour les trajets en avion, donc j’en déduis plutôt une fourchette pour ce transport.

émissions carbones par transport

 

Les deux modes de transport les plus polluants sont indéniablement l’avion et la voiture. Petite précision, les données pour la voiture sont pour un véhicule, donc on peut réduire son empreinte avec le co-voiturage, alors que pour l’avion les chiffres sont pour un passager.

Quoi qu’il en soit, on voit facilement que le train, le bus, et le bateau sont les moins polluants. Et puis pour une empreinte neutre, le vélo et la marche à pied sont évidement les meilleurs choix 😉 !

 

Pour pousser le problème un peu plus loin

Ceci étant dit, la problématique des émissions vient des Gaz à Effet de Serre. D’ailleurs, on parle surtout de CO2, et il est moins facile de dégoter des chiffres sur les autres GES.

De plus en plus, on étudie et développe l’énergie électrique et les biocarburants, ce qui semblerait répondre au problème. Je suis personnellement un peu dubitative, car les biocarburants sont souvent faits à partir de canne, palme ou maïs, qui sont des aliments qui pourraient nourrir des gens, cultivés en monoculture et de façon intensive, mais aussi qui contribuent à la déforestation !!

Donc si on en venait à étudier l’impact réel, est-ce vraiment une bonne solution ?

De la même façon, l’électrique aujourd’hui c’est quoi ? En France, il s’agit pour la majorité d’énergie nucléaire. Les alternatives comme les éoliennes ou l’hydraulique sont meilleures, mais pas sans conséquences sur l’environnement.

Donc ici, la question n’est pas uniquement de trouver des alternatives énergétiques mais bien de réduire notre consommation.

Lac Bohinj 3

 

Mais outre la pollution atmosphérique, les transports ont d’autres effets nuisibles : impact sur les espaces naturels, pollution sonore croissante, atteinte aux écosystèmes marins et aériens… les impacts vont bien au delà des GES.

Pour les longues distances, le bateau qui est plus efficace énergétiquement que l’avion et à l’avantage d’être plus lent aussi. Mais ce mode de transport est pointé du doigt pour ses rejets de déchets, la destruction des récifs coralliens, notamment sur les côtes et la perturbation des organismes marins. C’est surtout le cas pour les gros bateaux, type cargo et croisière.

Au sujet du bruit, entre les décollages, le trafic routier et les moteurs des bateaux, toutes les espèces vivantes sont impactées. Vous me direz qu’avec l’électrique on va aller vers du plus silencieux, mais bon, on ne va pas passer au 100% électrique demain et cela ne résout pas les autres problèmes.

Malheureusement, les prévisions estiment que le nombre de passagers en avion va doubler, voire tripler d’ici 2050.

 

Comment choisir son mode de transport ?

Donc la question est plus complexe qu’il n’y paraît. De plus, d’un point de vue purement pratique, il reste deux éléments qui conditionnent nos choix personnel : le prix et le temps.

Si le mode de transport le plus écologique semble être le train électrique, aujourd’hui ce mode de transport peut-être encore assez cher (inutile d’épiloguer sur les prix croissants de la SNCF – hum hum).
C’est un fait, l’avion est souvent choisi car avec la montée des compagnies low cost, les prix sont très attractifs.

De la même façon, on cherche souvent à optimiser son séjour en passant le moins de temps possible dans les transports. De ce côté, l’avion est aussi souvent choisi pour cette raison, mais si on prend en compte le temps de transport pour se rendre à l’aéroport, le temps d’attente, les passages de douanes etc. ce n’est en réalité pas toujours le moyen le plus rapide, comme on peut le voir dans cette infographie faite par GoEuro.

TrainsVsFlights2018

De mon point de vue, je recommanderai un voyage plus slow, prendre le temps de se déplacer, quitte à aller moins loin. Je vous invite d’ailleurs à lire l’article de la semaine dernière sur le mouvement Slow et sa dimension sur le voyage.

Parce qu’en plus de nous faire prendre le temps de réaliser le changement de décor, prendre plus de temps pour aller d’un point A à un point B va réduire nos émissions, qui seront étalées sur une durée plus longue, en plus de nous faire prendre des transports comparativement moins polluants.

Alors comment on choisi ? Déterminez quels sont les facteurs les plus importants à vos yeux et comparez les modes de transport pour le trajet en question. Il est difficile de donner un classement, car les prix et le temps vont grandement varier selon la destination.

Par exemple, j’ai essayé pour un Paris-Ljubljana. Le résultat me donne plutôt l’avion, mais étant donné que la variable temps m’est égale et que les émissions m’importent plus, je préfère me rabattre sur le bus ou le train, en fonction des prix 🙂

Transports écologiques tableau

Alternatives et bons plans

Pour aller encore plus loin, il existe encore des alternatives qui sont les moins impactantes de toutes :

  • le vélo
  • la marche à pied
  • le bateau à voile

Ces modes de transports ne fonctionnant qu’à l’énergie humaine ou naturelle, il n’y a pas d’émissions, que très peu de perturbation des écosystèmes (un peu plus pour le bateau tout de même). En revanche, le temps explose. Mais quel voyage vous ferez en empruntant ces transports là ! Et oui c’est possible ! Lisez mon interview d’Olivier qui a fait un tour du monde zéro carbone, ou allez voir le blog de Mickaël qui vient de boucler Paris-Téhéran à Vélo !

Après, pas besoin d’aller jusque là, mais si déjà on troque sa voiture pour le vélo ou la marche à pied pour de petites distances lorsqu’on est sur place, c’est déjà ça !

Pour ma part, je suis fan du voyage en bus, pour des trajets n’excédant pas les 15h. On peut par exemple voyager partout en Europe avec diverses compagnies. Ma préférée est Flixbus, parce que je trouve qu’il y plus de disponibilités et des prix plus attractifs.
Avec le pass interflix par exemple, on a 5 allers pour 100€ à utiliser dans les 3 mois : 5 bons d’achats qui réduisent n’importe quel trajet direct au prix de 20 euros, même en réservant à la dernière minute. Et pour une voyageuse de plus en plus à l’arrache comme moi, c’est le deal parfait ! J’ai dernièrement été en Allemagne et Slovénie (de nouveau !) en une semaine pour 100€ de transports.

Bosnie - Mostar

 

Un autre plan, c’est de vous inscrire sur un site de cashback, comme Ebuyclub. De cette façon, vous ajoutez une extension de navigateur et lorsque vous allez sur un site partenaire – la plupart des compagnies de transports y sont – vous récupérez un pourcentage de votre achat ! Cela s’applique aussi à d’autres secteurs (loin d’être éthiques pour la plupart), mais je le trouve pratique pour le voyage.

Le truc cool, c’est que cette extension est compatible avec Prizle, une autre extension qui vous permet de reverser des dons grâce à vos achats.

Donc quand je réserve mon pass Interflix, non seulement c’est pas cher, mais en plus je récupère 4% de mon achat et je permets de reverser 4,20% à une association !

 

Compenser son empreinte carbone

Enfin, je ne pouvais terminer mon article sans parler de la célèbre compensation carbone, proposée et mise en avant sur nombreux sites de réservation de voyage. Alors, oui c’est une bonne chose que de vouloir compenser ses émissions, mais je trouve qu’on va souvent un peu vite, sans vraiment savoir où cela va et que cela a tendance à se donner bonne conscience plus qu’autre chose. Compenser sans réduire sa consommation n’a pas grand intérêt à mon sens.

Je m’explique : si la compensation c’est la plantation d’arbres, sachez qu’un arbre met des années à pousser donc le temps qu’il compense effectivement nos émissions…

Aussi, si on compense ses émissions mais qu’on est consommateur de multiples produits utilisant de l’huile de palme, ou le comble, que notre mode de transport utilise du carburant issu de la déforestation, on marche un peu à contresens.

Donc si vous voulez vraiment compenser vos émissions, ne vous arrêtez pas aux compensateurs !

  • Réduisez votre consommation de produits transformés et de cosmétiques utilisant de l’huile de palme;
  • Réduisez votre consommation de viande, les animaux étant souvent nourris au soja issu de la déforestation;
  • Soutenez directement et de manière régulière une association qui œuvre pour les forêts ou les océans.

Pour aller plus loin : calculez votre empreinte forêt.

Plitvice fall 2

Les avantages de voyager

Le mot de la fin, pour terminer sur une note positive, c’est de mentionner tout de même que c’est important de voyager. Je ne pense pas qu’« arrêter de voyager » soit la meilleure solution. Non pas parce que j’adore voyager (quoi que..), mais surtout parce que le tourisme au sens large, a des retombées positives sur plein d’autres choses :

  • C’est une ressource économique pour les pays, notamment en développement
  • C’est une source d’apprentissage culturel bilatéral
  • C’est une source incroyable de développement personnel
  • C’est une source indispensable d’ouverture d’esprit

Connaître les gens de différentes cultures, c’est le meilleur chemin vers la compréhension de l’autre et la tolérance.

Donc voyageons, mais voyageons de manière plus raisonnée, plus réfléchie, plus consciente, et plus sobre !

Cet article contient des liens affiliés. Cliquez ici pour en savoir plus.

***

Et toi, quel type de transport privilégies-tu ?

Pinterest-transports écologiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.