Boycott : les marques que je ne consomme plus

Boycott

Allez, c’est Noël, le moment où tout le monde se rue sur les boutiques et où les bonnes habitudes ont tendance à glisser parce qu’on veut faire plaisir. Je me suis dit que c’était le bon moment pour vous partager les marques que j’ai décidé de boycotter – en toutes circonstances – et pourquoi.

Lorsque j’ai commencé à changer mes habitudes de consommation, l’une des premières choses que j’ai réalisé, c’est que je devais changer les endroits que je fréquentais pour mes achats parce qu’ils étaient remplis de marques pas responsables du tout et que ce serait plus facile de ne plus y mettre les pieds que de passer mon temps à trier.

Très vite, j’ai identifié les marques que je ne souhaitais plus acheter. Parce qu’elles vendent des produits bourrés d’huile de palme, parce qu’elle n’ont aucune éthique, parce qu’elles exploitent les gens. La complexité vient du fait que ce sont souvent de grands groupes qui possèdent plein de marques éparpillées et qu’il n’est pas toujours évident de les identifier.

Étant donné qu’à Noël on a tendance à craquer pour du chocolat à foison, des articles de mode pas cher, des cosmétiques aux packagings irrésistibles, je trouve que c’est un bon moment pour dévoiler ma blacklist 🙂

Avant de commencer, je vous recommande deux sites, qui m’ont inspiré les sources de cet article.
Boycott citoyen
I-boycott

Coca Cola

Ah Coca Cola ! Je me souviens encore du mémoire que j’avais écrit sur Coca pendant mes études, un modèle économique et marketing à suivre ! Depuis j’ai fait du chemin… C’est la première marque que j’ai décidé de boycotter, pour les raisons suivantes :

  • La pollution plastique : selon le dernier Cash Investigation, Coca produit 4000 bouteilles à la seconde, ça laisse présager l’état à venir des océans. Même avec une politique de recyclage, c’est peine perdue puisque le plastique ne se recycle pas à l’infini et qu’il faut du plastique neuf pour faire du recyclé. Sachant que la marque était jadis adepte de la bouteille en verre consignée, elle est aujourd’hui grandement responsable des déchets plastiques sur la planète, même si elle ne veut pas l’admettre (la faute aux consommateurs, dit-on).
  • Le pillage de l’eau : pour 1 litre de coca, il faut 6 litres d’eau. Cela pose problème notamment au Mexique, où l’entreprise pompe une grande partie de son eau et où les habitants sont ainsi privés d’accès à l’eau potable, qui est plus chère que… d’acheter du coca. Et voilà comment on en fait les premiers consommateurs de coca au monde !
  • La pollution de la santé : outre sa recette secrète (étonnant qu’en alimentaire ce soit autorisé ^^), le coca, c’est de l’eau, du sucre et des colorants, dans une bouteille en plastique. Un joli cocktail de phtalates, additifs et calories pour trinquer à notre santé. Sans oublier que lorsqu’on voit comment le coca peut décaper les toilettes, on imagine ce qu’il peut faire à nos intestins.

=> Pour éviter de consommer du Coca, il convient d’éviter toutes les marques qui lui appartiennent comme : Fanta, Caprisun, Minute Maid, Monster Energy, Sprite, Powerade, Nestea et … Innocent.

Coca Cola Iboycott

Campagne de Boycott Coca Cola sur Iboycott (crédits photos : Iboycott)

 

Nestlé

L’autre pépite sur le marché, c’est Nestlé qui a aussi son lot de scandales :

  • Le pillage de l’eau : selon Nestlé, l’eau « une denrée alimentaire comme les autres (qui) doit avoir une valeur marchande. » Du coup pas de scrupule à pomper partout à tout va et à épuiser les nappes phréatiques pour mettre ça, encore une fois, dans de belles bouteilles en plastique qui finiront pour beaucoup dans les océans.
  • L’huile de palme : parce que Nestlé, c’est aussi plein de barres chocolatées et utilise apparemment environ 320 000 tonnes d’huile de palme par an. Rappelons que la culture de palmiers à huile est responsable de la déforestation en Malaisie, Indonésie et certains pays d’Afrique.
  • Les conditions de travail : la marque est accusée de travail forcé, de travail des enfants notamment dans les pays africains mais aussi de harcèlement et mauvaises conditions de travail.
  • Le lait en poudre : Nestlé est pointé du doigt pour encourager la consommation de lait en poudre en remplacement de lait maternel dans les pays africains, qui n’ont pas toujours accès à l’eau potable, pourtant indispensable pour consommer le produit.
  • Le café : avec son innovation que sont les capsules Nespresso, on en rajoute une couche niveau pollution environnementale

=> Pour éviter de consommer Nestlé, il faut s’accrocher ! Kitkat, Crunch, Aero, Nesquick, Nescafé, Nespresso, mais aussi Vittel, Contrex, Hepar, Perrier et San Pellegrino.
La marque détient aussi des parts chez L’oréal, qui elle chapeaute Garnier, Maybelline, Body shop ( !) et quelques marques de luxe. Ça fait du beau monde !

Côté cosmétiques, j’évitais déjà la plupart de ces marques parce que leur composition n’est vraiment pas clean.
Par contre, c’est en rédigeant cet article que j’ai pris conscience de Perrier et San Pellegrino. Moi qui aimait bien ça, je suis maintenant contrainte d’arrêter. Comme quoi on ne cesse jamais d’apprendre.

Danone

Rien que pour leur dernière vidéo marketing, je ne veux plus en entendre parler ! Je trouve que jouer sur la vague du green pour une entreprise qui surconsomme les emballages en plastique et propose des produits hyper-transformés, c’est vraiment culotté !
Et puis Danone, c’est aussi beaucoup de produits laitiers, et qui dit produits laitiers, dit exploitation animale. Même si je ne suis pas végane, j’évite au max la consommation de produits laitiers et surtout ceux qui proviennent de marques de grande distribution.

=> Pour éviter Danone : Danone, Lait de Vache, Badoit, Salvetat, Volvic, Evian, Activia, Taillefine.

Bon bah, pour l’eau gazeuse, j’ai plus qu’à m’acheter une machine ^^

infographie-marques-alimentaires-720x450

 

Ferrero & Lu

Ces deux marques sont majoritairement pointées du doigt du fait de leur consommation d’huile de palme pour tous leurs produits. Sachant que leurs produits sont aussi des bombes de sucre et des produits très transformés, niveau santé c’est pas non plus folichon.
Et comme à Noël on se fait couvrir de Ferrero Rocher, Kinder et Nutella, il serait peut-être cool de s’en passer pour une fois non ?

=> Les marques de Ferrero : Kinder, Nutella, Ferrero, Duplo, Mon Cheri, Tic Tac, Raffaello.
=> Les marques Lu : Princes, Mikado, Pims, Belvita, Grany, Palmito, Petit Ecolier, Paille d’or, Napolitain, Barquettes, Petit Lu, Granola.

Haribo

Je vous l’avoue, c’est super facile pour moi de boycotter les bonbons parce que je n’ai jamais vraiment aimé ça. Trop sucré et par trop d’intérêt à mon goût – hormis les dragibus qui étaient les seuls que j’aimais bien.

L’entreprise est ciblée surtout pour la gélatine de porc utilisée dans la confection des bonbons et sa contribution à la maltraitance animale, mais aussi des conditions de travail des fabricants de certains ingrédients comme la cire de carnauba. Sans compter que de vous à moi, nutritionnellement, cela n’a aucun intérêt à part contribuer au diabète !

H&M & Zara

Et l’industrie de la mode non éthique en général, même s’il m’arrive de faire de rares exception en cas de force majeure.

La raison ? Déjà pour les matières utilisées : le coton nécessite une culture extrêmement gourmande en eau (5000 litres pour un kilo), le polyester est un dérivé de plastique dont les particules se retrouvent dans les eaux usées après être passés en machine, et les viscoses nécessitent un traitement assez chimique. Sans compter les produits toxiques utilisés le long de la chaîne de production (culture, nettoyage, teinture etc.). Pour aller plus loin, voir mon guide des matières.

C’est aussi pour les conditions de travail des gens qui les fabrique. En dehors du drame du Rana Plaza il y a quelques années, l’usine de textile qui s’est effondrée au Bangladesh qui abritait les travailleurs de plusieurs marques de mode, on ne peut pas sérieusement penser qu’un t-shirt vendu à 5 euros puisse rémunérer correctement les travailleurs, même si on compte les économies d’échelles.

Soufre Indonésie

Amazon

Là ça se corse, Amazon, c’est LA market place leader, on y trouve de tout, livré chez vous en un clin d’œil. Certes, Amazon, c’est bien pratique. Mais c’est aussi toute une belle histoire d’évasion fiscale (près de 200 millions réclamés par le fisc français), de mauvaises conditions de travail et surtout le symbole d’une économie de consommation à grande échelle, infinie et bon marché.

Pour en savoir plus sur l’évasion fiscale.

Boycott de Carrefour : passons nous des supermarchés, cette supercherie du super pas cher

Monsanto

On l’aura vu, ce qui est un peu flippant, c’est que ce sont des géants qui possèdent une multitude de marques et qu’il n’est pas si simple de les éviter. Ce sont ces mêmes géants qui ont de puissants lobbies qui s’infiltrent partout pour influencer les décisions politiques en leur faveur. Alors qu’avec leurs moyens, à elles seules elles pourraient changer la face du monde. En terme de pouvoir, ce serait nettement plus gratifiant. Mais non, business is business.

Donc au final, la plupart des produits de la grande distribution appartiennent à une poignée de marques. Et la cerise sur le gâteau, c’est que la plupart d’entre elles utilisent des produits de la plus favorite du monde : Monsanto !

Je vous ai listé les principales, après il peut y en avoir bien d’autres ! De façon générale, je ne mets plus les pieds dans les supermarchés, hormis de rares cas. Ce qui est certain, je ne souhaite pas soutenir Intermarché et sa ferme aux 1000 vaches.
En terme d’évasion fiscale, Starbucks et Mc Do sont également dans la ligne de mire (je ne les fréquente quasi jamais ceci dit).

Les prochains combats qui me semblent plus compliqués, c’est de m’éloigner de Google, Facebook et Apple, Apple !

Comment agir ?

Ça fait beaucoup n’est-ce pas ? Pas de panique ! On ne vous demande pas de tout boycotter tout de suite, car oui c’est pas évident ! Mais commencez déjà peut-être par une marque. Rendez-vous sur I-boycott et choisissez une marque que vous souhaitez interpellez, commencez votre combat quelque part.

Et pour Noël, préférez leurs des alternatives, dont j’ai exposé quelques idées ici. Rappelons aussi qu’on n’est pas obligé d’offrir des dizaines de cadeaux pour faire plaisir.

Ce que je retiens de tout ça c’est qu’on voit que le marché non éthique est assez fermé, les marques détenues par de grandes multinationales qui n’ont aucun scrupule et qui pourtant en tant que leader ont les moyens pour tout faire changer, pour elles ce n’est vraiment qu’une question de volonté !

Et à l’heure où les nouvelles sur l’avenir de notre espèce ce font assez sombres, il est frustrant de voir de voir ses actions individuelles noyées dans le flots des actions irresponsables de ces acteurs du marché. Alors si on peut avoir de l’impact grâce au boycott, allons-y !

***

Et toi, quelles sont les marques que tu boycottes ?

Pinterest-boycott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.