La fable du pêcheur qui inspire à vivre autrement

La fable du pêcheur qui inspire à vivre autrement

J’ai découvert une histoire lors de ma lecture du best-seller de Tim Ferris, “La semaine de 4 heures”, et je l’aime vraiment beaucoup car elle décrit très bien ma conception de la vie ! J’en profite au passage pour vous inviter à lire ce livre qui est pour moi Ze référence d’une nouvelle philosophie de vie pour sortir des rangs traditionnels.

Alors bien sûr, cette petite fable n’est pas à prendre à la lettre, mais je trouve qu’elle résume parfaitement 2 idées :

1/ Pourquoi attendre la retraite pour s’épanouir et faire les choses qui nous tiennent à cœur ? Il n’existe pas qu’une seule voie à suivre (étude – travail – retraite) et il n’est pas vrai que l’on doit accumuler de la richesse toute sa vie pour ensuite faire les choses que l’on désire.

2/ Il n’est pas nécessaire de faire plus que ce dont on a besoin. C’est un peu mon interprétation personnelle en ce qui concerne la sur-production et la sur-consommation. Vive les petits pêcheurs ! 😉

Donc, pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, la voici (et pour ceux qui la connaissent, une relecture ne fait pas de mal 😉 ) :

Habitation Laos

 

« Au bord de l’eau dans un petit village côtier mexicain, un bateau rentre au port, ramenant plusieurs thons. L’américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.

“Pas très longtemps”, répond le mexicain.

“Mais alors, pourquoi n’êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus ?” demande l’Américain. Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille.

L’américain demande alors :  “Mais que faites-vous le reste du temps ?”

“Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie”.

L’américain l’interrompt : “J’ai un MBA de l’université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d’où vous dirigeriez toutes vos affaires.”

Le mexicain demande alors :  “Combien de temps cela prendrait-il ?”

“15 à 20 ans”, répond le banquier américain.

“Et après ?”

“Après, c’est là que ça devient intéressant”, répond l’américain en riant.

“Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions”.

“Des millions ? Mais après ?”

“Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos petits-enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis.” »

A méditer…

PS: Les photos de cet article n’ont pas été prises au Mexique, mais en Asie.

Respectivement : El Nido, Philippines 2013 et Dondet, Laos 2010.

 

Pinterest - vivre autrement

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Cet article a 17 commentaires

  1. Coucou Emma,
    Quelle belle entrée ! J’aime beaucoup cette histoire que tu m’avais fait découvrir, et qui est tellement… Criante de vérité ! Notre société nous indique un modèle à suivre et honte à nous si nous ne rentrons pas dans le moule ! J’ai hâte de lire la suite. 🙂 J’aime beaucoup ton design, et le petit pingouin me fait trop craquer ! Bravo pour ce blog, c’est super de te lancer, et merci pour le lien dans la blogroll. Je te fais plein de gros bisous, you go girl ! ^^ xx

    1. Merci ma lili! Ça me fait plaisir que tu aimes!
      Oui cette histoire est simple mais frappante! Je ne pouvais pas m’empêcher de la mettre!
      A très vite pour la suite alors 🙂

  2. Oui je crois qu’on l’aime tous ton pingouin!!
    J’adore cette histoire tu me l’avais raconté après avoir lu le livre!ça commence très bien je trouve ça donne envie de lire la suite on en veut plus!
    Ce que je trouve bien dans ton blog c’est que c’est simple et féminin.sans fioriture.Il y en a ni trop ni trop peu les couleurs sont calmes et douces,et les dessins sont tendres et rassurants, tout comme toi quoi!!!
    On en veut pluuuuuuuuuuuuuuussss!!!!!!!!

    1. Va falloir que je lui trouve un nom alors à cette petite mascotte! 😉
      Ravie que ça te plaise, j’ai hâte d’écrire la suite aussi!!
      Bisous ma belle!

      1. oups, j’avais pas vu. Mais re: TOPI? It’s cute but also can stand for:
        – Travel Over (the) Planet Intensly!
        – Travels, Opinions, People (or planet again) and Interests
        – Try, Observe, Play, Imagine
        – turn on (the) planet investigation..
        or whatever!

        there not really that great but I’m raising my case. 😉

  3. Non mais j’aime trooop le ptit pinguin !!! Il est tellement choubidou. Ca rend vachement bien!
    Et cette histoire de pêcheur, ça fait réfléchir !
    Hâte de lire la suite !!!

  4. Love this story! On arrête pas de vendre des milliers de bouquins pour réussir à être heureux, et en général les choses dedans sont tellement simples qu’on devrait pas avoir besoin de les lire pour s’en rendre compte, c’est en nous et c’est juste du retour aux bases! Il faut qu’on se réveille! Your eyes open you shall!

    trop hâte que tu fasses des articles sur d’autres choses, je sais que tu as de la ressource! On peut faire des request d’ailleurs? ou partager des liens? 🙂

    xxx

    1. Merci ma loutre! Oui c’est vrai que le “développement personnel” est en plein boom! Les gens veulent être plus heureux et ne trouvent plus leur place dans la société. Les solutions sont simples mais on a du mal à les appliquer. En fait, il faut redevenir enfant je crois, quand tu penses que tout est possible, que tu n’as pas peur d’être ridicule et que tu es curieux de tout! On perd tout ça en grandissant.

      Et oui, si t’as des suggestions, don’t hesitate!!! Je me ferai un plaisir d’en parler!

  5. ps: On peut lui donner un nom au petit pingouin? Genre topi? (Top avec un “i” pour le côté cute) :p

  6. Waouh!Merci pour cette belle leçon de vie et pour la bouffée d’oxygène que ton blog me procure!
    Ca fait du bien de se dire qu’on peut agir sur nos vies et être heureux sans en faire des tonnes, ça me conforte dans l’idée que nous sommes maîtres de nos vies, sans oublier le “pouvoir du moment présent”, je m’y mets doucement…
    Hâte de te lire à nouveau mon pti colibri 😉

  7. J’aime beaucoup aussi cette histoire. Le Cil Vert en avait fait une super BD pour Kaizen d’ailleurs. Mais la relire est toujours agréable 🙂

    Ca me fait souvent pensé à Petit Lutin qui fait preuve d’une philosophie à toute épreuve dans certaines situations de ce genre !

    1. ah c’est cool, j’aimerai bien la voir!
      C’est trop mimi d’avoir un mini philosophe à la maison 🙂

  8. Je découvre ton blog et j’en suis à la lecture de ton 4ème article avec pleins d’onglets ouverts d’autres de tes articles! Je me retrouve bcp dans ce que tu dis, les mots résonnent, et je pense qu’on est de plus en plus nombreux à chercher un mode de vie minimaliste et épanouissant (les 2 étant liés je pense).
    J’adore cette histoire que je ne connaissais pas alors je commente ici et te félicite pour ton blog. Je vais y retourner souvent je crois 🙂

  9. J’aime bien cette histoire. J’en ai lu une version indienne dans les enseignements d’Amma il y a quelques années et j’avais trouvé ça très inspirant. Deux visions du monde clairement illustrée. je suis pour ma part clairement du côté du pêcheur ;-)!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu