Après environ 3 mois de pause, je sors de ma grotte et de l’hibernation pour vous donner quelques nouvelles !

Bonjour Printemps !

Bon ! Welcome 2020 ! Que le vent du printemps balaye les démons du passé pour laisser place à une nouvelle énergie plus lumineuse ! Ça souffle fort dehors alors que je tape ces lignes, alors c’est qu’il y en a, de la poussière à balayer !

Ça y est, elle est à peine revenue qu’elle raconte n’importe quoi ^^

Et j’ai envie de vous dire, c’est dans l’air du temps. Ces derniers mois de repli mon fait un grand bien et je suis en train de complètement changer ma façon de faire les choses. De regarder la vie d’un autre angle (encore) pour me défaire de moultes injonctions, souvent imposées par moi-même.


Dans les épisodes précédents…

Pendant ces 3 mois et plus, j’ai fait le vide. J’ai arrêté toute activité qui me procurait du stress pour commencer à faire plus de place au plaisir. Je n’ai pas échappé à mon habitude de m’octroyer quelques semaines de nomadisme, pour reconnecter avec moi-même et la nature.

Je suis partie dans un merveilleux petit chalet au milieu de la montagne Suisse, généreusement accueillie par Patricia que j’avais déjà interviewé sur le blog. Pendant 10 jours, j’étais seule, au rythme de la nature – entre soleil et neige, au coin du feu, avec des livres, des podcasts et des randos, sans Internet. Pas évident, de me retrouver seule avec moi-même, mais c’était nécessaire.

chalet-rucher-suisse

Mon havre de paix – Chalet Rucher

chalet-suisse

Je suis aussi partie quelques jours rendre visite à des amies dans l’Est et le Sud, qui m’ont dorloté, pour terminer seule face à la mer dans les 5 Terres, seule. Sans surprise, l’escapade m’a aéré l’esprit et remis certaines pendules à l’heure.

S’en est suivi les fêtes de Noël en famille et un nouvel an calme, car c’est ce dont ce j’avais  envie. Et depuis début 2020, le temps file plus vite que je ne pense, je crois que j’ai vraiment intégré la notion de repos ^^

Mon organisation change, mon emploi du temps se vide, mon sommeil redevient (enfin !) plus stable et réparateur, et je réfléchis au prochain chapitre de ma vie.


Ce qui change pour moi

Le changement se fait de manière subtile, progressivement. D’extérieur, on pourrait se dire que rien ne change. Je suis à l’heure actuelle toujours au chômage, au même endroit, avec les mêmes questions sur la suite, et aussi les mêmes goûts. A l’intérieur en revanche, ça bouge !

Déjà j’ai dégagé ce regard inquisiteur que j’avais sur moi-même et qui me faisait culpabiliser de la moindre sieste. J’ai repris le goût de ce qui me plaisait et la capacité à savourer. Savourer les plaisirs simples : du chocolat chaud fait avec du vrai chocolat (j’ai mangé BEAUCOUP de chocolat !), une musique, une synchronicité, observer les vagues, cuisiner un plat, lire, rire, danser, apprécier un jeu en famille, chanter…

J’ai aussi commencé à faire les choses par envie, et non parce que c’était sur une to-do list. Par exemple, j’ai repris goût à la méditation, je peux rester là 30 minutes et kiffer, et pour autant je ne le fais pas tous les jours. Chaque jour est unique, et j’ai ma mallette à plaisirs à disposition, dans laquelle je peux choisir les kiffes de l’instant.

L’effet hypnotique de la mer, se réveiller avec une vue 180°.

Et surtout, ce qui a changé, c’est mon organisation. Terminé les objectifs et les résolutions. Terminé les to-do lists tout court. J’ai rayé les mots « productivité, efficacité, performance, optimiser » de mon vocabulaire. Ça ne veut pas dire que je n’ai plus d’objectif dans la vie, mais plutôt d’éviter de trop penser avec la tête et me mettre la pression pour obtenir telle ou telle chose, état ou statut. J4ai plus envie de penser et parler avec le cœur… Envie de ressentir : « qu’est ce que j’ai envie de vivre ?  » et apprendre à apprécier le process plutôt que de me focaliser sur les résultats.

J’ai réalisé que j’en avais marre d’essayer de m’optimiser, de m’améliorer, et que ce que je voulais c’était plutôt me révéler. Sortir de l’ombre, m’approprier toutes mes facettes et reprendre la responsabilité de mon chemin en me connectant à moi, mes valeurs et mon intuition, plutôt que de me repérer à ce que font les autres, chercher à faire toujours plus et toujours mieux. D’apprendre à m’approuver moi non pas parce que je serais approuvable par une personne ou à travers un travail, mais parce que je suis en phase avec moi-même. De laisser tomber la cape de « super-woman » et de me permettre juste d’être. Vaste tâche !!

The intuitive mind is a sacred gift and the rational mind is a faithful servant. We have created a society that honors the servant and has forgotten the gift – A. Einstein.


A quoi ça ressemble ?

A un joyeux bordel ^^ ! Je prends l’image du jardin de permaculture, où après l’observation du terrain on commence à planter des graines, à associer certaines entre-elles qui se nourrissent. Certaines germent, d’autres non, certaines pousseront plus ou moins. Il y a aura des mauvaises herbes et des belles surprises, pour au final avoir quelque chose d’harmonieux qui peut être visuellement ne ressemblera pas tout de suite à grand-chose…

Plus sérieusement, je suis au stade où l’envie de créer reprend. Créer ce nouveau chapitre de ma vie, avec probablement un déménagement à la clé. Suivre ces envies au feeling et laisser mon corps et mon cœur décider, plutôt que mon cerveau que je tente de soulager un peu. Il n’est pas facile à apprivoiser, il veut toujours penser à « l’après », avoir un coup d’avance et déteste l’imprévisible. Mais comme il a compris que l’inquiétude du futur était ce qui m’handicapait le plus dans le présent, on essaye d’avancer main dans la main. Après tout, l’inconnu, on l’a déjà bravé quelques fois et on s’en est bien tirés !

Côté organisation, je me repère à présent à mes cycles, aux saisons et aux lunes. Ça peut paraître perché, tout ce qui m’importe c’est que je kiffe. Je fais des « want to » plutôt que « to-do » en fonction de mes phases, et hormis des événements datés, je prévois pas mal juste du jour pour le lendemain. Tout en me laissant la possibilité de faire autre chose si je le sens pas le jour J :).


L’écologie au sens large

Au final, ce que je fais c’est renouer avec mon écologie intérieure. Nous sommes nous-même une planète de cellules qui a ses zones de forêts, d’eau, de déserts, de déchets, de conflits. J’épuisais mes propres ressources à essayer de faire tout ce que je pouvais pour l’écologie extérieure. Alors que la première chose, c’est d’être en développement durable, en compassion et en bienveillance avec moi-même. Et ensuite, je peux apporter au monde extérieur, dans la limite de ce qui m’est possible et plaisant de faire. J’ai cessé de croire que je devais me sentir coupable de ne pas faire assez et de vivre dans une angoisse constante. J’aurais encore beaucoup à dire sur la gestion de l’éco-anxiété !

Donc je continue d’explorer cette écologie interne et j’essaye de voir à quel tissu de cellules j’appartiens dans ce monde extérieur pour utiliser mon énergie là où elle est censée se diriger. Et pour cela, j’apprends à utiliser la boussole plaisir et fluidité, au détriment des « il faudrait que » et du contrôle.

montagne

Concrètement, actuellement je renoue avec ma pratique énergétique et avec l’éco-féminisme. En somme, ce que j’ai commencé à effleurer au Mexique et que j’ai développé en sous-marin pendant ces 4 dernières années, sans jamais oser leur laisser une place digne de ce nom. Ce qui est ironique, c’est que ces 4 dernières années ont été fortes en challenges et m’ont conduites au burn out, et j’ai l’impression de reprendre ce que j’ai voulu mettre entre parenthèses. La vie nous ramène là où on doit être. Et en attendant, tout ce que j’ai vécu aura enrichi ma vision et mon expérience. Le hasard n’en est jamais vraiment un.

Je ne vous le cache pas, ça me fait flipper de redémarrer. J’avais peur d’arrêter, et maintenant que je me suis de nouveau retrouvée, j’ai peur de me reperdre. J’ai encore à cheminer sur le terrain de la confiance en soi, et je suis partante pour jouer le jeu.


Et le blog ?

J’aime toujours écrire et transmettre alors je reviendrais par ici. Sauf que je ne m’impose aucune régularité ou pression. J’aurais d’ailleurs aimé vous dire que ça y est, ma vie est limpide ! Quand j’ai fait ma pause je m’étais dit que quand je reviendrais j’en saurais bien plus sur où je vais. Revenir alors que c’est encore flou me semble plus juste.

Je parlerais sans doute plus de ces thématiques du moment plutôt que d’écologie pure ou du voyage, en fonction de mon cheminement.

J’ai d’ailleurs décidé de mettre la partie « voyage » un peu en sourdine, c’est-à-dire que je ne souhaite plus faire la promotion « touristique » du voyage (destinations, bonnes adresses, conseils voyageurs…). Ce n’est jamais ce que j’ai voulu faire et je me suis prêtée au jeu pour faire comme les autres blogs. Même si je l’ai fait sous l’angle développement durable, inciter au voyage n’est pas mon souhait.

Ceci dit, quand bien même cela puisse paraître incohérent à certain.e.s de parler voyage alors que je suis censée « être écolo », je ne peux pas occulter cette partie de moi et donc elle ne sera pas supprimée du blog.

Pour moi le voyage, c’est un chemin et j’aime parler de ce que ça m’apprend sur moi et le monde, et sur les expériences que je fais qui sont propres à mes envies. Je ne m’interdirais pas d’en reparler si c’est ce que je vis. Je constate d’ailleurs que suivre mon plaisir pendant mes voyages, je sais le faire. La difficulté est de le faire lorsque je suis ici, dans mon pays. Je n’ai plus envie de vivre pleinement  uniquement lors de ces parenthèses et j’en reviens à intégrer la mentalité du voyage dans le quotidien. Le voyage d’une vie, quoi !

Je termine en remerciant tou.te.s celleux qui ont pris le temps de m’envoyer des messages et commentaires pendant cette période. Je suis vraiment heureuse de vous lire :).

Je reste aussi à votre écoute, s’il y a des thèmes qui vous parlent plus que d’autres et que vous avez envie d’explorer avec moi. Je me tâte également à démarrer un podcast, la vie nous dira si cela se concrétise !

❤❤❤

Pinterest-faire-autrement

À propos de l’autrice

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience.
Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

8 commentaires

  1. Ça fait hyper plaisir de te relire 🙂
    Et ton billet arrive pile le jour où on revoit le soleil après trois semaines de tempête, pile le jour où je viens de méditer pour la première fois depuis des mois, pile le jour où je me sens enfin prête à recommencer. Recommencer quoi ? Un nouveau cycle, renforcer mes fondations, replanter des arbres dans ma petite forêt intérieure… Alors ce n’est qu’un hasard, mais ça me plaît, ces itinéraires parallèles, et je puiserai comme toujours de la force et de l’inspiration dans tes partages, quels qu’ils soient. Je n’avais jamais répondu à ton dernier commentaire, mais savoir que tu étais allée voir mon blog, et que tu avais compris, m’avait fait plaisir, parce que tu restes une de mes blogueuses préférées.
    Prends soin de toi !

  2. Hello Emma, ca fait plaisir de te lire. Je ne sais pas si on est bcp de blogueurs voyages à faire ce chemin, mais je me questionne également bcp en ce moment (je crois que je me suis tjs questionné sur un tas de trucs ahah).

    Mes envies changent, je change aussi, et mon rapport au voyage n’est plus le même. Je ne jurais que par ça il y a encore quelques temps et maintenant je suis en quête de stabilité, envie de m’enraciner.

    J’arrête de culpabiliser quand je glande, j’essaye d’être dans l’instant présent plus que jamais, j’accepte mes failles et j’accepte de changer… Et tout ça, j’ai mis du temps à l’accepter !!

    Bref, au plaisir de te lire !

  3. Oh oui, un article tout doux…
    Dans la même mouvance également, j’attends avril, j’ai pris un mois pour « ne rien faire » :p
    J’avoue que j’invente des histoires quand on me pose des questions sur ce que j’ai de prévu…
    Faire faire faire

    😉

    (être)
    (hêtre)

    1. Oui Pauline, il m’a fallu du temps pour juste oser sortir et ne « rien » avoir à raconter d’habituel, parce que pas de boulot, pas de blog, pas de mec, pas de projets… Je pensais que cela me rendrais incroyablement ennuyeuse. Et puis, ça m’a permis justement de me détacher de tout ça, apprécier ce que j’ai, qui je suis et juste être bien, en faisant moins, bien moins !
      Bonne pause à toi alors, n’hésite pas à me faire part de ce que cela t’aura permis de réaliser ^^

  4. « Le voyage d’une vie, quoi ! »
    J’ai adoré cette conclusion qui me parle beaucoup, c’est exactement comme ca que j’essaie de construire ma vie, une sorte de voyage immobile perpétuel.
    C’est un plaisir de retrouver tes mots qui me font réfléchir et grandir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.