Qu’est-ce que l’éco-féminisme ?

Qu’est-ce que l’éco-féminisme ?

Courant dont on parle de plus en plus, je vous propose de découvrir cette vision entre écologie et le féminisme dans laquelle je me retrouve bien.

L’éco-féminisme

L’éco-féminisme est un mouvement qui relie écologie et féminisme, partant de la pensée qu’il y a un parallèle entre les comportements de domination et d’oppression envers les femmes et ceux envers l’environnement. L’éco-féminisme aborde donc autant les notions de capitalisme que de patriarcat, qui sont liés entre eux et entraînent les situations d’agression et de violence envers les femmes et la nature.

C’est un courant de pensée qui émerge dans les années 70, le terme étant prononcé par l’autrice Françoise D’Eaubonne dans son livre « Le féminisme ou la mort ».

[La société patriarcale] s’étant emparée du sol, donc de la fertilité, et du ventre des femmes (fécondité), il était logique que la surexploitation de l’une et de l’autre aboutisse à ce double péril menaçant et parallèle : la surpopulation -excès des naissances- et la destruction de l’environnement -excès de produits- – Françoise D’Eaubonne

L’éco-féminisme a pour volonté de réattribuer les droits des femmes et de la nature.

Sa seule controverse, est que son interprétation peut inciter à croire que l’on augmente la charge mentale des femmes. Étant donné qu’elles sont d’ailleurs plus sensibles à l’écologie et proportionnellement plus actives que les hommes en la matière, les mettre au centre de la solution leur confère une « mission » supplémentaire.

 

On distingue communément :

  • L’éco-féminisme matérialiste ou socio-économique, qui aborde la globalisation et dénonce la domination des hommes sur les femmes et des pays du Nord sur les pays du Sud, qui est notamment incarné par l’indienne Vandana Shiva.

  • L’éco-féminisme spiritualiste, qui a une source plus ésotérique en associant la femme à la Terre-mère en raison de ses fonctions de reproduction. Cette vision met en avant la figure de la guérisseuse, de la sorcière, et la notion de sacré, notamment portée par la théoricienne Starhawk.

L’éco-féminisme et moi

 

Sans forcément mettre un terme dessus, j’ai commencé à m’intéresser à l’éco-féminisme lorsque je vivais au Mexique. Je travaillais alors sur des missions volontaires dans l’environnement avec un groupe de « sorcières » auprès de qui je me suis initiée à la dimension spirituelle du mouvement. J’ai découvert les cercles de femmes, les rituels lunaires, les liens entre la Nature et la femme. Pour ma part, j’y ai vu une certaine poésie plutôt qu’une mission.
Effectivement, je suis une femme (cis-genre), sensible et active en matière d’écologie. Au départ, ma mission c’était l’écologie. J’ai trouvé ça magnifique de pouvoir faire un lien entre les deux, cela donnait plus de saveur à ce que je faisais.

Je comprends néanmoins que l’on puisse penser que c’est une charge supplémentaire pour les femmes, si on part du principe que c’est aux femmes de faire le travail. Je ne partage pas ce point de vue car pour moi c’est plutôt une vision où l’énergie féminine reprend sa juste place aux côtés de l’énergie masculine, et peut (et devrait même) être portée par les deux « sexes ». Je n’y vois pas un remplacement du patriarcat par le matriarcat, parce que j’aimerais aller au-delà de cette dualité et d’une logique de domination.

Aller vers la cohabitation et le respect, ce serait vraiment fantastique !

Je me retrouve en fait dans les deux courants, avec un penchant pour le spirituel, qui me vibre plus et qui est celui qui est venu naturellement à moi.

D’ailleurs, j’ai toujours été attirée par la lune, par la magie, par les sorcières et ado, je faisais déjà des rituels avec les copines. Je crois que c’était toujours là quelque part. Plus j’avance, plus ça prend de la place, une place qui n’est pas encore très définie mais qui je pense va se dessiner plus clairement prochainement.

Mais je m’égare ! Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, je crois profondément qu’il y a une carte à jouer de ce côté. Qu’associer les mouvements écologiste et féministe coule de source et a un vrai potentiel de changer les choses.


Lectures et ressources éco-féministes

Pour aller plus loin, voici quelques lectures pour approfondir vos connaissances sur l’éco-féminisme. Moi-même je débute dans l’exploration culturelle du mouvement :

  • Le féminisme ou la mort – Françoise d’Eaubonne
  • Rêver l’obscur – Starhawk
  • Sorcières, la puissance invaincue des femmes – Mona Chollet
  • La puissance du féminin – Camille Sfez
  • Être écoféministe — Théories et pratiques », Jeanne Burgart Goutal
  • Âme de sorcière, Odile Chabrillac

Et je vous recommande de parcourir le site, les vidéos et les programmes du collectif des Engraineuses qui se consacre à la sensibilisation à l’écoféminisme et proposent régulièrement des conférences.

Si vous avez des ressources supplémentaires à suggérer, je vous invite à les ajouter en commentaires !

 

***
Et toi, quel éco-féministe es-tu ?

Pinterest-eco-feminisme

 

 

Planet Addict

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience. Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

Cet article a 3 commentaires

    1. Planet Addict

      Merci pour ta contribution Laurie ! Je n’ai pas encore beaucoup de connaissances sur la littérature et les sites autour de l’éco-féminisme donc toute recommandation est bienvenue !

  1. Kellya

    J’ai découvert l’éco-féminisme avec la lecture Sorcières de Mona Chollet, puis en plongeant plus profondément dans son univers. Je suis aussi encore débutante sur le sujet et je te remercie d’avoir fait cette présentation claire et succinte, je n’avais en particulier pas fait la distinction claire entre les courants matérialiste et spiritualiste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.