Comment se désencombrer avec KonMari

Comment se désencombrer avec KonMari

Il y a quelques semaines, je vous parlais du fameux livre “La Magie du Rangement” de Marie Kondo ! Maintenant que j’ai terminé le raz de marée, il est temps de vous faire part de mon expérience et de mes impressions !

 

Intentions et ressenti

Au départ, je n’avais pas trop réfléchi au pourquoi ranger lorsque j’ai décidé d’appliquer la méthode KonMari, alors qu’en relisant le livre c’est un point assez important. C’est sans doute pourquoi il m’a fallu m’y reprendre à deux fois pour me sentir satisfaite de la procédure.

Lors du premier round qui m’a pris 5 journées, j’ai senti un tiraillement entre mon besoin de minimalisme (je n’aime pas posséder beaucoup et ayant pris l’habitude de vivre avec peu, l’excès me fait mal à la tête) et une envie de “renouveau”, de me procurer de nouvelles choses face à des possessions que j’accumule depuis des années.

Au départ, j’étais partie dans l’esprit de réduire au maximum pour pouvoir bouger facilement étant donné que je n’ai pas de maison fixe, ni de pays fixe d’ailleurs. Le fait d’avoir un sac à dos chargé et lourd pour voyager m’a clairement donné envie d’épurer et d’alléger.

En triant mes vêtements, j’ai remarqué que les pièces que j’aimais le plus ne m’allaient plus suite à une perte de poids, qu’il y en avait que je pouvais mettre mais que je ne pouvais plus voir, et qu’il me manquait certaines choses. Vous comprendrez que j’étais un peu frustrée : j’avais envie de renouveler, ce qui signifiait consommer et là on touche à un point sensible! Le but était de diminuer, pas de rajouter ! Est-ce bien écolo ?

20151119-Konmari-006

 

C’est là que j’ai commencé à comprendre qu’en fait, je ressentais le besoin de stabilité, d’avoir mon espace à moi, des choses à moi qui reflètent ma personnalité, mes valeurs, mais aussi mon état d’esprit du moment. J’ai senti l’envie de m’entourer de choses que j’aime, et de me séparer de nombreux objets appartenant au passé. Mais aussi, que voulais concilier écologie et féminité !

 

La méthode en application

 

Si vous vous souvenez bien, Marie Kondo préconise de s’attaquer au rangement par catégories et non par pièce ou par lieu de rangement. On réunit tous les éléments d’une même catégorie par terre, puis on prend chaque objet dans ces mains et on garde ce qui nous procure de la joie.

 

#1 Vêtements et chaussures

Pour moi, c’était l’une des catégories les plus dures à trier! J’étais à la fois contente de retrouver une garde robe plus variée et impatiente de la réduire. Mais pour les raisons que j’ai évoquées plus haut, cela m’a montré que j’avais besoin d’accepter d’avoir envie de me sentir bien et féminine dans ce que je porte. Au bout d’une journée, je me suis débarrassée de la moitié de mes affaires et de plusieurs paires de chaussures largement usées, mais je sentais que je n’avais pas atteint le point idéal. Je me suis acheté quelques vêtements et chaussures écologiques ou de seconde main (et sans mentir, quelques pièces du commerce classique), avant de retrier et éliminer quelques autres pièces qui ne me convenaient plus.

20151119-Konmari-001

Oui, les chaussures, c’est mon pêché mignon ^^

 

#2 Livres

Les livres, c’était déjà plus facile ! Cela ne m’a pris que 3-4 heures pour les passer en revue, sans commencer à les lire car se remettre dedans biaise le jugement! J’ai redécouvert des livres de mon enfance, de mes études, des collections que j’avais oubliées et des livres que je gardais pour les lire “un jour”. J’en ai supprimé la majorité !

J’ai décidé d’avoir une bibliothèque inspirante et donc de garder les livres que je relis régulièrement, ceux que j’aime feuilleter, ou d’autres que j’ai lu ais que j’aime avoir. Je me suis aussi faite offrir de nouveaux livres qui sont dans des thématiques qui m’inspirent aujourd’hui: reiki, litothérapie, naturopathie, médecine chinoise etc.

20151119-Konmari-003

 

#3 Papiers

Soyons clairs, c’est la catégorie la moins funky et cela m’a pris une journée entière! J’étais sidérée de constater que j’avais conservé mes cours de fac, mes fiches (ceux qui ont étudié avec moi savent à quel point je tenais à mes fiches!), des cahiers, et j’ai aussi passé en revue tous les documents bancaires et médicaux que ma mère avait précieusement gardé !

Au final, j’ai quasiment tout jeté, et en tant qu’écolo qui se respecte j’ai passé un temps fou à trier les papiers que je pourrais réutiliser comme brouillon (j’en ai à vie!), et ceux à mettre au recyclage, incluant les documents qu’il vaut mieux déchiqueter. Je crois que c’est le domaine où j’ai été le plus satisfaite, tout tient dans 3 porte documents !

 

#4 Komono

Le Komono, c’est un peu le “fourre tout”, la catégorie “autres”. On y trouve les bijoux, accessoires, maquillage, produits de beauté, mais aussi tout ce qui est électronique, vaisselle et objets en tout genre.

Côté “beauté”, c’était assez facile de reconnaître les bijoux que j’aime et j’ai enfin eu le courage de jeter ces produits et maquillage périmés que je n’utilisais plus depuis des années, que j’ai remplacé par des marques écolos et produits zéro déchet !

20151119-Konmari-007

 

En ce qui concerne l’électronique, j’ai ressenti un besoin de conserver l’essentiel qui pour moi se résume à mon ordinateur, un appareil photo et … un téléphone ! Oui, après maintes réflexions j’ai décidé de me séparer de mon I-pad et de me procurer un smartphone (de seconde main ;)). J’ai donné congé à mon reflex, que j’ai remplacé par un compact expert d’occasion, et vendu ou donné le reste. J’ai poussé un peu en triant mon ordinateur et mon disque dur externe, ainsi que mes pages Internet !

Pour le reste, c’est allé assez vite, et il me reste deux cartons d’affaires de maison, dans l’attente d’avoir un vrai chez moi.

 

#5 Le Sentimental

C’est un peu LA catégorie redoutée, tous les objets à valeur sentimentale: lettres, photos, cadeaux, souvenirs. C’est très judicieux de l’avoir en dernier car on prend le pli avec les catégories précédentes et on “tarde” moins. Ayant déjà fait des tris réguliers dans le passé, je connais ces objets par cœur et j’ai décidé de vraiment jouer le jeu. J’ai jeté mes vieilles lettres, que je ne relisais jamais, les ¾ de mes photos pour ne garder que le plus parlant, et le plus dur, donné mon sac de peluches, qui était resté inerte depuis 10 ans. C’est ce qui m’a le plus touché car mes peluches, c’était un peu ma famille d’enfance. J’en ai conservé quelques unes quand même ;).

 

Le stockage

La deuxième partie de la grande méthode de rangement, après le tri, c’est le stockage. C’est à dire, attribuer une place à chaque chose pour éviter de ré-encombrer. C’est là que ça pose un peu problème pour moi car j’ai une partie de mes affaires dans ma chambre chez ma mère, et une partie ici à Paris, dans un appartement qui ne contient pas que mes affaires. Donc je fais comme je peux, en attribuant des places de transition !

20151119-Konmari-002

 

Bilan personnel

La méthode KonMari, ce n’est pas que pour ranger ses affaires. C’est aussi pour ordonner sa vie, faire la paix avec son passé et certaines émotions. Voici ce qui en est ressorti pour moi.

 

Facteur Joie

Je ne vous cache pas que j’ai eu beaucoup de mal à reconnaître ce fameux facteur “joie” en touchant mes possessions, hormis quelques rares exceptions. Je n’ai jamais éprouvé un attachement particulier à mes affaires. Je préfère l’expérience au matériel et ayant beaucoup voyagé, je suis habituée à perdre, déchirer ou casser des trucs, donc j’ai appris à me détacher.

Néanmoins, j’ai eu du mal à me séparer de certaines choses. Par émotion par rapport au passé, par peur de gâcher, par culpabilité de me séparer de quelque chose de fonctionnel pour le remplacer, par honte de vouloir de nouvelles choses. C’est un vrai exercice de lâcher prise et d’analyse de soi !

Par exemple, alors que j’écris ces lignes je me rends compte que je n’avais pas envie d’avoir de “l’amour” pour des choses par peur de les abîmer ou de les perdre. Des résidus de ma confusion entre amour et attachement qui s’applique aussi bien dans le matériel que le relationnel. Rien n’est acquis, on peut toujours perdre quelque chose ou quelqu’un qu’on aime. Cela veut-il dire qu’on ne doit pas aimer du tout ? On peut tout à fait aimer sans s’accrocher, et accepter de lâcher prise au moment venu, s’il vient… La clé c’est la gratitude. C’est sans doute pour cela que Marie Kondo conseille de dire merci à ses possessions lorsque l’on s’en sépare. Comme dire au revoir à ses peluches en les remerciant du confort qu’elles nous ont apporté !

20151017-konmari-078

 

Donc même si je ne fais pas une danse de la joie devant mes affaires, ce rangement/renouvellement m’a aidé à apprécier ce que j’ai, à me déculpabiliser de me débarrasser, et à m’entourer de choses qui me correspondent !

 

Minimalisme

Cette expérience m’aura aussi permis de faire la paix avec mon équilibre minimaliste. Je ne suis pas encore prête à être une Béa Johnson, et même si j’aspire à voyager plus léger, j’ai besoin d’une base un peu plus robuste, à l’heure actuelle en tout cas. Quoi qu’il en soit, je me suis rendue compte que j’avais l’impression d’être encombrée alors que très objectivement, je n’ai pas énormément de choses comparé à ce que je peux voir autour de moi.

En fait, c’est plus la tête qui est encombrée de pensées constantes et d’envie de faire plus, toujours plus! C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à ralentir la cadence pour apprécier les efforts que j’ai déjà fait et les valoriser, avant d’aller plus loin.

Cela m’aide à accepter mon envie de flexibilité, de ne pas m’imposer des règles seulement “quantitatives”, mais aussi qualitatives et agréables. Je reste dans l’idée que je peux garder certaines choses pour leur caractère utile et suffisant, même si cela ne me procure pas une joie infinie, mais je compte aussi pratiquer ce ressenti face aux objets pour m’en séparer ou en intégrer de nouveaux à l’avenir.

Konmari

 

Au final, même si je n’ai pas tout appliqué à la lettre et qu’il me reste un peu de travail à faire, j’ai pu constaté qu’effectivement, la méthode est bien plus que du simple rangement de ses affaires.

 

***

Tri physique, tri émotionnel !

Et toi, qu’est ce que tu as ressenti en triant tes possessions ?

Pinterest-konmari

 

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Cet article a 27 commentaires

  1. Coucou Emma, j’ai trouvé ton expérience très intéressante ! Mon dernier gros tri remonte à notre dernier déménagement et il m’a fait prendre conscience des diverses raisons pour lesquelles on pouvait garder un objet, avoir du mal à s’en séparer… Trier d’un coup sur une période limitée n’a pas bien marché pour moi dans certains domaines (certainement parce que ce tri n’était pas réfléchi et fait à la va-vite) donc je continue d’épurer mes placards petit à petit. Il m’a fallu un an pour réussir à évaluer mes besoins vestimentaires- mais aujourd’hui je pense avoir enfin trouvé la garde-robe minimaliste qui me correspond. Pour les livres, il me reste encore à me séparer de plusieurs d’entre eux mais j’attends de pouvoir les vendre. La paperasse aussi, il faudra que je m’y attèle un jour… mais il faudra que je sois vraiment motivée !

    1. Je crois que la garde robe c’est le plus compliqué car c’est ce dont on se sert le plus! Et pour nous qui voulons faire les choses avec conscience, ce n’est pas évident de faire des choix toujours éthiques. Les vêtements écologiques ne sont pas donnés, on ne trouve pas toujours ce que l’on veut dans l’occasion, et tout devient un processus assez long. Parfois, c’est plus simple d’aller dans un magasin classique, même si cela ne m’enchante pas…
      Bon courage pour la paperasse! Faut se motiver oui!

      1. Oui pas évident la garde-robe. Pour mon cas j’ai une garde-robe pour mon travail (chemise et tailleurs) et ma garde robe de tous les jours plutôt composée de jean et marinière. Et puis il y a la petite robe noire passe-partout et la robe pour aller aux évènement type mariage. Les vêtements d’hivers et d’été… les vêtements de sports… au final j’ai l’impresison d’avoir une tonne de vêtements, mais comme je disais, si je pars plus de 5 jours de chez moi… il me manque des vêtements. C’est pas facile. Mais on est sur la bonne voie ! 🙂

        1. L’essentiel est de trouver SON équilibre, selon ses contraintes, activités et envies. Moi j’ai 5 ou 6 robes, mais j’adore en mettre et je les aime toutes! Quand on fait du sport, on est souvent obligé d’avoir plusieurs tenues et paires de chaussures. L’idée n’est pas de se priver pour être écolo, et c’est là tout le challenge! Rester soi-même, continuer de vivre, en conscience!
          Bises 😉

  2. C’est mon projet 2016 le minimalisme, le tri, remettre un peu d’ordre dans mon fouillis (mais je m’y repère, c’est dingue!). Mais j’ai l’impression que me séparer du fouillis sera se séparer d’une partie de moi, c’est bizarre. Et le pire pour moi ce sera les livres. Je ne vois pas comment m’en séparer… J’aime les avoir à disposition,s avoir qu’ils sont là, que je peux les relire ou les découvrir (j’en ai beaucoup pas encore lu, il faut avouer)… Sans parler de notre immense collection de films. 1er objectif : lire sur le minimalisme pour m’attaquer à la pratique ensuite !

    1. oui c’est effectivement se séparer d’une partie de soi, mais une partie dont on n’a plus besoin. C’est pas évident mais c’est libérateur! Tu as lu le livre ou pas? C’est un bon outil!

      1. Non, pas encore, je vais l’emprunter à la bibliothèque, mais il est déjà pris là ^^ Comme Zéro Déchet, no impact man… Tout le monde s’y met en janvier 🙂

          1. En Picardie.

          2. Ok parce que j’ai no impact man a donner si ça t’intéresse je te l’envoie (et dans ce cas envoie moi ton adresse via le formulaire de contact)! Cadeau 😉

  3. J’aime bien ton analyse qui dit que ce n’est pas que pour ranger ses affaires mais que c’est pour ordonner sa vie. C’est vraiment ça. Avec mon mari on a entrepris de ranger notre maison depuis juillet dernier. On a presque finit mais il nous manque notre bête noire : Les papiers. On applique pas tout à fait la méthode à la lettre mais franchement on est content du résultat.
    On a retrouvé certains objets qui dataient du début de notre relation. Comme ça nous a rappelé de bons moments, on a décidé de garder certains d’entres eux.
    Bref, je comprends ta culpabilité par rapport à l’envie de racheter certaines choses. Moi j’ai un peu trop écrémé ma garde robe. Si je dois partir de chez moi plus de 5 jours je n’ai pas asse de vêtements… malgré tout je préfère attendre d’avoir vraiment un coup de cœur plutôt que de me racheter des fringues parce qu’il faut…
    Merci pour ton partage en tout cas !

    1. Je pense que le principal c’est de trouver sa version de la méthode qui nous convient. Le livre c’est une base mais après chacun peut l’adapter à sa façon!
      C’est pas évident de trouver son équilibre, surtout quand on n’achète jamais rien!
      Bon courage pour les papiers, c’est le plus pénible!

  4. Pareil pour moi, j’arrive à trier beaucoup de chose mais alors les peluches pour l’instant je n’ai pas réussi à m’en séparer d’une seule. Elles sont toutes chez mes parents pour l’instant mais il faudra bien que je me décide un jour ou l’autre …

    1. Oui ça a été dur, mais je me suis rendue compte que je ne m’en souvenais plus de la plupart. Cela m’a fait un pincement au cœur pour certaines, mais j’en ai gardé 5 6 quand même, les plus importantes à mes yeux!

  5. Je ne connaissais pas la méthode. Par contre, depuis quelques mois, je fais le tri régulièrement dans mes affaires.
    Parfois, je les donne sur des sites comme donnons.org, parfois je les revends.
    Ce n’est pas tout le temps évident, notamment pour les affaires les plus personnelles, mais que je n’utilise pas ou peu.
    J’ai par exemple un cahier et plusieurs pages volantes d’écriture datant de mes 16 ans. Ils me rappellent l’époque où je voulais écrire des romans policiers, j’avais même trouvé mon nom d’auteur basé sur mon vrai nom, mais à l’anglo-saxonne 😉 Peut-être ai-je toujours cette ambition cachée de devenir écrivain 🙂
    Et je ne parle pas de certains livres et des photos sur mon PC.
    En tout cas, cela me fait du bien généralement, une fois que j’ai sauté le pas de “laisser partir” surtout quand je sais que ces affaires feront le plaisir de quelqu’un !

    1. C’est intéressant cette histoire de cahier, peut-être qu’une partie de toi est encore attirée par l’idée d’écrire, tu devrais y songer!
      Je te conseille la méthode si tu aimes te débarrasser de tes trucs, c’est assez radical!

  6. Merci pour ton article! J’ai beaucoup aimé. Je ressens toujours cette même sensation d’énergie qui circule et d’espace quand je range mes placards, et en plus, je trouve que c’est un des meilleurs outils pour que je consomme moins. Quand je n’oublie pas un paquet de lentilles au fond du placard, la levure ou des chaussettes, je sais que j’ai vraiment tout ce dont j’ai besoin 🙂
    Bises
    Cécile

    1. Merci Cécile!
      Marie Kondo parle beaucoup de l’énergie qui circule aussi, dans sa maison, ses placards, dans le fait de se libérer de ses objets. Et que l’énergie des objets reviendra sous une autre forme pour nous servir. J’ai beaucoup aimé cette vision des choses! Et avec tout l’amour que j’avais pour mes peluches enfant (mais qu’à présent je ne ressentais plus de la même façon), j’ai offert beaucoup d’amour! J’ose espérer que cela aura pu faire des heureux à Noël!

  7. Génial de lire ton retour d’expérience sur cette méthode car je suis en plein dedans ! Je n’ai pas encore passé toutes les catégories mais j’ai fini les vêtements et les chaussures, déjà un grand pas! Ce qui m’a le plus bluffé avec cette méthode, c est que mon rangement reste en place, moi qui suis/étais un peu bordélique je l avoue ! Au départ c’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai lu le livre, bien consciente du parallèle entre ordonner ses affaires et ordonner sa vie 😉 j’éparpille, je m’éparpille… Pas étonnant que je sois un peu bloquée en plein milieu de mes catégories 😉

    1. Oui et c’est drôle, moi aussi je m’éparpille beaucoup et depuis, beaucoup moins. Je fais attention à remettre les choses à leur place, et je me sens mieux comme ça. Comme c’est plus ou moins rangé, cela incite à ne pas encombrer. Et le désencombrement qui se voit dehors, se fait ressentir en parallèle dedans, où les choses commencent à se mettre en place (à leur place? 😉 ) et à prendre forme…

  8. Ton retour d’expérience donne vraiment envie de le lire! Je suis plutot douée pour me débarrasser des choses, mais je ne suis vraiment pas ordonnée. Cette technique m’aiderais surement à comprendre pourquoi je n’arrive pas à ranger et à y remédier, au moins un peu. Tu m’as convaincu, il rentre dans ma liste de lecture futures.

  9. J’ai commencé il y a une semaine, et après deux jours de repos (un peu forcés, rdv fixés avant, etc, mais salutaires) je m’y remets avec une grand plaisir.
    C’est tout à fait ce que tu décris : ranger en désencombrant, c’est aussi dans la tête ; je trouve la différence flagrante, alors que je n’en suis qu’à la moitié, environ. Méthode efficace et très impressionnante, si on accepte de faire comme elle dit. Pour moi, en tout cas, ça a été nécessaire pour accepter de lâcher prise suffisamment et jeter tout ce qui m’encombre actuellement.

    1. Merci pour ton retour Magalie !
      Moi je vais refaire un tri prochainement car je constate que j’ai encore beaucoup d’encombrement dans la tête !
      Je suis heureuse de voir que ce rangement t’es salutaire 🙂

  10. Bonjour,
    J’aimerais beaucoup savoir si, avec le recul, ce rangement est resté salutaire ou si vous vous êtes « réencombrée»

    1. Bonjour Aline, je ne me suis pas ré-encombrée et j’ai gardé le cap du “chaque chose à sa place”. Dès que ça s’encombre un peu c’est que les choses ne sont pas à leur place et il ne me faut pas longtemps pour les y replacer ^^. J’ai un petit appartement et ça se voit vite, je n’aime pas avoir plein de trucs donc même dans mes achats, c’est assez restreint 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu