Écovolontariat : S’initier à l’herboristerie

Écovolontariat : S’initier à l’herboristerie

Allez, on ne chaume pas et on se met dans le bain du voyage volontaire tout de suite ! Petite mise en jambe avec cette semaine passée à l’herbothèque près de Montréal, à la découverte des plantes médicinales !

 

L’herboristerie c’est quoi ?

Commençons par le commencement. L’herboristerie est une forme de médecine qui soigne avec les plantes, dans une vision globale du fonctionnement du corps humain à la différence de la médecine occidentale qui a tendance à tout séparer. Si la médecine occidentale est bonne pour agir sur le côté “machine” du corps humain, elle a ses limites et les plantes médicinales sont d’excellentes alliées pour compléter la guérison en respectant les fonctions naturelles de l’organisme.

Et je vous assure, en apprendre plus sur elles est passionnant !

image

Mauves de Mauritanie

 

Pour ma part, j’ai découvert l’herboristerie grâce à ma copine Elo qui m’en a fait les éloges et qui m’a parlé de cette fameuse herbothèque qui propose des formations ainsi que des ateliers toute l’année. C’est comme ça que je me suis retrouvée à assister à un cours d’initiation à l’herboristerie l’hiver dernier, bravant la tempête de neige en plein mois d’Avril! Et heureusement que je ne me suis pas laissée décourager, ça valait vraiment le coup !!

Ça a été le coup de foudre. On nous a présenté les différentes plantes et transformations, le tout ponctué d’anecdotes personnelles qui m’ont encore plus fait réaliser que la nature nous offre tout ce dont nous avons besoin et que nous nous tournons bien trop facilement vers les produits chimiques que naturels.

Anyway, ce jour là j’ai décidé que j’irai faire un tour à l’herbothèque située à Lantier, à 2h de Montréal, pour y faire du bénévolat.

 

Une semaine d’immersion

Franchement, mettre les mains dedans il n’y a que ça de vrai ! Arrivant en fin de saison, le travail était plus calme, nous donnant une parfaite occasion de poser nos mille questions et de toucher un peu à tout : désherber à la main, récolter les plantes, feuilles, et fleurs, apprendre à les identifier et leurs propriétés, pratiquer les différentes méthodes de séchage et avoir un aperçu des transformations (préparer des concentrés liquides, des elixirs floraux, voir les huiles macérées etc.). Cela m’a rappelé quelques souvenirs d’adolescence quand je jouais aux apprenties sorcières ;).

image

image

image

 

Cerise sur la gâteau, nous avons également prêté main forte à la construction d’une éco-serre d’inspiration earth ship. Les earth ships sont des habitations éco-construites à partir de matériaux recyclés (pneus usés, canettes en aluminium, verre, boîtes de conserves…) et écologiques (utilisation du torchis), visant une autonomie vis-à-vis des énergies fossiles (récupération d’eau de pluie, toilettes sèches etc.) et à l’autosuffisance avec l’installation d’une serre pour faire pousser des plantes comestibles.

image

 

Nous avons donc appris à fabriquer du cob (torchis) et mis les mains dans cette boue pour finaliser les murs ! 🙂

image

 

Terminer en musique

Le timing était parfait car à la fin de notre semaine de bénévolat avait lieu le Festi-Herbes à l’herbothèque, un événement annuel avec des conférences autour du sujet de la santé dans sa globalité et les plantes qui nous font du bien, ainsi que des exposants de produits naturels et une superbe soirée autour d’un feu de joie à écouter de la bonne musique et danser pieds nus dans l’herbe. Ressourcement total !

Il se dégage vraiment une belle énergie positive dans ces jardins, la directrice de l’herbothèque communique très aisément sa joie de vivre et nous envoûte immédiatement dans son univers ! Et non, on ne tombe pas pour autant dans une ambiance hippie-retirée du monde capitaliste civilisé. Point du tout ! C’est simplement une ambiance harmonieuse où on se sent de suite en connexion avec la nature.

image

 

Les gens avec qui nous avons travaillé étaient vraiment sympas et très intéressants. Des personnes qui partagent mon goût de la nature et de l’apprentissage et qui m’ont inspiré sur bien des points. Cela donne encore plus de sens à notre nouveau voyage…

J’en profite pour remercier particulièrement Natacha, Ariane, Ève, Dominique et Kristel de nous avoir communiqué leur passion, leur énergie, de nous avoir tant appris et de leur patience face à deux françaises pleines de questions! Vous êtes formidables et j’espère vous recroiser un jour… 🙂

 

Pour conclure

Cette petite expérience m’a clairement donné envie de pousser un peu plus loin le sujet. Ce n’est pas pour rien que nous sommes reparties de là avec un livre introductif sur l’herboristerie (et quelques produits pour notre voyage ^^) ! Se soigner avec les plantes, renforcer son système immunitaire, mais aussi aller vers la beauté naturelle et les produits maison et renforcer mes connaissances alimentaires. Parce que oui, c’est tout bête mais tout part de ce que l’on mange ! Tout est lié dans le corps, y compris ce qu’il se passe dans notre esprit et il temps de reconnecter tout ça, et non de traiter chaque chose séparément.

image

Bourrache

L’herboristerie est une pratique tellement intéressante, riche et pleine de bon sens que je me suis même dit que certaines choses devraient être apprises à l’école!! Et pourtant, en France le statut d’herboriste n’est pas reconnu. D’ailleurs, une pétition circule pour le retour du métier d’herboriste en France, je vous invite à y participer !

Parce que franchement, ce n’est pas trop cool de savoir se soigner avec les plantes qui poussent autour de nous ??

 

Si cela vous intéresse, jetez un œil aux formations à distance (possibles depuis la France), aux livres, et si vous êtes au Canada, n’hésitez pas à assister à un atelier, à faire du bénévolat, ou à participer au prochain Festi-Herbes ! 🙂

Site de l’herbothèque : cliquez ici.

image

 Fleur de carotte sauvage

 

***

Peut-être bien que j’y retournerai, qui sait ?

Et toi, que penses-tu de l’herboristerie ?

Planet Addict

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience. Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

Cet article a 13 commentaires

  1. Géniale comme expérience!! Moi aussi je veux faire ça!!! :-))
    Mais dis-moi, est-ce que tu es passée par le site de wwoofing pour être bénévole là-bas ou par l’herbothèque directement?

    1. Tu passes directement par l’herbothèque! 🙂 Contente de t’avoir contaminée! 🙂

      1. 🙂 Merciiiiii et bonne suite dans ton périple! 😉

  2. Hu hu je vois que tu aimes vraiment bien mon t-shirt! 🙂 Ca avait l’air tellement bien ton bénévolat, tu me donnes envie! Nous on fait que désherber depuis une semaine, c’est certes utile pour eux mais pas très instructif pour nous….

    1. Héhé oui il est top! Je l’emporte avec moi! 🙂
      Ah oui le désherbage, j’en ai beaucoup fait aussi pendant mon premier wwoofing, n’hésitez pas à demander de participer à d’autres projets!
      Bisous

  3. Hello !

    Génial comme expérience ! J’avoue que ton article mon donne envie de m’y intéresser, mais je ne sais pas si de telles formations existent en France… Et c’est quand-même pas pareil à distance, d’autant que je ne sais pas si j’aurais la discipline de m’y mettre en plus de mes études “normales” 🙂

    Merci pour ton article en tout cas !

    1. Je pense qu’il existe des ateliers en France, c’est juste que ce n’est pas reconnu. Je suis sûre que tu peux trouver, sinon il y a toujours les livres qui peuvent apaiser ta curiosité 😉
      Merci Bulle!

  4. J’adorerais faire du bénévolat dans une herboristerie alors merci pour ce partage! Comme toi, je suis convaincue que la nature est bien faite et qu’elle nous offre tout ce dont on a besoin pour répondre à nos besoins vitaux… alors je me demande souvent comment en sommes-nous arrivés à perdre autant de temps et d’argent à fabriquer des produits chimiques et toxiques alors que la nature nous offre déjà tout ce qu’il y a de meilleur et de plus sain?! Et quelque chose me dit que mon prochain éco-défi te plaira 😉

    1. Simple: l’argent. Si tout le monde partageait des potagers, faisait les marchés et les producteurs locaux et se soignait avec les plantes d’où viendrait le profit? Je trouve aussi cela complètement aberrant, sachant que si déjà on nous enseignait comment manger correctement et renforcer notre système immunitaire naturellement, nous aurions moins besoin d’aller chez le médecin. Mais ça ne rapporte rien. Y’a du boulot!!
      Hâte de voir ton éco-défi du mois d’octobre (en plus c’est mon mois d’anniversaire 😉 )!!
      Bisous

  5. Cool, surtout la partie herbe et torchis ! C’est trop cool le torchis comme matériaux !

    1. Oui c’est fascinant et assez fun à appliquer! Avec un gommage pour les mains intégré 🙂

  6. Merci pour ce beau témoignage sur ton expérience à l’Herbothèque et merci de nous permettre de le publier dans le journal d’automne de notre école. Je n’ai pas eu l’occasion de te parler vraiment lors de ton passage, mais j’ai bien aimé te lire. À une prochaine peut-être.

    1. Merci beaucoup Johanne! Je suis super contente que tu veuilles publier mon article dans le journal de l’école, ça me fait très plaisir!
      On se recroisera peut-être une prochainement, si je reviens 😉
      Bises!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu