Comment choisir sa banque éthique ?

choisir une banque ethique

Est-ce que vous savez si votre banque pollue ? Si elle est engagée dans le financement d’énergies, fossiles, d’énergies renouvelables ? Savez-vous à quoi sert l’argent que vous déposez en banque ? Sujet vaste et complexe, je vais tenter d’apporter ma pierre à l’édifice en vous partageant mes réflexions et décisions, pour changer de banque et en choisir une plus éthique, si seulement ça existe !

Je vous l’avoue : cela fait environ 3 ans que je me dis « change de banque » et que je ne le fais pas parce que pour être honnête, j’ai horreur de tout ce qui est administratif ! Faire des recherches, remplir des papiers, fermer un compte… tout ça créé un embouteillage dans ma tête. Alors j’ai fait l’autruche quelques temps, mais aujourd’hui ce n’est plus possible.

Ce qui a fait pencher la balance ? Je vous en parlais la semaine dernière, le vrai déclic a été ce soutien fou de youtubeurs pour la cause des orques en Colombie Britannique, au Canada. Pour la faire courte, les orques sont en menace imminente d’extinction pour deux raisons : le manque de nourriture dû à des barrages qui empêchent la remontée des saumons, et un projet de pipeline qui engendrerait un trafic maritime sans précédent.
Quel rapport avec les banques me direz-vous ? Et bien en fouinant un peu, j’ai découvert que le projet de pipeline (le Pipeline Line 3) est notamment financé par le Crédit Agricole, ma banque. Il ne m’en a pas fallu plus pour que la décision soit prise.

Mais bon, décision prise, il faut passer à l’action ! J’ai donc remis le nez dans les comparatifs de banques, les rapports RSE et l’idée de logistiquement devoir faire des démarches.

 

Quelle banque choisir ?

Les banques réinjectent l’argent déposés par leurs clients pour financer des prêts et des projets de particuliers ou d’entreprises. La plupart des grandes banques contribuent au financement de projets énergétiques à l’étranger, dont les énergies fossiles, barrages, énergie nucléaire etc, soit de manière directe, soit de manière indirecte via le financement d’entreprises. Elles financent aussi dans certains cas les énergies renouvelables, mais avouez que si à côté elles soutiennent le charbon et les gaz de schistes, c’est moyen !

Donc comment faire pour prendre connaissance de ces projets et choisir une banque plus éthique ?

La bonne nouvelle, c’est qu’une grande partie du travail a déjà été faite par l’association écologiste Les Amis de la Terre. Ils ont publié un guide vraiment complet en 2014 avec un classement des banques en fonction de leur impact sur le climat.

Parce que c’est une chose de lire un beau rapport RSE, écrit et tourné de manière à ce que la banque présente bien et semble réellement se bouger pour le climat, c’en est une autre de lever le rideau sur ce qu’il se passe vraiment.

1x1.trans - Comment choisir sa banque éthique ?

Donc déjà la première chose, c’est de prendre connaissance des classements :

Vous pouvez aussi jeter un œil aux placements labellisés par Finansol, qui atteste du caractère solidaire d’un produit financier. Personnellement, je ne trouve pas la liste parlante car le fait qu’une banque ait des placements labellisés n’empêche pas qu’elles financent des projets cata à côté…

 

Les banques à éviter : du pire au moins pire

On remarque d’entrée que 3 grandes banques françaises sont sous les projecteurs :

  • BNP
  • Crédit Agricole
  • Société Générale

Centrales de charbon, sables bitumineux, gaz de schistes, mais aussi grands barrages et centrales nucléaires – ça fait un peu flipper !

Note : je précise tout de même que la BNP s’est récemment désengagée de certains investissements suite à la campagne menée par les Amis de la Terre, en partenariat avec Vincent Verzat. Comme quoi c’est hyper important de s’exprimer ! Restant à ce jour la 1ère banque française, son poids rend ses choix de financement beaucoup plus impactant que d’autres, ce qui fait qu’à l’heure actuelle, elle reste encore à surveiller de très près.
Surtout que la BNP finance toujours les entreprises derrière le développement du charbon, avec pour exemple le projet à Hambach en Allemagne, mené par l’entreprise RWE (soutenue financièrement par les banques), où un activiste tentant de protéger la forêt primaire qui va être rasée est récemment décédé.

Ensuite, on trouve les banques « moins pires » mais loin d’être exemplaires :

  • Crédit mutuel / CIC
  • BPCE (banque populaire / caisse d’épargne)
  • La banque postale

Ceci dit, lorsqu’on regarde le classement du côté de Fair Finance, ces 3 banques sont plutôt sur le banc des mauvais élèves, notamment d’un point de vue fiscal et environnemental.

Classement des banques Amis de La Terre

Classement des banques – Les Amis de la Terre

 

Classement des banques FairFinance

Classement des banques – FairFinance (il manque 2 critères sur ce visuel)

 

J’en profite pour aussi citer les banques en ligne qui sont de plus en plus populaires, et qui appartiennent souvent à un grand groupe :

  • Boursorama appartient à la société Générale
  • Fortuneo et Monobank appartiennent au Crédit Mutuel
  • Bforbank appartient au Crédit Agricole
  • Hellobank appartient à BNP Paribas
  • LCL appartient au Crédit Agricole

 

Les banques les plus éthiques

Deux banques se démarquent clairement : le Crédit Coopératif et la Nef.

Alors, victoire vous allez me dire ? Pas exactement.

La Nef est une coopérative qui finance exclusivement des projets écologiques, sociaux et culturels en France, et de ce côté c’est LA banque plébiscitée à l’unanimité. En revanche, elle ne propose pas (encore) de compte courant, ou de prêts immobiliers – ce qui peut être problématique pour certain.e.s.

De son côté, il se trouve que le Crédit Coopératif, qui est aussi une coopérative, appartient au groupe BPCE ! Et j’ai jamais trop aimé la consanguinité, d’autant plus que le Crédit Coopératif n’est pas totalement transparent sur l’allocation de ses fonds… Ceci étant dit, le Crédit Coopératif garde son autonomie et le fait d’appartenir à la BPCE lui donne une solidité financière non négligeable.

Il existe aussi d’autres alternatives d’investissement, du côté du financement participatif. Par exemple sur les énergies renouvelables avec Enerfip ou Lendosphere, ou l’agriculture avec Bluebees ou encore les projets solidaires avec Babyloan. Dans ces cas, il s’agit plutôt de microfinance, où on va prêter directement de l’argent pour financer les projets qui nous intéressent. Une option à considérer, si vous avez de l’argent qui dort et que vous voulez le rendre utile instantanément.

 

Balade Combrailles

Pour terminer, j’attire l’attention sur le fait que le plus important, c’est le placement de votre épargne. L’argent sur un compte courant est rapidement dépensé et ne constitue pas un grand risque qu’il soit mal utilisé.

C’est pourquoi, finalement sans grande hésitation, mon choix se porte sur la Nef. Et ce qui est cool, c’est qu’il est maintenant possible d’ouvrir un livret à la Nef en ligne !

 

Les étapes pour changer de banque

  1. Ouvrir un compte dans la banque choisie.
  2. Transférer son épargne d’un compte à l’autre.
  3. Envoyer une lettre à sa banque pour lui expliquer pourquoi on s’en va (et en option vous pouvez envoyer une copie aux Amis de la Terre – voir dans leur guide).

Concernant le compte courant, je m’en occupe dans un deuxième temps. J’hésite encore d’en ouvrir un chez la caisse d’épargne où j’ai déjà un autre livret (pour lequel je réfléchis aussi à transférer mon argent), soit au crédit coopératif, soit à la banque postale – qui sont à mon sens les deux seuls choix envisageables à l’heure actuelle. Et à ce moment :

  1. Mettre à jour tous les prélèvements (ça va être la partie relou mais c’est pour la bonne cause)
  2. Clôturer tous ses comptes dans sa banque actuelle. Ciao, bisous, bien cordialement.

Stop the banks

Visuel de la pétition contre le Pipeline – Greenpeace. Crédit Agricole, Société Générale et HSBC figurent parmi les financeurs.

 

Ce qui est certain, c’est qu’à l’heure où la communauté scientifique alerte sur les dangers imminents du changement climatique, appelle à laisser 2/3 de nos réserves d’énergies fossiles DANS les sols pour limiter la hausse des températures – on continue (les gouvernements, les banques, et par défaut NOUS avec l’argent placé) de soutenir les projets catastrophiques d’extraction de pétrole, charbon, gaz etc. C’est juste tellement incohérent et suicidaire, et perso j’ai pas envie de payer pour ça.

Je me dis que tout ce que je fais au quotidien ne sert à rien si je ferme les yeux là dessus. Bon, désolée pour le ton légèrement anxiogène, c’est que ce sujet me rend dingue !

Je suis complètement transparente sur le fait que je ne suis pas experte en énergie et loin de là, en vrai j’y comprends pas grand chose car le sujet est complexe. On a besoin d’énergie pour vivre mais MER**, je sais qu’il existe plein d’options, et pas seulement du côté des énergies renouvelables qui génèrent aussi de la pollution pour leur fabrication.

Je reste persuadée que si on est capable d’inventer des fusées, d’aller sur la Lune, d’extraire du pétrole au milieu de l’océan, on doit bien être capable de faire quelque chose d’un peu mieux que ça !

Moi qui avait déjà changé de fournisseur d’électricité, pour passer d’EDF à Enercoop, une autre coopérative qui se fournit en énergies renouvelables locales, je suis heureuse d’avoir ENFIN passé le Cap de changer de banque !

A vous maintenant !

Je remercie au passage Lucie Pinson, des Amis de La Terre qui a répondu à mes questions sur ce sujet complexe afin de vous offrir un article le plus clair, le plus à jour et le plus objectif possible (et aussi pour son travail pour engager les banques à se détourner de ces financements dévastateurs).

***

Et toi, dans quelle banque es-tu et envisagerais-tu de la quitter ?

Pinterest-banque

1x1.trans - Comment choisir sa banque éthique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *