Les éclaireurs qui agissent dans l’ombre

Jane a un projet bien particulier, celui de donner la voix à des personnes cachées qui agissent partout dans le monde pour le rendre meilleur, plus durable. “Les éclaireurs” est une série documentaire qui va bientôt voir le jour et donc forcément, il fallait que je fouine pour en savoir plus ! J’ai eu le grand plaisir d’interviewer la fameuse Jane, qui m’a séduite par sa passion et son dévouement. Si vous n’avez pas encore entendu parler de ce superbe projet, c’est d’autant plus le moment de découvrir de quoi il en retourne !

Jane, vous la connaissez déjà peut-être à travers les Tutos Biocoop qui circulent depuis quelques mois sur Youtube. Des épisodes de 2 minutes pour nous donner des astuces pour un quotidien plus vert et entrer dans le monde du “fait soi même”. Des vidéos que je suis avec beaucoup d’attention, surtout depuis que je me suis lancé mon défi créatif pour le printemps.

 Tuto Biocoop, épisode 5 : Le Bricolage

 

Mais revenons en à nos Éclaireurs. Par les médias, Jane souhaite donner la voix aux activistes et philanthropes de la planète, portes paroles d’un nouveau monde en marche.

A travers cette série, composée de plusieurs saisons et épisodes, Jane nous emmène dans un voyage aux quatre coins du monde où elle part à la rencontre de ces personnes qui marchent à contre-courant et qui proposent de nouvelles idées en composant avec la nature et leur environnement.

Pour la première saison, Jane parcours l’Inde, la Birmanie, le Nicaragua et la Colombie afin de mettre en lumière des populations défavorisées qui concentrent leur énergie à la mise en place de nouveaux modèles pour améliorer leurs conditions de vie.

Pilote de la série – Vimeo

Mais elle ne part pas seule. Dans sa valise, elle emmène Léa, sa co-réalisatrice rencontrée à l’école d’audiovisuel, avec qui elle tourne également les Tutos Biocoop. Entre elles, le courant est passé tout de suite : « On pouvait passer des heures à refaire le monde ».

Et ça je veux bien le croire ! Car en discutant avec Jane, je m’aperçois vite que j’ai affaire à quelqu’un de profondément engagé qui parle avec ses tripes. Partageant les mêmes convictions et le même besoin de faire bouger les choses, je me laisse donc facilement entraîner dans une longue discussion qui, en plus de me faire découvrir le projet, m’a fait découvrir la personne qui se cache derrière.

Les éclaireurs Jane et Lea

 

Rencontre.

 

Jane, pourrais-tu nous en dire un peu plus sur toi et sur ta conscience écologique ?

J’ai 29 ans, je suis née à San Francisco et je suis arrivée en France à l’âge de 2 ans et demi. J’ai fait des études d’audiovisuel car j’avais besoin de créer pour m’exprimer. Petite, je voulais déjà écrire des histoires pour éveiller les gens pour qu’ils ne jettent plus les sacs plastiques dans la rue ! Mon père m’a énormément inspiré car son métier c’est le recyclage de plastique! Aussi, ma mère est une mère Thérésa de nature donc j’ai forcément eu de belles inspirations !!!

Dès l’adolescence, j’ai ressentis ce besoin de me rendre utile pour justifier ma présence sur cette planète. J’ai une conscience altruiste et je ne supporte pas l’injustice.

Pour moi, la clé pour sauver le monde c’est le développement durable. Si on respecte la planète, alors on respectera les hommes, et les femmes !

La blonde qui sauve le monde

 

Comment t’es venue l’idée de faire cette série, quel message souhaite-tu faire passer? Et pourquoi ce titre, Les éclaireurs ?

Nous sommes nés dans un monde que nous devons changer. Nous sommes tous des super héros, et pouvons tous jouer un rôle et ce n’est pas simplement “gagner de l’argent et être riche”. Si on est sur Terre, c’est pour être heureux grâce au partage avec les gens.

Si je fais cette série, c’est pour éveiller les consciences tout en les amusant. Leur donner le goût du voyage utile. Je veux éclairer ces éclaireurs, c’est à dire ces gens qui changent les choses, partout dans le monde, peu importe leurs moyens, et en faire mes stars. Ce sont de vrais acteurs qui jouent leur propre rôle.

Les éclaireurs Jane

 

Dans la première saison, tu vas en Inde, en Birmanie, au Nicaragua et en Colombie. Qu’est-ce qui a déterminé le choix de ces premières destinations et projets que tu comptes nous faire découvrir ?

La première saison est consacrée aux pays en développement d’Asie et d’Amérique Latine. Nous les avons choisis parce qu’ils sont sortis de plus de 50 ans de dictature, sauf l’Inde qui est en plein boom économique mais avec un fossé d’inégalités frappant.

Nous avons trouvé les projets grâce à des amis, à notre réseau, et aux personnes qui nous les suggèrent via notre page Facebook.

 

La blonde qui sauve le monde

 

Comment s’organise la production de la série ?

La série est produite par MC4 Production. Nous sommes 4 à partir : Léa Durant, ma co-réalisatrice, Sylvain Dumaine, ingénieur du son, Thomas Levy, cadreur, et moi. Nous passons environ 3 semaines par pays. Nous avons commencé l’aventure par l’Inde à la mi- janvier, nous venons de terminer le tournage du Myanmar, ancienne Birmanie et là nous partons au Nicaragua.

Mais pour terminer de réaliser cette première saison, il nous manque encore 10 000 euros par épisode ! C’est pourquoi nous sommes toujours à la recherche de partenariats qui partagent les valeurs de notre démarche, et d’autres chaînes télés. Nous travaillons déjà avec Ushuaïa TV et TV5 Monde, qui diffuseront la série une fois finalisée.

Les éclaireurs tournage

 

On croise les doigts pour que l’équipe puisse réunir le budget manquant, car un projet comme ça vaut le coup d’aboutir! D’ailleurs, si certains d’entre vous ont des suggestions de partenariats, je pense qu’elles seront les bienvenues !

Si tout va bien, on devrait pouvoir regarder la série d’ici la fin de l’année 2015, à l’occasion du COP 21, conférence internationale pour le climat, qui aura lieu à Paris en Décembre !

Edit : La série a été rebaptisée « Les porteurs d’Espoir ».

Note : Toutes les photos de cet article sont la propriété de Jane.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *