Renouer avec ses cycles et faire un cadran lunaire

A plusieurs reprises, j’ai abordé le sujet du Féminin, la place et la considération que cela a dans notre société et la conscience qu’une femme peut avoir de son corps. J’ai enfin mis la main sur le célèbre livre Lune Rouge de Miranda Gray, qui traite spécifiquement du cycle féminin, de ses significations et de comment s’en servir pour optimiser l’utilisation de ses phases dans notre vie quotidienne de femme. Un livre très instructif, bien que difficile à lire selon moi. C’est pourquoi j’ai souhaité reprendre les principes de bases qui m’ont inspirés à suivre mes cycles avec un cadran lunaire.

 

La puissance du cycle ignorée

La femme est, par nature, cyclique. Malheureusement, le cycle menstruel qui était autrefois perçu comme sacré, source de créativité et de pouvoirs, est aujourd’hui perçu comme un processus passif, une contrainte, un tabou. Nous savons que cela existe, mais nous préférons l’ignorer et ne pas en parler.

Notre société contemporaine est dominée par un fonctionnement “masculin” et une vision linéaire du temps et de l’action, négligeant toute nature cyclique. Nous remarquons bien qu’aujourd’hui il n’y a plus d’enseignement des cycles et différentes énergies de la femmes, en dehors des connaissances physiologiques basiques des cours de biologie.

Par conséquent, les femmes ont du mal à en prendre conscience et ne savent pas comment s’en servir. Au contraire, elles rejettent la phase des règles en s’efforçant de continuer de vivre une vie active normale, ne savent pas gérer la douleur ou les sautes d’humeur et ne veulent pas attirer l’attention. Parce que vous comprenez, une femme qui a ou est sur le point d’avoir ses règles est une femme chiante.

Pourtant, chaque phase a des influences puissantes et les règles représentent autre chose qu’un phénomène contraignant et sale.

Le livre “Lune rouge” raconte le cycle menstruel comme “un processus dynamique qui peut avoir une influence active sur le développement physique, émotionnel, intellectuel et spirituel d’une femme, ainsi que celui de la société et de l’environnement dans lequel elle évolue.”

Ce qu’une femme désire le plus est d’être acceptée pour ce qu’elle est et être libre de faire ses choix.

 

Le cycle lunaire

Le livre commence avec le rêve d’une jeune fille durant la première nuit de sa menstruation, une aventure en présence de plusieurs archétypes féminin symbolisant les différentes phases et influences du cycle menstruel. Ce rêve marque la transition entre l’enfance – marquée par des énergies linéaires – au statut de femme influencé par des énergies cycliques qui suivront un rythme qui se répètera tous les mois et suivra les phases de la lune.

En effet, le cycle de la femme interagit avec le cycle lunaire, qui dure 29 jours et selon Miranda Gray, cette synchronisation reflète l’expression du “féminin divin” : chaque femme porte les pouvoirs de l’univers de créer, donner la vie et de nourrir.

La durée du cycle peut varier, mais les saignements ont souvent lieu à la nouvelle lune ou à la pleine lune. Les cycles changent d’orientation entre la lune rouge et la lune blanche selon la situation dans laquelle la femme se trouve (ambitions, émotions, objectifs). Au final, chaque femme est son propre rythme et c’est son propre cycle qu’elle doit apprendre à connaître.

L’important est que chaque femme prenne conscience de la façon dont réagit son corps au cours de son cycle si elle veut comprendre l’influence qu’à ce dernier sur sa personnalité et sur ses énergies créatrices.

L’intérêt n’est pas de se cacher derrière son cycle pour se trouver des excuses, mais plutôt l’utiliser pour optimiser ses actions au quotidien.

 

Les phases du cycle

Chaque mois, le corps et l’esprit de la femme subissent une série de changements qui se manifestent de manière physiologique, émotionnelle, intellectuelle et physique : hormones, température corporelle, niveaux d’énergie, concentration, sécrétions, douleurs, facultés physiques etc.

Ces changements marquent le cycle en 4 phases, décrits par Miranda Gray comme les phases de la sorcière, de la vierge, de la mère et de l’enchanteresse. Les phases ascendantes et descendantes sont des périodes de changement, les phases de la pleine et nouvelle lunes sont des périodes charnières.

La Sorcière

La première phase débute le premier jour des règles qui marque la phase de mort du cycle précédent, où les émotions et comportements accumulés ont besoin d’être libérés avant de repartir sur de nouvelles bases. C’est un moment de tranquillité et de gestation avant de refaire éruption dans le monde.

>> Physiologie : phase menstruelle, lorsque la paroi utérine commence à se désintégrer, déclenchant le saignement.

>> Influences : reflète l’obscurité croissante de la lune descendante qui conduit à la phase cachée de la nouvelle lune. Elle est marquée par des énergies retirées de l’hiver, des énergies de transformation et d’obscurité.

 

La Vierge

C’est la phase de renaissance après les règles, comme si la femme redevenait vierge, marquée par la joie de vivre et un enthousiasme vers le monde extérieur.

>> Physiologie : phase pré-ovulatoire comprise entre la fin des règles et l’ovulation, où un follicule mûrit, sécrétant de l’œstrogène qui stimule la paroi utérine.

>> Influences : reflète la lumière croissante de la lune ascendante, la montée vers l’aspect extérieur lumineux et manifeste de la nature de la femme. Elle est marquée par des énergies dynamiques, de renouveau et d’inspiration, comme au printemps.

 

La Mère

C’est la phase du maternage et d’un amour profond, marquée par une forte spiritualité et un sentiment d’être en harmonie avec la vie et la nature.

>> Physiologie : phase ovulatoire au milieu du cycle, où le follicule éclate et libère l’ovocyte. Le follicule devient alors un corps jaune qui sécrète à la fois de l’œstrogène et de la progestérone pour préparer la paroi utérine à la fécondation. Il est possible de ressentir des douleurs et une sensibilité des seins, ainsi que de remarquer quelques saignements.

>> Influences : reflète la lumière rayonnante de la pleine lune et l’atteinte de la plénitude. Elle est marquée par des énergies créatrices, nourricières et fécondes, et les énergies rayonnantes de l’été.

 

L’ Enchanteresse

C’est la phase de deuil du corps suite à l’absence de fécondation marquée par la descente de la nature extérieure vers son aspect intérieur. La femme devient ensorceleuse avec une créativité qui a besoin de s’exprimer et une sexualité détournée de la procréation.

>> Physiologie : phase pré-menstruelle, lorsque la fécondation n’a pas eu lieu. Le corps jaune dégénère progressivement et les taux de progestérone et d’oestrogène baissent. Il est possible de ressentir divers inconforts tels que les sautes d’humeur, la fatigue, l’irritabilité, les migraines, les douleurs au dos ou aux seins.

>> Influences : reflète l’obscurité croissante de la lune descendante qui possède un pouvoir magique et sexuel de créer et détruire. Elle est marquée par le déclin des énergies de l’automne et de fortes énergies créatrices et destructrices.

Il est à noter qu’il n’y a pas de limite figée entre chaque phase : chacune est un flux progressif qui se fond dans la suivante.

 

Tenir un cadran lunaire

L’outil de base pour recueillir ses observations au cours du mois est le cadran lunaire. L’objectif du cadran lunaire est de permettre à chaque femme de comprendre ses influences, ses besoins et ses moments de force pour lui permettre d’orienter ses énergies et comportements afin de se relier à sa nature profonde, à son corps et à ses forces créatrices.

(Le livre Lune Rouge propose également une série d’exercices, de visualisations et de méditations que l’on peut faire au cours de son cycle, notamment pour prendre conscience de son corps ou en cas de douleurs menstruelles. Il recense de précieux conseils et je ne pourrais tout mentionner ici !)

L’idée est, comme pour un journal, de noter différentes informations chaque jour de son cycle dans un cercle divisé en quatre phases :

  • Jour du cycle, phase lunaire
  • Niveau d’énergie
  • Émotions, sentiments
  • Rêves
  • Santé
  • Sexualité

La tenue d’un cadran linaire se fait en deux étapes : la première est de faire un cadran par mois et la seconde et de résumer les correspondances entre les mois dans un cadran unique qui constitue le profil général de son cycle. Dans ce dernier, on pourra y ajouter tous les mots clés, symboles, archétypes, couleurs et images qui expriment la manière dont on se sent dans telle ou telle phase.

Il existe diverses manières de faire son cadran, qui peut devenir un processus créatif en lui même. Voici le modèle basique issu du livre, à adapter à la durée de votre cycle.

Et comme on me l’a déjà demandé, voici un modèle à télécharger et imprimer que j’ai fait en m’appuyant sur les ressources du livre. Vous pouvez choisir d’écrire vos entrées, de faire des codes couleurs avec une légende, des dessins… enfin laissez jouer votre créativité ! 🙂

 

Les énergies créatrices

Il y a tout un passage sur la créativité qui est assez exhaustif et propose des réflexions intéressantes.

Nous avons tendance à voir la créativité de manière restreinte, en portant notre attention sur le résultat d’un produit fini plutôt que sur le processus, et sur la vision “artistique” que nous avons de cette créativité. Par conséquent, nous sommes nombreux à nous penser dépourvus de capacités créatrices.

Or, toutes les manières dont s’expriment les énergies créatrices et toutes les formes d’expressions ont une valeur, indépendamment de leur aspect matériel : la couture, la cuisine, l’artisanat (bijoux, meubles, dessin, sculpture, peinture), la musique, la danse, le chant, la décoration, le rangement, le jardinage, l’imagination, l’écriture, la méditation, la pensée, la rêverie, le choix de vêtements*, la nudité, la guérison par les mains (en les frottant puis les posant sur les zones douloureuses), et non des moindres, les rapports sexuels qui est l’une des formes d’expression les plus fondamentales.

* Les vêtements et le style sont une façon facile d’exprimer ses émotions, renforçant la nature de la phase traversée.

Tout ce qui sort de l’esprit est création. Lors de ma série d’articles sur la créativité, j’avais évoqué que la créativité était partout, mais je n’en mesurais toujours pas l’étendue !

Grâce au cadran lunaire, une femme prend conscience de son corps et devient capable de reconnaître les différences influences créatrices propres à chaque phase et pourra ainsi trouver la façon dont elle veut les exprimer en fonction de ces énergies en testant différentes méthodes. Les énergies libérées de manière constructives permettent d’atteindre l’harmonie. A l’inverse, refouler les énergies créatrices dans les moments où elles sont dynamiques peut provoquer irritabilité, frustration, tendances destructrices et comportement obsessionnel.

 

Se réconcilier avec soi-même

Il n’est pas facile pour les femmes d’accepter leur nature cyclique, créatrice et sexuelle dans une société où on leur demande d’être linéaires, productives et constantes, sans pause pour être à l’écoute d’elle-mêmes, et où l’érotisme est souvent associé à de la pornographie. La femme elle-même ne prend pas la mesure de sa nature.

Le cadran lunaire permet de renouer avec cette nature et de changer de regard sur le cycle menstruel, en prenant conscience qu’il peut être bien plus qu’une contrainte : un pouvoir.

Il permet par exemple d’organiser son temps de façon à se servir de l’énergie dynamique de la vierge pour rattraper le temps perdu durant la phase de la sorcière.

Par ailleurs, une manière de se réconcilier avec son cycle et son sang menstruel pourrait être d’essayer de ne pas utiliser de tampons, afin de prendre conscience de son flux et de ralentir ses mouvements (protections lavables, coupe menstruelle ou flux libre). Depuis que je pratique le flux libre instinctif, je ne me suis jamais sentie aussi libre alors qu’avant, je ne voulais occulter mes règles le plus possible !

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est d’essayer quelque chose et de faire son possible pour avoir une petite attention à chaque phase, comme un clin d’œil à soi-même.

Les cycles de la sexualité, de la spiritualité et de la conscience créatrice sont indissociables chez une femme qui vit selon sa nature profonde. Cette nature consiste à exprimer sa conscience des choses, à donner forme à ses besoins et à ses sentiments, à célébrer sa joie de vivre et le plaisir que lui procure son corps et à exprimer la relation qui l’unit aux mondes dans lesquels elle évolue.

***

Et toi, il ressemble à quoi ton cadran lunaire ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *