Je saute le pas, je vous parle d’énergie. Ce sujet est complexe est je l’ai longtemps mis de côté. Manquant de maîtrise, j’ai préféré me concentrer sur d’autres aspects de l’écologie, et il y en a beaucoup ! Et voilà, le jour est arrivé où j’ai couvert un bon nombre de thématiques et où le thème de la sobriété énergétique est arrivé dans ma vie. Je suis heureuse de pouvoir ENFIN aborder ce sujet avec un peu de recul, de la recherche et plus de compréhension.

J’ai effleuré le thème de l’énergie dans mon e-book, pour en savoir plus, c’est ici !

Tour d’horizon sur l’énergie

C’est quoi l’énergie ?

Posez-vous une seconde et essayez de répondre à cette question sans lire la suite.

Pas évident à définir n’est-ce pas ?

Pour nous permettre de faire la grande majorité de nos activités (nous déplacer, cultiver, transporter des marchandises, nous éclairer, nous chauffer, refroidir, travailler, communiquer), nous avons besoin d’énergie.

L’énergie compose chaque chose sur cette planète (et au délà !) et selon son impulsion, sa force et la durée de son action elle permet de mettre quelque chose en mouvement de manière plus ou moins intense, d’émettre un rayonnement électromagnétique ou de produire des changements thermiques.

En somme, c’est ce qui fait tourner la machine. Et la source de cette énergie est le carburant qui fait tourner la machine.

Quelles sont les différentes formes d’énergie ?

Je ne suis pas ingénieure pour un sou donc je vais faire simple. Voici différentes formes d’énergies :

  • L’énergie cinétique associée au mouvement;
  • L’énergie électrique associée à l’électricité;
  • L’énergie thermique associée à la température;
  • Les énergies potentielles, qui impliquent un changement avec conversion d’énergie. Elles peuvent être mécaniques, chimiques, électromagnétiques, gravitationnelles ou autre.

 

Quelles sont nos sources d’énergie ?

Là on devrait être à peu près raccord sur le sujet. Une source est ce qui va être exploité pour produire les différents types d’énergies souhaitées.

De manière synthétique, on trouve des sources d’énergies renouvelables qui se renouvellent rapidement (jusque là tout va bien) et les sources d’énergies non renouvelables qui se forment sur une durée extrêmement longue à l’échelle du temps humain et plutôt disponibles sous forme de stock épuisable.

Parmi les sources d’énergies renouvelables on trouve le soleil, le vent, les vagues, les marées, l’eau, la température (chaud ou froid), les matières organiques (bois, déchets etc.).

Les autres sources sont des ressources utilisées comme combustibles, produisant d’une part l’énergie fossile (dans le cas du charbon, du pétrole et du gaz) et l’énergie nucléaire d’autre part (créée à partir de matières fissibles comme l’uranium et le plutonium).

sobriete-energetique


Du CO2 au kWh

Nos niveaux de consommation

Aujourd’hui, Plus de 84% de l’énergie mondiale est produite par les énergies fossiles, 11% par le renouvelable et moins de 5% par le nucléaire.

100 000 000 barils de pétrole sont consommés chaque jour dans le monde, 2/3 de l’électricité mondiale provient des énergies fossiles (majoritairement du charbon), faisant de l’électricité le premier secteur émetteur de CO2, à hauteur de 40% (Sources : Ourworldindata.org et Datalab).

En France, plus de 50% de notre énergie provient de sources fossiles, 37% du nucléaire, et le reste en renouvelable (Source : Ourwoldindata.org).

En moyenne, un. Français.e consomme 40 000 kWh par an, hors énergies importées c’est-à-dire celles nécessaire à la fabrication des produits consommés. Si on les compte, on double la mise.

graphique-sources-energies

Impact carbone

C’est là que les choses se corsent. Jusque là, lorsque je vous parle des différents types d’énergie, vous me suivez. Lorsque je parle de CO2, vous me suivez aussi car c’est l’unité principale utilisée lorsque qu’on parle de notre empreinte (empreinte carbone) et de changement climatique.

Accords de Paris, Protocole de Kyoto, tout ça on connaît et on a à peu près intégré que pour limiter le réchauffement à 2 °C d’ici 2050 il faut réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre, dont le CO2.

Plus précisément, on estime les émissions moyennes de CO2 d’un.e français.e à 12 tonnes par an. Pour respecter l’objectif ci-dessus, nous devons descendre à … 2 tonnes annuelles. Soit même pas un aller-retour Paris New-York.

 

Impact énergétique

Alors pourquoi je vous parle de kiloWatt heure (kWh) ?

Si vous réfléchissez bien, les émissions carbones viennent de quoi ? Du fait que nous ayons tout un tas d’activités humaines. Au premier abord, réduire nos émissions carbones revient à réduire notre production d’énergie provenant des combustibles fossiles (après, il s’agit aussi de réduire nos niveaux de production et de consommation tout court mais on y reviendra plus tard).

Si nous partons des énergies fossiles, l’idée est donc de les remplacer par autre chose. Nucléaire ? Renouvelable ? Comment savoir quelle quantité chaque ressource peut fournir et si elle peut subvenir à nos besoins ?

En les comparant avec l’unité utilisée en énergie, soit le kWh, et plus précisément la puissance exprimée en kWh par jour.

Si on regarde les émissions mondiales de GES, l’énergie y contribue à elle seule à près de 75% (centrales énergétiques, transport et traitement des combustibles fossiles, consommation d’énergie des bâtiments). Les émanations agricoles (méthane) y contribuent elles pour environ 12%, le reste provenant des usages de terres (notamment déforestation) et l’évacuation et le traitement des déchets. (Source : Emission Database for Global Atmospheric Research).

Cela veut dire, en gros, que le problème climatique est principalement un problème d’énergie.

Et pourtant, on ne parle ainsi dire jamais de cette unité. Présente sur nos factures d’électricité, avec un prix même que l’on paye directement chaque mois, le kWh reste une unité mystérieuse pour beaucoup (et j’assume complètement d’en faire partie).
On arrive bien à s’imaginer (plus ou moins), des tonnes de CO2 mais pas des MegaWatt, GigaWatt, ou TeraWatt. Pour rappel, une tonne correspond à 1 Mégagramme.

Bref ! C’était pour l’explication, mais ne vous en faites pas, je ne vais pas vous barber avec des kWh.

 


La sobriété énergétique

Le potentiel des énergies renouvelables (ENR)

L’ennui de ne pas connaître des ordres de grandeur en énergie, c’est qu’on ne comprend finalement pas grand-chose à cette question centrale qui est de qu’est-ce qu’il faut faire concrètement pour enrayer le changement climatique ?

Est- ce qu’on véritablement projeter de se reposer uniquement sur les ENR ? La réponse est : pour le moment, pas vraiment.

Il y a plusieurs choses à prendre en compte :

  • Les sources renouvelables ne sont pas disponibles de manière égale partout (nous n’avons pas les mêmes ensoleillement ou vents partout) ni de manière constante (pas de soleil la nuit)
  • La conversion en énergie n’offre pas les mêmes rendements
  • Le stockage est difficile et il est difficile de répondre aux besoins en temps réel
  • Les infrastructures ne tournent pas 100% du temps (il faut entretenir, réparer etc.)
  • D’autres critères sont à prendre en compte : l’énergie et les ressources nécessaires pour produire ces infrastructures, l’acceptabilité sociale, les impacts éventuels sur la biodiversité.

Si vous voulez des chiffres, en France la consommation globale d’énergie est d’environ 3000 TWh (TeraWatt heure). Pour produire cette énergie avec les énergies renouvelables, il faudrait une puissance installée de 1 700 GW ou 1,7 TW.

A titre de comparaison, la puissance installée du nucléaire en France est aujourd’hui de 60 GW et celle du renouvelable est d’environ 33 GW. Vous voyez le fossé (et si vous ne le voyez pas, je vous le dis : il est grand, il nous faut encore 1 600 GW).

graphique-energie-frnace

 

C’est quoi la sobriété énergétique ?

A l’heure actuelle, nos modes de vies ne nous permettent juste pas de nous reposer uniquement sur les énergies renouvelables. C’est là que la question de la sobriété énergétique prend toute sa dimension.

Chercher à fabriquer de l’énergie plus durable SANS modifier nos comportements et nos niveaux de consommation et production n’a aucun sens.

Il est crucial de mettre en œuvre de vraies actions collectives de réduction de nos besoins en énergie. Comment ?

C’est là que ce sont les grands gestes qui comptent. Rien de sert de bricoler avec de petits gestes, comme débrancher ses chargeurs de téléphone. Si vous laissez votre chargeur branché, il utilise le quart d’un pour cent de votre électricité à la maison et consomme une puissance d’environ 0,01 kWh par jour. Sur nos plus de 100 kWh par jour actuels, c’est dérisoire.

« Toute l’énergie que vous économisez en débranchant votre chargeur pendant une journée, vous la bouffez en conduisant votre voiture pendant une seconde. » – David Mackay dans L’énergie Durable, pas que du vent !

Les secteurs les plus impactants sont le chauffage, les transports et l’efficacité énergétique des produits électriques. Et à ce niveau, nous avons besoin d’une VRAIE politique énergétique. Qui mette en place un système de transports énergétiquement viable, rénove les logements pour éviter les fuites thermiques, arrête de glorifier les déplacements internationaux, la vente de voitures, la consommation numérique à outrance.

 Environ 1/3 de notre énergie va dans les transports. Et l’usage de la voiture est un sujet central. Sauf qu’actuellement, nous avons construit un modèle ou nous sommes nombreux.ses à en être dépendant.e.s.

graphique-energie-monde

Genre la sobriété c’est pas faire x 4 en l’espace de 60 ans alors qu’on parlait déjà climat dans les années 70.

Je n’ai pas de solution miracle à vous donner, car le temps est venu de passer des petites actions « faire sa part » à « faire le nécessaire« , pour reprendre l’expression d’Anaëlle dans son livre « On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou ».

▶ Si l’énergie vous intéresse et que vous avez envie de creuser ces chiffres et mieux comprendre les ordres de grandeur, je vous propose de me rejoindre pour un atelier ludique spécial énergie !
Laissez un commentaire si ça vous tente, j’ajouterai le lien quand tout ça sera disponible officiellement (tout bientôt) !

***
Et toi, que comprends-tu de l’énergie ?

Pinterest-Pin

À propos de l’autrice

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience.
Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.