Changer de fournisseur d’électricité est une action qualifiée d’écoresponsable, mais l’est-elle vraiment ? Dans cet article, je vous aide à mieux comprendre ce qu’il y a derrière l’électricité verte, sujet pas si évident que ça.

Avant propos :

Pour la rédaction de cet article, je m’appuie sur mes connaissances (récentes) sur l’énergie développées depuis quelques mois, ainsi que d’une vidéo du Réveilleur qui est top (elle dure 45 minutes).

▶ A lire aussi : La sobriété énergétique

Pour approfondir, je vous conseille vraiment la chaîne Le Réveilleur, ainsi que les travaux de Jean-Marc Jancovici.

Également, j’anime à présent des ateliers pour mieux comprendre ce sujet complexe mais central qu’est l’énergie. Laissez un commentaire si vous voulez en savoir plus !

Fournisseur, producteur et réseau

Il y a 3 acteurs à prendre en compte dans l’allocation d’énergie : le fournisseur, le producteur et le réseau.

  • Le producteur est celui qui produit l’électricité, quelle que soit sa source d’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable)
  • Le fournisseur est celui qui commercialise l’énergie, c’est-à-dire qu’il est l’intermédiaire entre le consommateur et le producteur.
    Il se peut que le fournisseur soit aussi le producteur, comme EDF.
  • Et enfin le réseau est le réseau électrique qui permet d’acheminer l’électricité au consommateur. Le réseau est un monopole d’État, ce qui veut dire qu’il y en a un seul et qu’il est public.

La concurrence se joue donc au niveau des producteurs et de fournisseurs.

Et ce qui est important de comprendre, c’est que toute l’électricité produite est injectée sur le même réseau. Il n’y a pas de livraison directe entre le producteur et le consommateur.

Comment savoir d’où vient notre électricité ?

Justement, il n’est pas possible de suivre l’acheminement entre le lieu de production et votre prise électrique, donc de connaître avec précision notre source d’électricité.

Les fournisseurs d’électricité doivent assurer qu’il y a autant d’électricité injectée sur le réseau que d’électricité consommée.

C’est pourquoi il estime nos consommations afin de trouver la production correspondante et assurer la stabilité du réseau. Si on consomme plus, il risque d’y avoir des coupures. C’est le cas parfois durant certaines heures de pointe.

On peut donc savoir quelle énergie a été injectée et combien a été consommée, mais il n’y a pas de lien physique entre les deux.

On raisonne plutôt en approche géographique : il y a une répartition sur le périmètre national qui donne un mix énergétique réparti ensuite selon la population pour avoir une idée de l’intensité carbone, c’est-à-dire la quantité de CO2 par kWh, qui sera la même pour tout le monde.

En France par exemple, la production nucléaire permet d’avoir une intensité carbone inférieure à la moyenne européenne car elle occupe une grande part du mix et n’émet pas de CO2.

Fourniture-energie

L’utilisation des garanties d’origine

La garantie d’origine est un document qui permet de revendiquer légalement l’origine renouvelable d’une production. Elle certifie que telle quantité de renouvelable est injectée sur le réseau et permet aux fournisseurs d’allouer cette production aux personnes qui souscrivent à une offre « électricité verte » ou 100% renouvelable.

Pour rappel, les sources de renouvelables sont l’hydroélectrique, l’éolien, le photovoltaïque, la géothermie, la biomasse et le biogaz.

Concrètement, cela veut dire qu’on considère que ces personnes consomment de l’électricité renouvelable, mais c’est sur le papier. Physiquement, cela ne change rien.

Le mix énergétique ne changeant pas, ce qui est alloué « renouvelable » à une personne sera donc retiré à une personne qui ne souscrit pas à du renouvelable. L’impact global reste inchangé car c’est un jeu à somme nulle.

Passer à l’électricité verte, est-ce utile ?

Oui, bien sûr. Mais pas pour la raison pensée initialement à savoir : « je veux consommer de l’énergie renouvelable ».

  • Cela constitue un complément de rémunération pour les moyens de production renouvelables existants via les garanties d’origine
  • Cela montre un soutien volontaire à ces sources d’énergie
  • Cela rend ces moyens plus attractifs et permet donc d’appuyer le développement

En somme, c’est plus une démarche idéologique ou politique qu’un acte d’éco-consommation.

Donc oui, c’est toujours important de le faire mais il ne faut pas surestimer l’impact réel, car cela ne change pas ce qui alimente notre électricité. Cela ne « compense » pas d’autres actions que l’on ferait qui ont un impact carbone. L’idée n’est pas que cela serve de caution non plus pour justifier des émissions ailleurs.

Par exemple, moins utiliser sa voiture aura beaucoup plus d’impact en termes d’émission carbone. Et à l’inverse, souscrire à une telle offre ne dispense pas les autres actions éco-responsables, au contraire !

electricite-verte

Quel fournisseur d’électricité verte choisir ?

Si passer au fournisseur d’énergie renouvelable vous inspire, il existe le guide de l’électricité verte par Greenpeace qui propose un comparatif.

Petite mise en garde cependant, Greenpeace est clairement anti-nucléaire et ce comparatif est « biaisé » si je puis dire. Les fournisseurs de renouvelables qui font aussi du nucléaire auront une moins bonne note que d’autres qui sont uniquement sur du renouvelable.

L’idée n’est pas de partir sur un débat sur le nucléaire car c’est un sujet qui suscite beaucoup d’émotions et je n’ai personnellement plus d’avis tranché.

L’important est de faire ce qui résonne avec vous.

L’objectif principal en termes d’énergie par rapport au climat, c’est de se débarrasser des énergies fossiles en priorité. Le nucléaire est décarbonné et répond à cet objectif.

Pour ma part, j’avais précédemment Enercoop et j’ai à présent souscrit à Planète OUI. La raison est simple : j’ai emménagé dans un appartement qui utilise du gaz (oui, j’ai hésité mais j’ai tranché sur d’autres critères). L’offre Planète OUI combine électricité renouvelable et biogaz.

J’ai fait ce choix sachant que c’était plus un vote qu’un acte d’éco-consommation, contrairement à lorsque j’étais à Paris avec Enercoop où naïvement je pensais que ce que je payais m’était distribué (je ne connaissais rien aux subtilités de l’énergie à ce moment).

▶  Si vous souhaitez souscrire à Planète OUI, voici mon code parrainage : T281605

Planete-oui

J’espère que vous y voyez plus clair ! En tout cas, n’oubliez pas que le plus important dans tout ça, c’est de réduire notre consommation d’énergie en général !

***
Et toi, quel est ton fournisseur d’électricité ?

Pin-electricite-verte

À propos de l’autrice

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience.
Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

5 commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet article Emma. Je ne m’étais jamais vraiment posé la question de savoir comment une énergie « verte » arrivait chez son consommateur, tu m’apprends donc la réponse 😉
    Comme quoi, la dernière phrase de ton article est sans doute la plus importante. Car finalement l’énergie renouvelable est juste un « moindre mal » (l’énergie hydraulique implique de construire de barrages inondant les alentours, les panneaux solaires requièrent des composants rares, la géothermie est invasive, l’éolienne perturbe la faune etc etc).

  2. Excellent article très pédagogique ! Merci pour ces explications précises et instructives. La concurrence sur le marché de l’énergie est telle qu’il est parfois difficile de faire la part des choses entre véritable engagement du fournisseur et marketing. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.