Voyage : que mettre dans sa trousse de santé ?

Voyage : que mettre dans sa trousse de santé ?

Partir en voyage comporte de risques, et parmi eux, le risque de tomber malade, de se blesser ou de se sentir émotivement dépassé. Cela fait toujours un peu peur de se dire que seul au bout du monde, il pourrait nous arriver des petits pépins. Et ça arrive, donc le tout est de se préparer un petit kit de survie. Plus qu’une trousse de secours, je l’appelle ma trousse de santé.

cosmetiquebio-mellebio

Idée reçue : il faut que je prenne le maximum pour parer à toutes les éventualités

Ce n’est pas parce qu’on va au bout du monde qu’on aura pas accès à la médecine. À moins d’aller au fin fond de l’Afrique ou de la jungle, en ermite pendant plusieurs semaines, généralement vous pourrez trouver des médicaments et premiers soins un peu partout.

Pour la petite anecdote, quand nous sommes parties en long voyage avec ma sœur en 2010, nous avons fait la traditionnelle visite au médecin pour composer notre trousse. Nous sommes ressorties avec une liste longue comme le bras direction la pharmacie, où nous avons pris tout ce qui nous était conseillé. Nous sommes reparties de là avec deux sacs de médocs et bien évidemment, ça prenait la moitié de nos sacs à dos. Je me suis sentie très bête sur le moment d’avoir pris une telle quantité aveuglément! Il a fallu réduire et supprimer des boîtes et le comble c’est que lorsque nous avons eut nos premiers petits soucis de santé, il a fallu acheter les médicaments adéquats sur place. Zéro pointé !

On ne m’y prendra pas deux fois !

Mes 4 règles pour composer sa trousse de santé

Règle n°1 : Prendre le minimum

Ne cherchons pas à parer à toutes les éventualités parce que cela encombre pour rien et qu’il y aura toujours des cas où il faudra acheter autre chose. Par exemple, je déconseillerai de prendre des antibiotiques car souvent ils ne seront pas adaptés à ce que vous attraperez, et il ne faut pas jouer à l’auto-prescription. C’est toujours mieux de consulter pour s’assurer qu’on prend les doses adéquats et de respecter la durée de traitement.

Quant à la quantité, ne prenez pas 10 000 boîtes ! Prenez de quoi vous dépanner ou de vous soigner en attendant de consulter. Vous pourrez toujours compléter sur place.

cosmetiquebio-mellebio

La base d’une trousse

Si je devais prendre le strict minimum, ma trousse de santé ressemblerait à ça: Un kit de pansements/ bande adhésive, un désinfectant (petit format), un cicatrisant, un anti moustique et un stimulant immunitaire. C’est que je suis super maladroite (d’ailleurs, à peine arrivée au Mexique que je m’écorchais déjà le pied en nageant…), je me coupe sans arrêt, et je suis un casse croûte pour les moustiques ! ^^

20140909-santé-009

Règle n°2 : Composer une trousse adaptée à ses besoins

Vous êtes sujette aux maux de tête, sensibles aux piqûres d’insectes, aux troubles de la digestion, au mal des transports ? Prenez ce qui va être utile dans votre cas à vous. Cela ne sert à rien de prendre un traitement contre le rhume si cela vous arrive une fois par an. J’insiste, le cas échéant vous trouverez de quoi sur place !

Pour ma part, je prends un peu plus que le strict minimum, d’autant plus que nous sommes deux à partir avec des besoins différents. Par exemple, ma sœur fait souvent des migraines et c’est indispensable pour elle d’avoir de quoi se soulager et moi je suis me fait facilement submerger par mes émotions donc il me faut de quoi calmer mes tensions en douceur. Nous allons aussi dans des régions infectées par le paludisme et où nous risquons quelques désagréments digestifs. Ce sont ces facteurs qui déterminent le reste de notre kit.

20140909-santé-010

Règle n°3 : Utiliser ce que l’on possède déjà

Avant de courir à la pharmacie, regardez ce que vous avez déjà chez vous. C’est le moment de terminer vos tablettes et pansements, c’est souvent largement suffisant ! Limitez vos déchets en réutilisant et en prenant de petites quantités de ce qu’il vous manque des choses !

20140909-santé-004

Règle n°4 : Privilégier les remèdes naturels

Depuis que j’avance dans mes recherches “green” et surtout depuis mon séjour en herboristerie, je cherche les petits produits naturels qui pourront me venir en aide. Moins de produits chimiques, c’est bon pour moi et bon pour la planète! Donc une fois que j’ai fait mes fonds de tiroirs pour trouver les quelques comprimés qu’il me restait, j’ai complété avec du naturel : des huiles essentielles, de l’homéopathie, des concentrés liquides etc.

J’ai sélectionné mes produits naturels en fonction de leurs propriétés pour pouvoir avec des choses qui me serviraient dans plusieurs cas. Voici un exemple de comment j’ai fait, en classant ce que j’avais chez moi.

tableau santé

C’est comme ça que j’ai déterminé mon trio gagnant d’huiles essentielles : Tea Tree, Menthe Poivrée et Lavande vraie ! Elles se complètent bien et peuvent se prendre en externe et en interne à très petites doses.

Nous avons aussi choisi de prendre de l’extrait de pépin pamplemousse, surnommé l’antibiotique naturel, qui est super pour s’adapter aux différents climats et renforcer le système immunitaire. De même pour la Propolis, résine végétale récoltée et transformée par les abeilles, aux vertus anti-inflammatoires et cicatrisantes. L’orme rouge quant à elle, est excellente pour le système digestif! J’embarque aussi mon L52, en cas de fièvre dans les régions impaludées. Et enfin, un concentré de scutellaire pour apaiser les angoisses, le stress et l’excès de réflexion !

20140909-santé-001

Je précise que je ne suis pas médecin, et que je n’ai aucune formation médicale ! Les produits que j’ai choisi sont issus de mon expérience de voyageuse et des conseils que l’on nous a donné à l’herboristerie. Il peut être judicieux de passer voir votre médecin pour avoir son avis sur les traitements qui pourraient être adaptés à vous, lui demander quelles alternatives homéopathiques/naturelles pourraient convenir, et faire des recherches sur les remèdes naturels.

Il est important de faire attention aux contre-indications et aux associations incompatibles. Je trouve que le site Aroma-zone est une superbe mine d’information pour ce qui est propriétés, dosages, prises, risques etc. J’ai aussi plus récemment découvert la Compagnie des Sens, qui semble aussi bien complet.

cosmetiquebio-mellebio

Par ailleurs, pour être tranquilles en voyage, faites donc un tour chez le dentiste, le dermato ou autres spécialistes que vous avez l’habitude de consulter pour vous refaire à neuf avant le départ !

20140909-santé-011

Cet article contient des liens affiliés.

***

Ce qu’il faut retenir: ne pas trop s’encombrer et se tourner vers le naturel !

Et toi, qu’emportes-tu dans ta trousse de santé ?

Pinterest - trousse santé

Planet Addict

A 24 ans, j'ai plaqué mon CDI pour partir voyager. Un voyage qui m'a emmené plus loin que ce que je pensais : il m'a ouvert des portes pour suivre mes rêves, m'engager à adopter un mode de vie minimaliste et plus éthique, et élever ma conscience. Depuis 6 ans je partage mon cheminement et mes changements d'habitudes de vie avec vous, en espérant planter des graines !

Cet article a 9 commentaires

  1. Super article, je suis bien d’accord avec toi: pas besoin de dévaliser une pharmacie avant de partir, on a souvent tout ce qu’il faut dans nos placards… J’avais commencé la même réflexion que toi pour faire ma trousse de voyage mais j’ai fini par ne rien emmener… Lorsque j’ai eu besoin au Pérou j’ai toujours trouvé quelqu’un pour m’aider avec des feuilles de coca, du noyau d’avocat grillé à boire (oui oui) ou des jus de fruits frais 😉
    Et une petite question car je l’ai à la maison mais pas emmené : l’extrait de pépins de pamplemousse tu le prends tous les jours en prévention ou seulement en cas de besoin?

    1. Merci Caroline! Je note pour pour les soins trouvés en Amérique du Sud! Finalement je n’arrive jamais à partir avec rien! 🙂
      Pour l’extrait de pépin de pamplemousse généralement je me fais une cure d’une semaine à raison d’une quinzaine de gouttes deux à trois fois par jour dans les cas où je sens que mon corps à besoin de s’adapter à un nouveau climat ou rythme! Puis je m’en sers aussi comme conservateur dans des préparations hygiène beauté maison 😉

  2. Ton article tombe à pic, je pars en voyage la semaine prochaine. T’avoir lue m’a fait réfléchir, j’ai donc cherché autour de moi tout ce qui me manquait: un tube de crème solaire à peine entamé récupéré chez ma mère, les sprays moustique et médicaments, je les ai empruntés à ma sœur qui avait chez elle la trousse à pharmacie de son dernier voyage. Parfait je n’ai donc rien à racheter et je prends le minimum!
    C’est là qu’on réalise à quel point acheter et consommer toujours plus, c’est souvent un réflexe et une solution de facilité qu’il faut essayer de bannir….

  3. que de découverte, je note pour les prochaines vacances, merci 😉 bises

  4. Et petite question le scutellaire tu l’achètes où et sous quelle forme??
    Merci!!

    1. Comme ton commentaire me fait plaisir! Effectivement, c’est un réflexe de racheter avant même de regarder autour de soi! Merci pour ton geste :)!
      En ce qui concerne la scutellaire, je l’ai acheté en herboristerie au Québec sous forme de concentré liquide. Je ne sais pas où tu vis, mais peut être qu’en France c’est un peu plus compliqué, mais tu peux sûrement trouver sur internet… Tiens moi au courant!

  5. Très bel article en effet ! et très utile ! Je voyage comme toi. La menthe pour la digestion et le mal des transports (d’ailleurs j’en ai toujours dans mon sac) et le tea tree pour désinfectee. Je prends toujours aussi des capsules d’origan (chez Pranarom) qui est un antibiotique naturel. Attention bien suivre les instructions. Ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est sans danger. J’ai toujours une plaquette dans ma trousse. Le charbon de bois et myrtille de je ne sais plus quel labo est utile aussi pour les turista. En cas de plaie on peut aussi se soigner avec une gousse d’ail poser sur la blessure. Mais ça pas besoin d’emporter !!! En ce qui concerne les spray moustique je les achète sur place (pour ma part l’Italie) car je trouve qu’ils sont mieux adaptés. Bonne journée à toutes et à tous.

    1. Merci Monique pour ces astuces! On m’a parlé du charbon actif pour les problèmes gastriques, effectivement. Il y’a aussi la poudre de piment de Cayenne qui est excellente en cas de coupure pour stopper “l’hémorragie”!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu