Et si je devenais flexitalienne?

Et si je devenais flexitalienne?

Quéquesé ? Je vous avais déjà parlé de mon passage à un régime flexitarien, un terme inventé pour désigner quelqu’un qui mange essentiellement végétarien mais s’autorise l’occasionnel morceau de viande. Pas dur de comprendre ce qu’est donc flexitalien… Je ne sais pas si ce terme existe mais bon, comme on aime mettre un nom sur tout, pourquoi pas ? 🙂

Vous avez bien compris, je pense de plus en plus à pousser ma conscience alimentaire un peu plus loin. Il y a un peu plus de trois ans, je commençais à manger moins de viande, puis moins de poisson. Ensuite j’ai réfléchis du côté de la saison et du local, puis des déchets générés par ce que je mange (emballages et déchets organiques). Mon but est de trouver un équilibre santé/environnement qui me convienne. Donc je n’avais pas encore poussé les expériences jusqu’au bout.

Une détox végane

Yolanda, notre hôte à la Tortuga Azul (projet communautaire sur lequel on a travaillé un bon moment), nous a parlé d’un régime Detox qu’elle faisait plusieurs fois par an et qu’elle voulait faire après les fêtes.

La Detox proposée était de se passer de 5 types d’aliments pendant deux semaines :
Alcool, caféine, sucre, produits animaux (sauf le miel) et gluten.

Glups. Un grand challenge. Mais bon, j’aime les défis et cela faisait un moment que je pensais à réduire le gluten et le fromage de mon régime alimentaire. Surtout que je réalisais que j’avais accompli le grand exploit de 2 mois de végétarisme sans même avoir fait attention (applaudissements s’il vous plait !) !!! Donc je me suis lancée.

image

La vérité c’est que ce n’était pas facile. Même si je mangeais super sainement, je sentais la frustration du manque de fromage et de pain surtout. C’était ça le plus dur pour moi. En fait, le fait de savoir que je n’avais pas le droit et que je devais scruter les ingrédients de chaque plat m’ont pour ainsi dire, un peu gonflé.

Mais bon, j’ai bien tenu, hormis deux-trois petits écarts de circonstance (fêter la fin de ma formation de dive master par exemple !!). J’ai pu avoir un aperçu de ce qu’était un régime végétalien (non, on ne mange pas que des fruits et légumes, mais aussi des noix, légumineuses et céréales !) et cela m’a fait réfléchir… Et pas que moi !

L’avis de la petite sœur sur le régime végane

Ma sœur a aussi fait la Detox, et je pense que c’était plus dur pour elle qui mange beaucoup plus de viande, de poisson et de sucre que moi. Donc avant de vous parler de ce que j’ai conclu de ce régime, j’ai voulu qu’elle partage avec nous son ressenti

image

Comment as tu vécu la Detox, qu’est ce qui a été le plus dur et qu’est-ce qui t’as manqué le plus ?

Les produits animaux !!! Sans aucune hésitation ! Je ne bois pas de café et j’avais déjà bien réduit l’alcool qui n’a de toute façon jamais été une habitude. Quant au gluten et au sucre ? Des fruits sont naturellement sucrés et j’ai également la chance d’être au Mexique, où je peux me procurer de bonnes noix de coco et des tortillas de mais, pour remplacer le pain.

Bien sûr, une pizza reste une pizza… Pas évident. Mais le plus dur a été de se passer de viande, poisson, fromage, œufs, yaourts. Mais il me reste quoi ?? Et bien pas mal de solutions grâce au riz et une multitude de recettes vegan faciles d’accès via Internet. Ça facilite les choses. Mais ça ne remplace pas l’envie de certains produits c’est sûr. Mais j’ai survécu, non ? 😉

Est-ce que tu as sentie une différence dans ton corps, dans ton humeur, entre pendant et après la detox ?

Et bien c’est surtout que je me sentais bien pendant toute la durée de la Detox. Mise à part les envies de produits animaux qui me tannaient, physiquement j’étais très bien, et mon humeur était bien meilleure. Je l’ai surtout remarqué quand j’ai arrêté la Detox. Je me suis jetée sur un plat de viande (et ai été très déçue du goût d’ailleurs en fin de compte), et j’ai fait un barbecue deux jours après. Verdict ? Un mal de ventre quasi instantané et beaucoup de fatigue pour digérer.

Les jours suivants, remangeant des pâtes et du pain, j’ai constaté la même sensation de lourdeur et de difficulté. Et de surcroit, je ne me sentais pas aussi bien mentalement non plus. (Certes on peut considérer bien d’autres facteurs, mais je pense réellement que celui-ci en est un non négligeable.)

image

Et maintenant, quelle suite souhaite-tu donner à cette expérience ?

Suite à ces constatations personnelles, et non pas seulement quelqu’un qui nous dit “ça c’est bon, ça c’est pas bon”, cette expérience m’a vraiment donné envie de soigner mon alimentation. Quand on a senti que quelque chose est meilleur ou moins bon pour nous, cela aide considérablement à faire des choix. Après tout, qui ne veut pas se sentir bien ? Et cela m’a également préparé à regarder une vidéo sur le véganisme et regarder la forêt qui se cache derrière le morceau de viande ou le bout de fromage que l’on nous sert.

Il faut juste prendre conscience de tout ça et faire un choix : je cède à toutes mes envies, comme je l’ai toujours fait et comme la société me l’a plus ou moins appris ? Ou je tente de m’informer et me rééduquer à un mode d’alimentation meilleur pour moi (et pas que pour moi au final) ? Je choisis la seconde option, même si tout ne va pas se faire en un jour et qu’il y aura quelques craquages… Mais du moment que je sais que ce sont des exceptions et non plus mes habitudes, je pense que j’en profiterai plus et en sortirai largement gagnante.

Moi je crie Hallelujah ! Ma petite sœur qui ne voulait pas regarder ce genre de vidéo même si elle m’a toujours soutenu et qui ne pensait pas être capable de se passer de produits animaux commence à y venir, et je dois vous dire que j’en suis très fière !!

image

Intégrer plus de nourriture végane

Maintenant que c’est terminé, je dois dire que j’ai aussi envie de continuer mes efforts. Tout d’abord par goût et pour la santé, car mon alimentation n’en est que plus variée. Et oui, en réduisant d’un côté on découvre bien plus de choses ailleurs et on se rend compte qu’on mangeait des trucs pas terribles avant.

Par exemple, je n’ai plus autant envie de fromage. Pour être honnête, le choix ici est assez restreint et à moins d’y mettre le prix, on se retrouve souvent à manger un truc qui fait un peu plastique et sans trop de goût finalement. Donc quitte à en manger autant prendre de la qualité.

Ensuite, par choix éthique. Je connaissais bien les enjeux liés aux œufs, et cela fait longtemps que je suis passé au bio (bien qu’ici j’ai fait quelques exceptions, mais c’est terminé tout ça : du bio ou rien !). Mais pour le fromage, quasi seul produit laitier que je mange, j’avoue très franchement que je ne voulais pas trop voir parce que c’est un peu un truc que j’adore !

En regardant la vidéo en question ci-dessous, qui explique très simplement ce qu’est le véganisme, j’ai décidé de faire un effort et voir jusqu’où je peux aller. Je vous conseille vivement de la regarder, j’en débattrai un peu plus dans un prochain article, car on est mis face à l’horreur dont ont est à l’origine.

La bonne nouvelle, c’est que maintenant que j’ai de nouveau le choix et que je ne me sens pas privée, et bien j’évite naturellement de manger tous ces trucs là ! Donc je voudrais essayer de devenir flexitalienne : un régime essentiellement végétalien en ajoutant quelques œufs bio, un peu de fromage de temps en temps (mais quelque chose de bon), arrêter les autres produits laitiers, et inclure rarement un peu de viande et de poisson “éthique” (d’ailleurs, ici il y a du poisson lion, qui doit être tué car c’est une espèce invasive qui menace l’écosystème marin, donc ça me suffit).
Ça va pas être facile – soyons réalistes, dire adieu à la fondue et autres plats de fromage fondu pour toujours, je ne suis pas encore prête !! Mais je tente le coup pour trouver un équilibre alimentaire – éthique qui me correspond.

A lire aussi :

***

Toujours un peu plus de conscience …
Et toi, as-tu déjà tenté un régime de ce genre ? Que penses-tu du végétalisme ?

Pinterest-devenir flexitalien

Planet Addict

Blog Voyage et Écologie autour du monde d'une globetrotteuse soucieuse de trouver des solutions pour préserver la planète par les gestes du quotidien. Rejoignez-moi sur mon profil: Google+

Cet article a 22 commentaires

  1. Ah l’alimentation! Un thème très complexe je trouve! Merci d’avoir partagé ton cheminement et c’est aussi encourageant de voir que ta soeur qui ne s’était pas posé de questions à ce sujet-là avant voit les choses différemment après à peine quelques semaines de DETOX! Du coup, si tu t’autorises à manger de la viande, des oeufs, du fromage etc. à condition qu’ils soient bio, que comptes-tu faire quand tu seras invitée chez quelqu’un par exemple? Cela veut-il dire que tu mangeras végan, sauf si on te propose des produits non-végans qui correspondent à tes critères?

    1. Oui au moins autant que celui de la garde robe éthique! Je viens de parcourir (enfin) tes articles, et c’est à peu près le même pêle mêle!
      Pour l’alimentation, j’ai entamé une démarche, mais cela va prendre du temps avant de trouver le bon équilibre. Déjà, je ne mange quasi plus de viande ni de poisson, et j’essaye au max de privilégier quelque chose de responsable si je le fait. Dehors ou chez les autres je n’en mange pas tout simplement, je dis que je suis végétarienne. Pour les oeufs, c’est bio chez moi puis je vais essayer de refuser le non bio chez les autres au max. Le plus dur va être de ne plus acheter de préparations à base d’oeufs ou de les consommer chez les autres. Mais je vais tenter. Pour les produits laitiers, c’est un peu pareil. Déjà, je réduis mes achats au maximum (genre 1 par semaine), puis chez les autres ou dehors, je vais essayer de refuser au maximum à l’état brut, le plus dur sera également de ne pas consommer les préparations … Ya du boulot!!!

  2. C’est bien que tu essaies de changer tes habitudes à ton rythme, bien des gens veulent aller trop vite et au final, les changements ne sont pas faits sur le long terme. Dans mon cas, j’y suis allée d’un coup parce que je me connais bien : avec moi, c’est tout ou rien (et c’est pour ça que j’ai beaucoup de difficulté au niveau de l’exercice), mais je m’en sors étonnamment assez bien du côté Zéro déchet même si j’y vais étape par étape! 🙂

    Et le vidéo de Gary Yourofsky est vraiment celui, avant Earthlings, qui m’a VRAIMENT fait réfléchir sur la question du véganisme.

    1. Merci! Moi aussi d’habitude c’est tout ou rien, mais avec la nourriture je risque de me frustrer et de me sentir privée si je change subitement! Je préfère y aller progressivement.

  3. Comme ce régime mono aliment de détox de ma grand mère avec uniquement du raisin frais pendant 1 semaine dont je t’avais parlé il y a quelques temps ! Dur à tenir 🙂

    1. Oui, j’ai inclus 2 jours de monodiete avec de la banane, c’était suffisant!

  4. GO VEGAN ! Voilà ce que j’en pense, haha. 🙂 Je pense aussi qu’on est tous différent, chacun son rythme, ses difficultés, etc. Si je prône le végétalisme parce que je suis entièrement convaincue de ses bienfaits sur TOUT, je sais aussi que certains ont plus de mal (fromage, quand tu les tiens !!!). Donc bravo, bravo pour ta démarche, bravo pour le témoignage de la Loutre, je suis tellement fière de vous deux ! <3

  5. La vidéo est intéressante!
    Et une étude récente a montré que le gluten moderne favorise les états dépressifs, donc ce n’est pas étonnant ce que dit Laura.
    Pour les oeufs et le fromage (histoire de rester équilibrer un peu de protéines j’aime bien quand même) je préfèrerais avoir des poules pour les oeufs, et une chèvre et faire mon fromage moi-même du coup !

  6. Il est très fort ! Je viens de la finir, très cool la vidéo 🙂
    Il faut bien sûr être raisonné (si on élève ses poules soi même pour faire des gâteaux, c’est bon Alice ? 🙂 mais c’est bien d’aller un peu plus loin pour au moins susciter un changement chez les gens (qui sera forcément plus faible au départ et graduel). Bien d’accord. Bannissons ces produits laitiers inutiles. Et bien sûr les violences sur les animaux sont totalement inadmissibles.
    Donc oui le mot flexitalien est bien trouvé !

    1. Ahaha, oui révolutioooonnn!!
      Petite rectification Max, tu veux dire protéine animale, parce que de la protéine on en trouve dans plein d’autres aliments 🙂

      Merci lili, t’as vu j’avance petit à petit!!

  7. Ping : J'ai testé : la monodiète en voyage

  8. Coucou, cela fais quelques jours que j’ai découvert ton blog et j’aime beaucoup! Je ne connaissais pas ce terme de flexitalienne et ton article m’a beaucoup appris!!Qui sait je vais peut être m’y mettre moi aussi hihi. Pour le moment je n’y suis pas encore même si j’entame une démarche plus responsable dans la vie quotidienne tout est encore un peu brouillon! J’espère y arriver !!! A très bientôt .

    1. Hello et bienvenue sur le blog!
      En fait je l’ai un peu inventé ce terme, reprenant le plus connu “flexitarien”. C’est déjà super de t’y intéresser, tu trouveras plein de ressources ici qui pourront t’aider et dans le cas contraire n’hésite pas si je peux te conseiller!
      Bonne lecture!

  9. Il faut surtout être à l’écoute de son corps, ce qui compte vraiment c’est de se sentir bien dans sa vie comme dans son assiette! Être flexitarien, serait bon pour la santé et bon pour la terre et je suis convaincu que c’est le mode alimentaire qui convient le mieux à l’être humain

    1. Merci! Je suis effectivement d’avis que ce régime alimentaire est un bon compromis “goût, plaisir, responsabilité” qui fonctionnerait très bien à grande échelle. Si déjà tout le monde pouvait faire ça, on aurait nettement moins de problèmes!

  10. Hello !
    On va finir par monter un club de flexitaliens ^^

    Je trouve que c’est une bonne alternative, que ce soit transitionnel ou non, à l’alimentation totalement végétalienne.

    Pour le moment, mais ca ne fait qu’un mois … cette facon de manger me convient. J’ai meme diversifié les aliments, j’ai repris gout a cuisiner, que du positif.

    C’est plus restrictif que le flexitarisme, et j’ai envie de dire, plus restrictif que le végétarisme meme, mais le fait de s’autoriser du non-végétal durant les repas en extérieur permet d’éviter les frustrations, mais aussi … les reflexions de l’entourage !

    Hier j’étais invitée a un BBQ.
    Salade crudité/thon. En me servant, j’ai réussi a trier et a ne prendre que les crudités.
    Ensuite … barbaque. Ai prit 1 brochette et 1 merguez, et j’ai déjà eu droit à ” que ca??”. Alors imagine si j’avais carrement refusé … Puis fromage. Puis dessert (clafouti et glace. DOnc oeuf et lait. )
    Végétalienne, je n’aurai mangé que les crudités, les frites et du pain. Et on m’aurai assailli de reproches.

    Bref.
    Pour toi qui en plus voyage beaucoup, ca ne facilite pas les choses.

    Bravo a toi aussi pour ta démarche ethique !

    1. Merci d’avoir lu mon article 🙂
      Lorsqu’on n’a pas de quoi cuisiner, ce n’est pas évident de manger vegan, d’autant plus quand on est invité, s’il faut à chaque fois ramener son plat, il faut bien s’organiser. Et je ne suis pas prête à faire de la cuisine le centre de mon organisation. De plus, si je m’interdis strictement quelque chose, tu peux être sûre que je vais me sentir frustrée.
      C’est important de penser à l’équilibre émotionnel, si c’est pour être une végane frustrée, fatiguée et moralisatrice, cela ne m’intéresse pas! (Attention je ne fais pas de généralisation mais je dis seulement ce que cela me ferait à moi!).

      Rien ne sert de s’auto culpabiliser en permanence, c’est un processus qui prend du temps. D’ailleurs, je me pose quand même des questions sur la viabilité économique et ce que cela implique pour les espèces de ne plus rien consommer de leur part. Mais bon, on en est pas là! Les consciences s’ouvrent et c’est déjà bien.

      J’ai beaucoup aimé ton approche, et disons que je me situe environ à 95% végétarienne et 70% végétalienne, ce qui est déjà un miracle pour un ex carnivore comme moi!

      Merci pour ton partage!

  11. Très bel article, qui me parle beaucoup ! Je ne sais pas si le terme de “flexitalien” existe, à vrai dire je suis tombée sur ton article en voulant le vérifier x)
    J’aime beaucoup lire les retours d’expériences, et surtout apprendre comme différentes personnes vivent le végétalisme, c’est vraiment intéressant.
    Pour ma part, je suis flexitarienne depuis un peu plus d’un an, et j’ai été flexitalienne tout l’été dernier. J’avais cessé ce “régime alimentaire” à la rentrée, parce que j’avais perdu beaucoup de poids, et que ça m’avait inquiétée. Avec du recul, je pense que je n’ai perdu que le mauvais gras (xD), et aujourd’hui je suis de nouveau flexitalienne.
    Je pense le rester, la cause animale me touche énormément et je n’ai pas envie de cautionner leur torture, mais, d’un autre côté, je ne me sens pas prête à totalement tout arrêter définitivement, tant pour l’aspect gustatif que pour l’aspect social. Je ne le serai peut-être jamais, mais au moins je réduit considérablement ma consommation de tous produits animaux et je me sens en harmonie avec moi-même, j’apporte ma contribution 🙂
    La prochaine étape : réduire le gluten ! Comme le végétal/risme m’a fait découvrir beaucoup de nouvelles saveurs et façons de cuisiner, je pense que diminuer le gluten me fera découvrir de belles choses également ^^

    Merci pour ce bel article, et belle journée !

    1. Je te rejoins tout à fait. Je suis très sensible à la cause écologique et animale, mais j’ai également perdu beaucoup de poids en supprimant la viande, si bien que je suis repassée de végétarienne à flexi*arienne. Je suis plutôt de celles qui veulent laisser une part d’intuition et d’écoute de son corps et ses envies. Comme toi, la “contrainte” sociale est quelque chose que je prends en compte également. L’essentiel est de trouver l’équilibre qui nous convient 🙂

  12. Très joli article sur lequel je suis tombé en recherchant également le terme de flexitalien. Etant végétarien j’avoue que manger du fromage à base de présure animale ou des œufs (vu le sort réservé aux poussins mâles et la très courte durée de vie des poules pondeuses, et cela même en élevage bio) me pose de plus en plus de problèmes. Idem pour les yaourts et le lait (que j’ai remplacé depuis des années par des laits végétaux).

    Comme toi j’ai plus de mal à arrêter le fromage et c’est pour çà que j’en choisi toujours de qualité, bio et coagulé avec enzymes microbiennes ou coagulant végétal.

    Vu que je ne suis pas prêt à refuser des plats incluant œufs, beurre, crème ou lait lorsque je vais manger chez des amis, je me disais que le terme flexitalien irait bien mais je ne le voyais pas comme toi (en incluant viande et poisson occasionnellement, même si çà se tient…). Pour moi ce serait plutôt le régime alimentaire de quelqu’un de végétarien essayant de manger un minimum de produits d’origine animale.

    Du coup je vais prendre le temps de découvrir ton blog qui me parait sensible et engagé. C’est réconfortant de pouvoir lire ce genre d’articles quand la grande majorité de mon entourage ne prend pas vraiment au sérieux les enjeux éthiques et écologiques liés à la consommation de chair animale…

    Merci encore pour ton article et belle route flexitalienne

    1. Merci pour ton commentaire et bienvenue sur le blog !
      Effectivement, je ne suis pas entièrement végétarienne, mais je pense que le terme flexitalien peut nous convenir à tous les deux. Si déjà tout le monde se faisait cette réflexion, ce serait un grand pas pour tous !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu