Un nouveau voyage dans l’air…

Un nouveau rêve va bientôt se réaliser. Un petit rêve auquel je pense depuis mon premier retour de voyage en 2011 et qui aura mis un peu de temps à se concrétiser. Étant donné que je suis déjà sur le continent américain, je ne pouvais pas m’en empêcher… C’est décidé, je repars en voyage ! Direction -> Amérique Latine 🙂 🙂 🙂 !!! Et qui c’est qui vient avec moi ??…

… Ma petite sœur ! 🙂

 

Qui dit même équipe ne dit pas même voyage !

Et oui, avoir partagé 15 mois de voyage nous a tellement rapproché que nous avions envie de refaire un petit bout de chemin toutes les deux. Surtout après avoir passé une année sur deux continents différents !

Mais nous n’avions pas envie de chercher à reproduire ce que nous avons vécu en 2010. Tout d’abord parce que cela ne se repasse jamais de la même façon, et ensuite parce que nous n’avions pas envie de juste « voyager pour voyager » (même s’il n’y a rien de mal à ça 😉 ). Nous avions envie que ce voyage soit un peu plus constructif, avec plus d’échanges avec les locaux, plus d’apprentissage, et apporter un coup de main sur des projets intéressants.

Cette fois-ci, nous serions des voyageuses bénévoles !

 

Sisters on the road #2 : Voluntarias

C’est donc un peu un double rêve qui prend forme pour moi, car cela faisait longtemps que je songeais à voyager en Amérique Latine mais aussi à faire du volontariat à l’étranger. Pour apprendre, pour contribuer, pour évoluer. Et quand j’ai vu que certains voyageurs se lançaient, j’ai eu envie de concrétiser ce projet à mon tour !

Sans plus attendre, voici l’idée de notre voyage ! 🙂

L’itinéraire : Nous commençons l’aventure ici au Canada pour ensuite nous envoler vers le Mexique, descendre en Colombie, au Pérou, en Bolivie, et terminer en beauté en Argentine! Pas de durée déterminée, mais nous pensons rester au minimum 1 mois dans chaque pays. L’itinéraire n’est pas figé non plus, peut-être que nous changerons d’avis en cours de route selon les missions bénévoles que nous trouverons (et pourquoi pas passer par l’Équateur ? C’est juste entre la Colombie et le Pérou…).

carte voyage

 

Ce voyage est axé autour du volontariat environnemental. L’idée est d’aller faire une mission bénévole dans chaque pays visité, dans des ONG, des fermes ou des projets locaux que nous trouverons via les sites consacrés au wwoofing. Nous voulons mettre la main à la pâte dans des projets de préservation des océans, préservation des forêts, d’agriculture durable, de permaculture, d’auto-suffisance, d’éco-construction et de sensibilisation à l’environnement.

Bien sûr, nous visiterons également un bout de pays mais nous ne partirons pas en vadrouille pour tout voir. Il faudra sélectionner ! Nous voulons prendre notre temps, nous rapprocher de la population locale sans oublier : apprendre l’espagnol !

 

Les éco-gestes du voyage

Pour continuer sur ma lancée et répondre également à un petit défi que je m’étais fixé, j’ai réfléchi à un petit pense-bête des éco-gestes du voyageur engagé.

pense bete volontariat

 

Adopter une alimentation légère : manger principalement des plats végétariens et locaux

Végétarien parce que l’impact de l’élevage sur la planète n’est plus à démontrer. 70% des surfaces agricoles sont utilisées pour l’élevage, les besoins en eau sont considérables, sans oublier l’impact des transports et les conséquences des rejets de déjections animales dans les sols et les océans. N’oublions pas non plus les désastres liés à la pêche !

Local, tout simplement parce que c’est important de soutenir la production locale et de saison et cela limite les émissions de CO2 liées au transport.

Et bonheur! Nous allons dans les régions du cacao, de la quinoa, des haricots, et du maïs !

 

Limiter ses déchets au maximum: moins d’emballages, pas de jetable, que du réutilisable !

Je ne sais pas encore si je trouverai autant d’aliments en vrac qu’à Montréal, mais je vais faire au mieux pour m’adapter et limiter les emballages inutiles, et surtout s’ils sont faits de plastique! Bien sûr aussi, recycler ce qui est recyclable.

Ce n’est parce qu’on voyage qu’il faut lâcher les bonnes habitudes, alors je continuerai de privilégier mon kit réutilisable pour manger et boire : une gourde, des serviettes en tissu, des couverts en bambou, une boîte à emporter/assiette de secours, des sachets de vrac et des sacs réutilisables.

Matériel volontariat

 

Pour pousser un peu plus loin, je vais également éviter l’utilisation de produits toxiques pour l’environnement (et au passage pour ma santé !), en adoptant des produits de beauté et de santé les plus naturels possibles. Pas de pollution de l’eau avec ma crème solaire et mes savons, pas de shampoing, pas d’excès de médicaments.

Et en ce qui concerne boire de l’eau potable sans avoir recours aux bouteilles en plastique ni aux pastilles micropur (ou comment boire de l’eau de javel), j’ai trouvé ZE solution !! Un peu de suspense, je vous en parle très vite (Edit : en savoir plus sur le Steripen !) 🙂

 

Réduire sa consommation énergétique : minimiser les transports et les produits électroniques

Naturellement, il me faudra privilégier les transports en commun le plus possible (sans non plus se mettre en danger) et limiter le recours aux déplacements par avion. Pour l’instant 3 vols sont prévus (mais non réservés 😉 ) : aller au Mexique, partir du Mexique, quitter l’Amérique du Sud. J’ai conscience que c’est un point sur le quel je dois travailler, car c’est parfois malheureusement moins cher et plus sécuritaire (sans oublier rapide) de prendre l’avion que les bus/ trains ou bateaux. Essayer de faire au mieux donc, et du moins compenser mes émissions dans la mesure du possible.

L’énergie, cela ne tient pas uniquement aux émissions. C’est aussi l’utilisation des ressources comme l’eau et l’électricité. Pour l’électricité, cela tiendra à limiter le nombre d’appareils électroniques à charger. Déjà, j’ai pris le parti de ne pas emmener mon ordinateur! Pour l’eau, simplement l’utiliser avec parcimonie, principalement pour les douches, la vaisselle et la lessive.

Matériel Volontariat

 

Prendre le strict nécessaire et réfléchir avant d’acheter

C’est tentant d’acheter plein de nouveaux trucs quand on part en voyage, mais déjà regardons dans ce que l’on a déjà. Réutiliser ses sacs, ressortir de vieux vêtements, reprendre ses bonnes chaussures de rando etc.

Pour ce qu’il nous manque, voyons si on peut le trouver dans les boutiques de seconde main et dans le cas contraire, tentons de nous orienter vers des matières non polluantes et des produits de qualité : coton biologique, produits multi-usages, ingrédients non toxiques, engagement de la marque…

N’oublions pas non plus notre créativité: pourquoi pas se lancer dans quelques œuvres maison ? Coudre une pochette, faire ses produits de beauté, faire réparer son matériel etc.

 

Enfin, last but not least, échanger avec la population locale et respecter la biodiversité

N’oublions pas l’aspect social du développement durable! En faisant des missions bénévoles, nous pourrons plus facilement nous rapprocher des locaux, comprendre leur culture et apprendre leur langue.

Trop souvent, on se contente d’aller voir une population autochtone dans un village où ils nous montrent leur culture et leur façon de vivre, au risque de tomber dans du voyeurisme purement touristique. Je n’accuse personne, il m’est aussi arrivé en voyage d’aller sur des tours spécial « culture ancienne ». C’est intéressant, mais je trouve qu’on passe à côté du vrai échange. Ne prenons pas les gens pour des attractions.

Ceci dit, ne prenons pas les animaux pour des attractions non plus. Aller dans un centre de préservation d’espèce, un sanctuaire ou réserve naturelle oui, aller dans un zoo, dans un bassin pour nager avec les dauphins, ou dans une soi-disant réserve spécial touriste, non. Encore une fois, il m’est aussi arrivé d’y succomber auparavant, notamment en allant au « Temple du Tigre » en Thaïlande, mais vraiment je n’étais pas fière de moi et cette expérience me laisse un goût très amer. La tentation est parfois dure à résister, mais n’oublions pas que les animaux sauvages ont leur place dans leur habitat naturel, essayons de les respecter autant que possible, quitte à ne pas les voir !

 

Voyage volontariat

 

Tout au long de ce voyage, je publierai des articles sur chaque mission effectuée en mettant en avant les enjeux auxquels elle répond, ainsi que des conseils voyageurs et bien sûr, un peu de merveilles naturelles !

Edit : Heu .. le voyage a été un peu détourné en Séjour prolongé au Mexique !

 

***

L’aventure commence donc à Montréal, avec une première mission bénévole dans une herbothèque !

Et toi, que penses-tu de ce petit projet et as-tu des conseils à nous donner ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *