Upcycling : Maîtriser l’art plastique !

Ma bête noire, mon ennemi juré, mon cauchemar. Le plastique vraiment je ne l’aime pas du tout ! Pourtant je suis comme la majorité, j’en consomme et j’ai du mal à ne pas le faire entrer chez moi, malgré tous mes efforts. Alors cette fois j’ai décidé de retourner le problème et de l’empêcher de sortir pour aller polluer nos chers océans! *DIY Inside !*

 

Le fléau du plastique

J’ai déjà consacré un article entier sur le plastique, les différents types, la contamination de l’environnement et de la santé et les solutions pour un quotidien plus plastic free, que j’applique religieusement depuis !

Sauf qu’ici, par manque de recyclage, de sensibilisation et d’offre, je suis bien contrainte et frustrée. Et le fait de vivre sur une île, on n’échappe tout simplement pas à la triste réalité. Au début du défi, j’ai eu quelques moments très difficiles face au plastique. Car je ne peux lui échapper. Dans la rue, sur la plage, dans l’eau, mais aussi dans la forêt et même les plantes, le plastique prend sa place et s’installe.

image

Nouvelle variété de plante

 

Le soir de l’équinoxe de printemps était particulièrement éprouvant, j’étais particulièrement émotive (peut être un rapport avec la nouvelle lune et l’éclipse solaire ?). Je me suis assise sur la plage, cherchant un réconfort naturel dans ma tristesse, et en plongeant mes mains dans le sable mes doigts sont immédiatement entrés en contact avec.. un bouchon en plastique.

En larmes, une amie m’a réconforté et m’a fait remarqué qu’elle faisait beaucoup plus attention à sa consommation de sacs plastiques au supermarché depuis qu’elle me connait. Cela m’a redonné un peu de force, et j’ai compris que je devais lâcher du lest si je ne voulais pas devenir complètement barge !

Plastic

Source de l’image

 

Autres solutions pour un monde plus léger en plastique

Même si mon cœur se lève toujours lorsque j’attrape un emballage plastique ou que j’en vois se balader dans la rue, j’ai décidé de ne pas me rendre malheureuse. Je fais ce qui est en mon pouvoir pour le réduire au maximum, le réutiliser ou justement en faire des créations pour leur éviter leur destination fatale. Je participe à des nettoyages de plages autant que je peux, où l’on récupère surtout des bouteilles en plastique, des bouchons, flacons, couverts et pailles (les sacs se remplissent très vite !).

20150328-plage-030

 

Je me remonte aussi le moral en voyant des mouvements se former, comme le Plastic Coalition, My plastic free life, Story of stuff, Zero waste, et des personnes qui cherchent des solutions concrètes, comme le nettoyage des océans, la recherche de matériau à base de banane ou de champignons, et la découverte de champignons mangeurs de plastiques.

J’essaye aussi de ne pas nourrir ma colère envers les enseignes qui produisent emballages en plastique et ustensiles jetables et du fait de l’absence de généralisation de circuits fermés et de responsabilité des marques quant aux déchets qu’elles créent.

trash

 

Lorena, créatrice mexicaine

Pour m’inspirer dans la création plastique, je me suis rapproché d’une femme artiste que j’ai connu au marché bio de Cozumel. Une femme adorable devrais-je préciser.

Venue s’installer sur l’île il y a plus de vingt ans après la mort de son mari, alors qu’elle était enceinte de leur seconde fille, Lorena a travaillé dur pour subvenir aux besoins de sa famille avant de se consacrer à son art. Malgré les douleurs qu’elle a traversé, elle se considère chanceuse d’avoir une famille qui l’a toujours soutenue et appris les arts manuels.

20150504-plastique-005

 

Son père faisait du point de croix et sa mère l’incitait à apprendre la couture. Elle a donc commencé par le tissage et la couture, puis elle a travaillé le plastique et voyait qu’elle pouvait les transformer en quelque chose d’utile, comme des sacs pour lesquels elle a vite reçu de premières commandes. On lui a un jour confié des pochettes en emballages plastique recyclés, qu’elle a observé sous toutes les coutures (c’est le cas de le dire) pour les reproduire.

Elle nous a gentiment enseigné comment elle procède, donc à mon tour de partager la technique !

Pochette

 

20150504-plastique-009

 

Lorena fait aussi des corbeilles à partir de bouteilles de plastique, qu’elle recouvre de tissu, ainsi que de jolis tabliers en tissu récup. De bonnes idées pour relooker ses vieux textiles ! J’ai d’ailleurs craqué sur un modèle…

Tablier

 

Créations plastique

J’ai trouvé des tutos pour tresser des paniers en papier, et j’ai décidé de le faire avec mes emballages de plastique, du style riz, pâtes. Je suis assez contente du résultat ! Voici donc comment procéder !

Panier

 

Boites

 

Sinon, j’ai fait de petites fleurs à partir de sacs plastiques déchirés et ma propre pochette cousue à la main !!!

IMG_1908

20150507-plastique-017

 

De façon générale, je ne suis pas fan du découpage de bouteilles car cela fait plein de petits morceaux qui du coup ne peuvent passer au processus de recyclage. Pour les emballages, c’est un peu différent car il ne sont généralement jamais recyclés, même si j’essaye d’éviter les petits morceaux qui pourraient paraître appétissants à certaines espèces marines ou ailées !

Enfin, j’ai décidé de garder certains sacs plastiques et emballages intacts pour m’en servir comme poubelle, pour la maison ou pour mes ramassages express à la plage !

image

 

 

***

Et toi, tu en es où dans ta relation avec le plastique ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *