Beautés colombiennes et parc Tayrona

Après vous avoir raconté les projets que je suis allé voir en Colombie, je me suis sentie un peu frustrée de ne pas pouvoir parler un peu plus des beautés de ce pays. Je rectifie le tir, en vous emmenant à la découverte d’une partie de la belle biodiversité colombienne… Moins de texte, plus de photos, pour le plaisir des yeux.

 

Quelques images

La Colombie est le second pays le plus bio-diverse au monde, dont le quatrième en terme de mammifères, le troisième en terme de reptiles et arbres de palme, le second en terme de poissons d’eau douce, de plantes et de papillons, et le 1er en terme d’orchidées et d’oiseaux ! Au total, ce sont plus de 54 800 espèces et de 300 écosystèmes ! Pas mal, non ?

Lors de mon petit parcours, j’ai eu la chance de croiser la route de certaines espèces, et je confirme, les oiseaux sont magnifiques, et leur chant envoutant au réveil au cœur de la forêt.

 

Les animaux

20150528-titi-019

Ara Macao dans la campagne près de Carthagène

20150528-titi-012

Mon voisin de deux jours…

 

20150605-Palomino-044

Ara Ararauna, ou guacamayo. Celui-ci m’a mordu le pied quand même !

 

20150605-Palomino-040

Ara ambiguus, plus gentil celui-ci !

 

Les perroquets sont vraiment sublimes, et j’ai eu la chance de trois espèces différentes. Mais je vous avoue, mon oiseau préféré reste le colibri. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’en tenir un dans mes mains, qui s’était cogné contre le mur de mon auberge de jeunesse à Palomino, alors que je terminais une méditation. J’ai réussi à le tranquilliser et lui ai donné de l’énergie avec mes mains, si bien qu’au bout de quelques minutes, il a pu s’envoler de nouveau. Je vous dis pas dans quel état j’étais, car le colibri à une représentation très importante pour moi…

20150605-Palomino-042

 

20150525-Palomino-007

Rencontre avec un hibou miniature dans le parc Arví près de Medellín

 

20150526-nora-001

Et le second, ayant trouvé refuge sur le projet de Nora (voir article précédent !)

 

20150528-titi-023

A défaut d’avoir vu le petit singe Titi, j’aurais pu admiré une famille de singes hurleurs

 

20150530-titi-036

Mille pâte taille XXL, au cœur de la forêt

 

Forêts et rivières

Je suis toujours fascinée par la beauté des arbres ! J’avais déjà été impressionnée dans l’ouest canadien/américain, et encore une fois, je suis bouche bée devant leur grandeur. Je n’ai pas manqué d’en enlacer quelques uns pour capter un peu de leur énergie.

 

20150528-titi-016

Ce qu’ils appellent le caoutchouc, l’arbre qui se déplace

 

20150529-titi-027

 

20150528-titi-018

Forêt tropicale bonjour !

 

20150528-titi-017

 

20150604-Palomino-046

Balade en Sierra Nevada

 

20150606-Palomino-018

Rio Ancho près de Palomino, un peu d’eau douce pour changer de la mer. Baignade exquise…

 

20150604-Palomino-053

Baignade dans un puits naturel, pour soulager les douleurs de la montée en pleine chaleur

 

Près de Medellín

Medellín a beau être une ville, grande et bruyante, elle est aussi très verte et au cœur des Andes. Quelques promenades aux alentours promettent de beaux paysages et un peu d’air frais !

20150525-Palomino-004

Vue de la ville depuis le parc Arví

 

20150519-medellin-006

Vue depuis le Peñon de Guatape, à une heure et demi de là

 

20150519-medellin-007

 

Parque Tayrona

Moi qui ne suis pas trop fan des lieux touristiques, étant juste à côté du célèbre parc, je n’ai pas résisté d’y faire un tour, bien que le prix me refroidissait un peu (40 000 pesos, ce qui équivaut à environ 14 euros, oui je sais c’est peu mais comparé au niveau de vie, c’est beaucoup).

Oui mais, j’allais quand même pas emprunter l’entrée principale avec tous les touristes ! Non, j’y ai accédé par l’autre porte, moins empruntée, qui mène à un joli sentier dans la forêt pour ensuite arriver sur les plages de rêve des caraïbes.

Ça paraît idyllique comme ça, sauf que je me suis un peu pommée et que j’ai fini par faire le parc en long et en large. Au moins, je n’ai pas pu me plaindre d’être seule au monde !

tayrona-park

 

Au passage, je suis un peu morte de rire maintenant que j’ai trouvé ce plan, qui est un peu plus clair que celui que j’avais.

Donc, je suis arrivée à l’entrée Calabazo, qui au contraire de la principale (Zaíno), n’est pas très bien indiquée quand on arrive. D’ailleurs, c’est simple j’ai manqué l’arrêt de bus et ai du faire demi tour. Passons.

Il faut emprunter un sentier qui mène à un micro kiosque, quelques minutes plus loin. Et là c’est parti !

La randonnée est modérée, et les vues très agréables. Arrivée à une bifurcation, il y avait le sentier pour Playa Brava sur la gauche, celui pour Pueblito (un petit village d’indigène), à droite. Oui, sauf que le plan m’indiquait un cul de sac à Pueblito, et je pensais que la plage que je cherchais était Playa Brava. J’ai quand même fait le détour par Pueblito et récupéré le sentier pour la plage, qui heureusement faisait une boucle !

20150607-Palomino-013

 

Toute contente, j’arrive sur la plage, magnifique et déserte ! Je me repose dans un hamac après une baignade bien méritée (2h30 de marche quand même), puis je questionne une femme dans le seul petit restaurant de la plage, afin de savoir par où accéder aux plages suivantes. Je comprends que je ne suis pas du tout ou je pensais, et qu’il faut que je remonte jusqu’à Pueblito pour trouver les autres sentiers.

Grand moment de solitude, et sachant que la descente était assez corsée, je pleure d’avance devant la montée qui m’attend. Et oui, c’était dur, sous la chaleur des caraïbes, en début d’après midi, avec déjà de la marche dans les pattes, c’était une épreuve physique ! J’ai pris le temps qu’il fallait, et je suis finalement arrivée aux plages que je cherchais !

20150607-Palomino-012

 

Encore une preuve de mon sens affuté de l’orientation ! Ceci dit, j’ai visité le parc comme personne! J’ai tout de même profité des plages sur le retour, et j’ai choisi de ne pas passer la nuit dans le parc, mais de retourner dans mon auberge à Palomino pour passer une nuit tranquille après 7 heures de marche !

Donc pour résumer, si vous cherchez à vous isoler, allez à Playa Brava. Si vous chercher un parcours original et retrouver les plages touristiques, empruntez l’entrée de Calabazo, tra-ver-sez Pueblito pour le sentier menant à la plage San Juan, ou tournez avant sur le sentier menant à la plage Bocas del Saco, déserte mais qui rejoint les autres facilement.

20150607-Palomino-011

Plage de San Juan

 

Infos pratiques

Entrée : 40 000 pesos

Accès au parc depuis Santa Marta ou Palomino, vous pouvez laisser vos gros sacs dans les auberges de jeunesses.

Bonnes adresses d’auberges :

Santa Marta

– Le Masaya, une auberge classe avec deux piscines et des dortoirs entre 28 000 et 38 000 pesos
– La Brisa Loca, auberge plus festive, avec piscine, salle de film, restaurant et bière offerte à l’entrée. Les lits en dortoirs vont de 26 000 à 35 000 pesos

Palomino

– Le Jaguar Azul. Côté montagne plus que côté mer, mais avec une tranquillité imbattable, un super staff et une vue magique sur la montagne. Dortoirs à 25 000 pesos.

 

Edit : J’ai tellement aimé la Colombie que j’y suis retournée !

20150530-titi-044

***

Et toi, tu es déjà allé en Colombie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *