Boire de l’eau partout dans le monde grâce au Steripen !

Mon dilemme de départ : maintenant que je me trimbale ma gourde partout et que je n’achète presque plus jamais de bouteilles, comment faire à l’autre bout du monde quand l’eau n’est pas potable ou pas sécuritaire sans avoir recours aux bouteilles en plastique ni aux « pastilles saveur javel » comme les aquatabs ? Parmi les solutions que j’ai trouvé, j’ai craqué pour le SteriPEN, un « sytlo » qui stérilise l’eau partout où vous allez, grâce à sa lampe UV. Au passage je remercie Jennifer du blog moi mes souliers, pour la découverte !

Comment ça marche?

Les SteriPEN purifient l’eau grâce à l’émission d’une lumière à utlra-violet qui vient détruire une panoplie de bactéries, virus et protozaires (petits organismes présents dans l’eau et responsables de nombreuses maladies). Plus précisément, la lumière UV détruit la capacité des germes de se reproduire dans l’eau et de nous rendre malade, sans modifier les propriétés de l’eau à la différence des tablettes chimiques.

L’utilisation est simple, il suffit de plonger la lampe dans l’eau et elle s’active automatiquement grâce à une technologie de détection d’eau, et l’eau est traitée en moins d’une minute dès que la lampe s’éteint. Cependant, il se peut que l’on ait des difficultés avec l’eau dans des climats très froids ou en haute altitude provenant de fonte de neige car l’eau présentera peu de minéraux et rendra plus difficile l’activation de la lampe. Il suffit alors de mettre une pincée de sel pour déclencher le capteur sensoriel. 😉

steripen

Photo de SteriPEN

 

Une alternative durable

Selon les modèles, on peut effectuer entre 3 000 et 8 000 traitements, sachant qu’on peut traiter 1/2 litre à la fois, et entre 40 et 200 traitements par recharge. Autrement dit, il y en a pour un moment!

Pour ma part, tout comme Jennifer, j’ai choisi le modèle SteriPen Freedom car c’est le plus petit et le plus léger (environ 75g !!), allant jusqu’à 8 000 traitements soit 4 000 litres, malgré une plus petite autonomie de 40 traitements. Le SteriPEN Freedom n’utilise pas de piles, puisque cela fonctionne sur batterie rechargeable par USB ou prise murale !

En fin de vie, il est possible de faire remplacer la lampe par une nouvelle. Pour cela il suffit d’écrire (support@steripen.com) ou d’appeler (888-826-6234) le service de support technique puis envoyer son SteriPen pour un changement de lampe UV aux États-Unis, pour un coût total de US$27 frais de port inclus (plus ceux pour l’envoyer, bien entendu). Cela prend ensuite une couple de jours pour mettre la nouvelle lampe en place et la renvoyer chez vous.

Par ailleurs, récemment SteriPen a mis en place un service de remplacement, le SteriPEN Premium Lamp Life Pledge,  pour obtenir un nouveau SteriPen en échange de l’ancien une fois les traitements épuisés (sont concernés les SteriPen de 8 000 traitements). La fin de vie de la lampe est signalée par 2 flashs rouges et 2 flashs verts, indiquant qu’il reste moins de 100 traitements et qu’il est temps de changer.

Et bien sûr, si votre SteriPen s’abîme ou est défectueux, le service de support pourra également le prendre en charge. Le service sera gratuit s’il s’agit d’une panne constructeur ou défaillance technique (garantie de 3 ans), et à votre charge pour tout dommage, à déterminer lors de votre prise de contact.

Steripen2

 

Un petit compagnon à garder à vie donc.

C’est ce qui a un peu fait pencher la balance entre le SteriPEN et la LifeStraw, une paille filtrante qui permet de traiter environ 1 000 litres d’eau sans l’usage de piles ni de batterie, mais qu’il faut jeter en fin de vie. Ceci dit, cela reste une super alternative aussi à mon sens !

Son coût ? Environ 100$. Oui c’est pas donné, mais c’est très utile !

 

Mon expérience et mon avis

Cela fait 1 an que j’ai ce petit gadget avec moi. Je vous avoue que j’avais prévu de l’utiliser beaucoup plus que ce que je ne pensais, car initialement je prévoyais un voyage sur 5 pays d’Amérique latine dans des zones plus ou moins retirées sur des projets de volontariat. Au final, les plans ont « un peu » changé et je suis restée au Mexique beaucoup plus longtemps que prévu, où l’on trouve plutôt facilement de l’eau filtrée disponible dans des bidons de 20 litres rechargeables dans des fontaines spécifiques. Néanmoins, j’ai pu tester le SteriPen lors de mes petits tours dans la Péninsule du Yucatan et lors de mon séjour en Colombie, où pour le coup mes précieux bidons n’existent pas, et où les poches d’eau individuelles font fureur.

Et bien je n’ai eu aucun souci pour décontaminer mon eau, mon nouveau compagnon fonctionne à la perfection. Je n’ai pas été malade en consommant l’eau de robinet ou de rivière. Le seul bémol, c’est que je me suis retrouvée une ou deux fois « le bec dans l’eau » car il s’était déchargé et que je n’avais pas le chargeur avec moi à ce moment. Question d’organisation facilement corrigible.

Au niveau du goût, la lampe ne transforme pas magiquement la saveur de l’eau, alors dans les cas où l’eau n’est pas très bonne, il suffit de mettre un peu de jus de citron ou autre arôme qui nous plait et le tour est joué !

 

Steripen 4

A lire aussi : SteriPEN, à mettre absolument dans vos bagages

***

Terminé les bouteilles en plastique et les pastilles à la javel, mon nouveau dada, c’est lui !

 Et toi, comment fais-tu pour purifier ton eau en voyage ?

 

Note au lecteur : Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec SteriPEN, qui m’a très généreusement offert un exemplaire pour que je puisse le tester durant mon voyage et vous donner mon ressenti. J’exprime ici mes propres opinions en toute sincérité car j’ai été séduite par le concept, et me serait procuré un Freedom dans tous les cas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *