Le no poo et moi

En perpétuelle quête de minimiser mes possessions, de réduire mes déchets et mes impacts négatifs sur l’environnement, je ne pouvais pas échapper à la tendance « no-poo « . Le « no-poo  » est un terme utilisé en opposition au « shampoo  » – shampoing donc – et se présente comme une alternative non toxique pour nos cheveux. Alors, ça marche vraiment ou pas ?

 

Pour commencer je dois avouer que même si je suis une fille, j’ai toujours eu la main légère sur les produits de beauté. Alors oui, je me suis bien laissée tentée par la pub machin ou le produit miracle truc, mais chaque nouveau « geste beauté » ne dure pas très longtemps chez moi.

Je n’aime pas vraiment passer mon temps dans la salle de bains à me tartiner de la tête aux pieds. Et concernant ma tête justement, je suis loin de chouchouter mes cheveux! Je suis toujours en guerre contre ma tignasse parce que j’ai les cheveux super fins et que je ne sais jamais comment les coiffer, qu’ils graissent vite et qu’ils sont tout plats. Et puis surtout :  j’ai la flemme !

Donc, quand je suis tombée sur cet article d’Ophélie, du blog Antigone XXI, décrivant la technique du no-poo, je me suis dit « Youpi, voilà ce qu’il me faut ! ». Une technique qui est censée désintoxiquer les cheveux, révéler leur vraie nature, et surtout diminuer la nécessité de les laver. Moins d’entretien, c’est parfait pour moi ! euh pas si vite !

 

Qu’est ce qui cloche avec le shampoing ?

Tout d’abord, pourquoi le shampoing est-il mauvais pour les cheveux ? En fait, dans le shampoing (comme dans de nombreux produits de beauté), il y a tout un tas de produits méchants : paraben, phtalates, SLS (Sodium Lauryl Sulfate) ou SLES (Sodium Laureth Sulfate), silicones, alcool,  PolyEthyleneGlycol etc. Traduisez : étouffants, irritants, décapants, allergènes, mais aussi cancérigènes et perturbateurs endocriniens (qui interfèrent avec le système hormonal et accusés d’être à l’origine de maladies cardiovasculaires ou respiratoires, cancers, diabètes…).

En fait, le shampoing, c’est LE produit marketing dans toute sa splendeur : plus on se lave les cheveux, plus on a besoin de les laver. En agressant le cuir chevelu le shampoing enlève le sébum, l’huile naturelle du cheveu qui le protège, et en réponse notre crinière en produit encore plus pour se défendre, ce qui rend nos cheveux gras et nous pousse à les laver. T’as suivi ?

Exit shampoing, donc.

 

 

La méthode « no-poo » d’Antigone XXI

20140725-no poo-010

 

J’ai donc suivi les instructions de la belle blogueuse à la lettre, à savoir :

1. Espacer ses shampoings pour arriver à un lavage par semaine.

2. Se brosser les cheveux quotidiennement avec une brosse à poils (de sanglier ou synthétiques si on veut laisser les bêtes tranquilles 😉 ) pour répartir le sébum sur l’ensemble de sa crinière. Ne pas oublier de laver sa brosse après chaque brossage (avec de l’eau, du savon, ou un peu de bicarbonate de soude).

3. Passer au cœur du sujet: supprimer son shampoing ! A la place, on se lave avec sa recette miracle composée de bicarbonate de soude et de vinaigre de pomme :

– Mélanger 1 à 2 cuillères à soupe (selon sa longueur) de bicarbonate ultra-fin à un peu d’eau pour faire une pâte à appliquer sur son cuir chevelu mouillé et masser (inutile de laver les longueurs) puis rincer.

-> Les bienfaits du bicarbonate ? Il nettoie et est anti-pelliculaire. Mais attention, il ne faut pas l’utiliser plus d’une fois par semaine, sinon il risque d’assécher le cuir chevelu.

– Se rincer avec 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre diluées dans un verre d’eau en le versant sur les longueurs (cette fois, on laisse le cuir chevelu tranquille) et en laissant agir quelques minutes. C’est un peu un « après no-poo « . Ensuite, rincer à l’eau.

-> Les bienfaits du vinaigre de cidre ? Il a un Ph proche de celui de la peau, a un effet anti-pelliculaire et brillance! On peut aussi ajouter quelques gouttes d’huile essentielle (je vous laisse aller voir son article pour plus de détails).

4. Continuer d’espacer les no-poo jusqu’à s’en passer pendant un mois entier, et libérer ses cheveux! Ensuite, normalement on aura de moins en moins besoin de se les laver, jusqu’à même supprimer totalement le lavage et n’utiliser que de l’eau !

 

Les astuces :

Le « shampoing sec » naturel. Pas besoin d’acheter un produit chimique, car en fait deux ingrédients naturels font office de shampoing sec: la fécule de maïs et l’argile verte. Elles ont toutes deux la propriété d’absorber le sébum, et donc de permettre de repousser les lavages ;). Attention à ne pas en abuser: à force cela peut assécher le cuir chevelu ! Donc l’équivalent d’une ou deux cuillères à soupe à masser sur la tête, pas plus d’une fois par semaine !

Le rinçage à l’eau ou à l’eau + vinaigre de cidre permet également de rincer ses cheveux sans vraiment les « laver » et donc de repousser le prochain no-poo.

No poo étapes

 

-> Pour plus d’informations sur cette technique, vous pouvez consulter la FAQ sur le blog Antigone XXI !

 

Expériences et résultats

Pour le moment, disons que le bilan est mitigé.

Je suis passée au no-poo vers le 15 mars et dès le premier lavage, mes cheveux sont nickel: propres, doux, souples. Je suis convaincue. Je commence les shampoings à sec, cela fonctionne mais je ne suis pas super fan de la texture un peu farinée de mes cheveux. Ils ne sont plus gras, ils sont propres, mais me donnent un effet un peu « rêche ». Mais bon, je continue.

Je commence à prendre le pli de me brosser les cheveux 2 fois par jour pendant plusieurs minutes (moi qui n’aime pas passer de temps sur mes cheveux, j’ai fait un gros effort). J’essaye le lavage à l’eau mais je ne m’en sors pas du tout, mes cheveux gardent l’aspect gras et je me sens poisseuse, donc je passe.

J’ai continué ma routine pendant plusieurs semaines, et, à la mi-mai, étant en plein road trip, je décide de passer au « mois sans ». C’était le bon moment d’après moi. J’ai tenu le coup, grâce aux shampoings secs, mais dès que j’ai fait mon no-poo à mon retour (avec soulagement), j’ai découvert un cuir chevelu qui gratte et … des pellicules! De plus, 3 jours plus tard, mes cheveux re-graissent. J’ai raté quelque chose.

No poo Moi

 

Je suis allée beaucoup trop vite (et je crois que j’ai un peu abusé de la fécule de maïs). Mouais, la patience, c’est pas ma plus grande qualité ! Du coup, je me retrouve avec des cheveux tous secs et ternes.

Me revoilà à éplucher les blogs, forums à la recherche de solutions. Je découvre tout un monde consacré au no-poo, des soins naturels et d’autres techniques de lavage. Malgré ce premier échec, j’ai décidé de persister. De ralentir, et d’alterner différentes méthodes pour requinquer tout ça. C’est en faisant des erreurs qu’on apprend !

Et en regardant bien, je me rends compte qu’Ophélie est passée au « mois sans rien » après bien 6 mois. Et c’est au bout d’un an qu’elle arrive aujourd’hui à ne plus se laver les cheveux pendant plusieurs mois! Natasha, du blog Echos Verts, a aussi mis 8 mois avant de passer au lavage à l’eau. Et moi je m’y suis mise après… 2 mois. Bon ok.

Pourquoi est-ce que je veux toujours aller trop vite ?

 

Les autres méthodes à l’essai

Première découverte, il n’y a pas qu’une seule manière de faire le no-poo. Certaines utilisent de l’après-shampoing, à condition qu’il soit sans silicone, car il contient suffisamment d’agents lavants et serait moins agressif pour les cheveux. C’est une méthode qui conviendrait particulièrement aux cheveux bouclés ou frisés. D’autres se font un « shamp’oeuf« , en utilisant un jaune d’œuf mélangé à de l’eau et de l’huile végétale.

Ne souhaitant pas retomber dans l’achat d’un cosmétique, ni utiliser un œuf pour me laver les cheveux (je ne suis pas vegan, mais je limite ma consommation d’œufs, donc ce n’est pas pour me les mettre sur la tête), c’est dans les poudres et les soins naturels que je vais trouver mon bonheur.

No poo

 

Les poudres

Il y a quelques temps, on m’avait donné du henné naturel, une poudre aux merveilleuses propriétés : Il renforce la fibre capillaire, rend les cheveux souples et brillants, limite la sécrétion de sébum, apaise et assainit le cuir chevelu et gaine le cheveu. Tout ce qu’il me faut ! Après un premier essai, mes cheveux sont plus épais, ont plus de tenue, et sont propres. Même si je les trouve encore un peu ternes à mon goût, je suis contente du résultat !

Et puis, j’ai découvert une autre poudre lavante : la poudre de Ghassoul (ou Rhassoul), une argile qui vient du Maroc. Et comme ils en vendent en vrac près de chez moi: Bingo! Enfin, c’est pas donné tout de même (environ 6$ les 210 grammes). Je n’ai pas encore essayé, mais ça ne saurait tarder (à force d’espacer les lavages, il faut attendre avant d’expérimenter !).

No poo poudres

 

Les soins

Au cours de mes recherches, j’ai trouvé plein de solutions pour prendre soin de ses cheveux avec des produits simples. D’un côté, les hydratants, tels que le miel, l’avocat, la banane et l’aloe vera, et de l’autre les nourrissants comme l’huile de coco et l’huile de noisette. J’ai déjà essayé d’enduire mes cheveux d’huile de coco pendant une nuit et résultat: des cheveux doux et soyeux mais alors quelle galère pour enlever tout ça! J’ai dû me résigner à ajouter un peu de savon pour m’en débarrasser. A perfectionner…

No poo soins

 

Sur ce, je m’en vais continuer mes expériences sur ma tête, et je vous en dirais des nouvelles 🙂

Un seul mot d’ordre: PA-TIEN-CE !!

Pour en savoir plus :

L’article d’Ophélie et sa FAQ
L’article de Natasha
Le groupe Facebook (promis c’est pas une secte!)

No poo mania

 

Edit : Retrouvez mes expériences en voyage et ma poudre de référence pour un no poo réussi  et mes 3 conseils pour se laver les cheveux au naturel.

***

Un nouvelle page s’ouvre devant moi: celle de la beauté naturelle. Re-découvrir les remèdes de grand-mères pour prendre soin de soi sans polluer ni s’intoxiquer !

Et toi, as-tu déjà testé le no-poo ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *