L’alimentation selon les 5 éléments

Cela me fascine toujours comment les anciens avaient développés des connaissances profondes sur l’univers, l’être humain et le fonctionnement de son corps. En matière d’alimentation, il subsiste une sagesse ancestrale qui bénéficie aujourd’hui d’un second souffle. Les pratiques orientales percent en occident et deviennent plus accessibles. L’une des plus anciennes est la médecine chinoise, qui se décline en plusieurs axes, dont la diététique.

Comme je vous l’indiquais dans mes précédents articles sur l’Ayurveda l’Ayurveda et la naturopathie, lorsque je suis rentrée de mon (troisième) gros voyage, je m’intéressais de plus en plus à la question de l’alimentation. Je sentais l’envie de me former mais ne savais pas trop vers quelle “philosophie” me tourner. Finalement, je me suis penchée du côté de la médecine chinoise, et plus particulièrement du shiatsu, attirée au final par le développement du toucher, que j’avais commencé à effleurer à travers le Reiki.

Cela fait peu de temps que je m’intéresse à la diététique chinoise, et mes connaissances sont encore assez modestes. Ceci dit, je souhaitais tout de même partager mes trouvailles avec vous afin de compléter le trio de pratiques qui me semblent les plus pertinentes, sans rentrer dans trop de concepts théoriques de la médecine chinoise qui peuvent paraître assez complexes. Pour cela je me suis appuyée sur mon apprentissage et le livre de la diététique des 5 éléments, de Barbara Temelie.

 

Qu’est-ce que la diététique chinoise ?

La diététique chinoise est une alimentation qui repose sur les connaissances de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC).

La MTC est contruite autour de la philosophie du Tao, la voie de l’équilibre, universellement connue à travers le symbole du Yin et du Yang. Ce symbole caractérise l’interaction permanente entre ces deux forces qui constituent la base de l’existence de toute chose : l’énergie (le Yang) et la substance (le Yin). Pour faire simple, dans le corps humain la substance désigne la matière, comme le sang, les liquides organiques, ou les tissus, tandis que l’énergie est intangible et s’apparente à un mouvement.

Au Yin et Yang se combine le concept des 5 éléments, décrivant les mouvements énergétiques qui nous entourent et nous composent, reliés aux rythmes naturels de la vie. Ces éléments sont le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau.

Enfin, la MTC est fondée sur l’idée du “Tout est dans Tout”, c’est à dire que le microcosme de l’homme est construit à l’identique du macrocosme de l’Univers. Le corps humain suit les mêmes lois cycliques que l’Univers, à travers les mouvements du Yin et du Yang et des 5 éléments.

Ainsi, chaque élément est associé à une saison, un climat, un organe Yin, un organe Yang, une saveur, une fonction, une psychologie etc.

La diététique chinoise met en avant la dimension énergétique de la nourriture comme manière de maintenir ou rétablir l’équilibre dans le corps.

 

Elle s’applique donc dans deux cas :

  • L’alimentation quotidienne qui préserve la santé en permettant d’éviter certains troubles de l’organisme et de se protéger contre les maladies.
  • La diététique curative, qui repose sur un diagnostic de maladie établi par un spécialiste dans le but d’aider à soigner des déséquilibres.

 

Est-ce que tous les régimes alimentaires (omnivore, végétarien, végane, crudivore, sans gluten etc.) sont adaptés à tous ?

La diététique chinoise considère que le potentiel énergétique de la nourriture est garanti par sa variété, sa digestibilité et l’effet thermique des aliments.

1. Digestibilité : une alimentation digeste lui permet d’être correctement assimilée et de fournir l’énergie nécessaire à l’organisme. Elle procure une sensation de bien-être après le repas. En présence de carences, la prise de compléments ne suffit pas si les organes de digestions n’assimilent pas bien les substances nutritives. Notamment, le fait de cuire les aliments en améliore la digestibilité.

2. L’effet thermique : il existe plusieurs types d’aliments qui ont des effets variés sur l’organisme. Pour la faire simple, les aliments “chauds” et “tièdes” permettent de stimuler l’activité et d’éviter le refroidissement de l’organisme, les aliments “neutres” produisent de l’énergie et équilibrent les organes, les aliments “frais” et “froids” préviennent le réchauffement excessif de l’organisme et les carences en sang et fluides.
Il est bon de notifier qu’on ne parle pas du fait que l’aliment soit chaud ou froid mais bien de la nature de l’aliment (les épices fortes sont des aliments chauds par exemple). Bien sûr, la cuisson joue un rôle important pour accentuer ou minimiser l’effet thermique des aliments dans le but d’équilibrer son alimentation.

3. La variété : Il est recommandé d’accorder la plus grande part d’un repas aux aliments neutres, tièdes et frais, les autres étant à employer avec parcimonie en fonction de sa nature, de ses déséquilibres et des saisons. De plus, l’équilibre des 5 saveurs assure l’équilibre du Yin et du yang (en utilisant différents ingrédients et notamment les herbes et épices) et la variété des couleurs dans l’assiette active la digestion.

Partant de là, on comprend vite que l’idée de privilégier fortement un seul type de nourriture au détriment des autres, des aliments industriels ou des aliments thermiquement trop chauds (comme la viande) ou froids (crudités, fruits tropicaux, produits laitiers) n’est absolument pas recommandé dans la diététique chinoise.

Dans l’ouvrage “La diététique des 5 éléments”, l’auteure décrie ouvertement les grands régimes à base de fruits, produits laitiers et crudités qui refroidissent considérablement l’organisme et n’aident absolument pas à faire perdre du poids.

Ainsi, il n’existe pas UN type d’alimentation universel.

Un sportif qui échauffe son organisme tirera plus de bienfaits d’aliments rafraîchissants qu’une personne sédentaire, une femme aura généralement plus besoin d’aliments réchauffants car elles sont de nature Yin (c’est à dire plus froides que les hommes), de même pour les végétariens qui privilégieront les aliments cuits, et une personne consommant beaucoup de viande aura intérêt à compenser avec des aliments rafraîchissants.

Par ailleurs, la philosophie du Tao est basée sur le mouvement et le changement continu. C’est pourquoi tout au long de notre vie les besoins de notre corps sont amenés à changer et notre alimentation est susceptible de se modifier.

 

Quelles sont les recommandations alimentaires en fonction des saisons ?

Soulignons justement que pour profiter des influences liées à une saison ou pour les corriger, on peut accentuer certaines saveurs et mettre en valeur les vertus thermiques des aliments.

Le printemps est une bonne période pour manger des plats à base de légumes (notamment légumes verts), de céréales et de germes.
L’été qui est dominé par la chaleur est le moment de faire une plus grande part aux aliments frais (crudités, salades, fruits, légumes méditerranéens), sans pour autant consommer à outrance des aliments et boissons glacés, qui créent un choc thermique dans le corps (rappelons que le corps a une température d’environ 36 degrés). C’est pourquoi boire des tisanes chaudes est très hydratant en été !
En Automne, des aliments tièdes (épices, patate douce, aliments piquants) prendront plus de place pour permettre de renforcer l’immunité et en Hiver on pourra accentuer davantage les aliments chauds (épices fortes, chataîgnes, avoine, voire du gibier pour les non végétariens) pour chasser le froid, en prenant le soin de les accompagner d’une petite part d’aliments frais (algues par exemple).

Les aliments doux (légumineuses, pommes de terre, noix…) pourront être consommés toute l’année et plus particulièrement entre chaque saison.

À adapter bien sûr en fonction des aliments disponibles à chaque saison selon sa région. Rappelons nous que nous trouvons dans les régions où nous habitons les aliments dont nous avons besoin selon la saison en cours.

 

Comment adapter l’alimentation à son profil ?

Tout comme en Ayurvéda, nous sommes tous constitués des 5 éléments (en ayurvéda il s’agit de 3 doshas), avec parfois un ou plusieurs éléments qui dominent. Par ailleurs, au cours de notre vie nous expérimentons différents déséquilibres qui sont propres à chacun.

Pour en savoir plus sur l’alimentation selon les 5 éléments, vous pouvez vous procurer le livre que j’ai cité, qui fournira plein d’informations générales intéressantes ainsi qu’un tableau des aliments par éléments et par effet thermique.

Sinon, la meilleure façon d’avoir une alimentation adaptée à soi, notamment si vous souhaitez résoudre un problème spécifique (troubles physiques, psychologiques, régulation de poids), est de consulter un thérapeute en diététique chinoise, ou bien un praticien de médecine chinoise, qui pourra vous faire une évaluation énergétique et des recommandations plus ciblées.

Pour terminer, il est important de retenir qu’il faut toujours être à l’écoute de son corps, surtout lorsque l’on teste différentes manières de s’alimenter. De plus, une alimentation équilibrée sera d’autant plus efficace si l’on pratique de l’exercice physique, que l’on se repose et réduit le stress !

Voir aussi : Les 10 règles de base de la diététique chinoise.

***

Et toi, quelle approche alimentaire te correspond le plus ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *