Que faire dans les Combrailles ? 5 activités de pleine nature

Grande voyageuse que je suis, je connais finalement peu les beautés de mon propre pays. En Octobre, j’ai été invitée en Auvergne, une région où je n’avais jamais mis les pieds et dans un coin dont je n’avais jamais entendu parler : les Combrailles. Ce fut une très belle surprise : pleine nature, déconnexion et air pur garantis.

Pour vous resituer (parce que j’étais moi-même un peu égarée), les Combrailles sont un territoire du Puy-de-Dôme, au milieu de la France juste à l’Ouest de Clermont Ferrand.

De petits villages et beaucoup de nature avec de nombreux espaces protégés et un paysage marqué par le relief des volcans de la chaîne des Puys (dont le célébrissime des bouteilles d’eau Volvic). J’y ai passé 3 jours en immersion totale et confirme que c’est un lieu idéal pour se ressourcer et s’adonner à de nombreuses activités en pleine nature. En voici 5 qui me paraissent incontournables.

 

1. La Randonnée pédestre

Les Combrailles sont une terre de randonnée par excellence et il y en a pour tous les niveaux et tous les goûts : des sentiers au bord de l’eau, en pleine forêt, sur les volcans, allant de la promenade d’une heure à la randonnée une journée entière. Pour les plus aventuriers, il est également possible d’organiser une randonnée de plusieurs jours auprès de l’office de tourisme, qui assure le transfert des affaires dans les hébergements locaux. Je trouve que c’est un excellent moyen de visiter la région, au cœur de la nature et au rythme de ses pas…

20161016-nature-018

Des fiches à l’unité sont disponibles à l’office de tourisme indiquant pour chaque sentier le niveau, la durée du parcours et plein d’autres informations pratiques.

 

Lors de mon séjour, je suis allée faire une promenade de 2h autour du Gour de Tazenat, entre forêt et plaine de campagne offrant une belle vue de la chaîne des Puys. C’est un lac de cratère de 700m de diamètre et d’une profondeur de 90m. Sa particularité est qu’il est issu de la rencontre entre la lave en fusion et une nappe d’eau. Mais mes connaissances scientifiques s’arrêtent là 😉

Il y a un superbe point de vue en hauteur, qui s’est avéré être l’endroit parfait pour mon petit pique-nique préparé avec soin par mon hébergeuse, dont je vous parlerai très vite !

20161016-combrailles-028

20161016-combrailles-023

Si j’avais eu plus de temps je me serais bien laissée tenter par une randonnée un peu plus difficile et sur une journée entière, histoire de me retrouver seule au monde.

2. Le VTT

Qui dit sentiers, dit également vélo. Certains parcours de randonnée sont accessibles à VTT, mais alors attention : ce n’est pas de tout repos ! Le territoire est tout sauf plat et homogène, donc il faut avoir les cuisses solides. 2h à VTT ont été bien suffisantes pour moi, et j’avoue sans honte avoir dû descendre à plusieurs reprises dans les montées (même petites). J’ai finalement décidé que je n’étais pas très fan du VTT et que je préfère m’en tenir à la marche.

D’ailleurs, c’est à pied que j’ai atteint le “Paradis de Queuille”, belvédère permettant de profiter d’une vue dégagée sur le méandre du même nom : la boucle formée par la rivière Sioule. Selon la fiche patrimoine « Queuille / Excursion au Paradis », autrefois la presqu’île était habitée par des paysans qui profitaient de la terre fertilisée par la montée fréquente des crues. Vivant dans la brume, ils ont nommé “Paradis” la colline en face exposée au soleil. Avec la construction du barrage, les conditions de vie ont changé et les paysans ont petit à petit déserté les lieux, favorisant le retour de la forêt. Aujourd’hui, plus aucune trace d’agriculture et le méandre et la vallée sont des sites classés en ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Floristique et Faunistique) et en Zone Natura 2000.

20161015-nature-013

 

Pour en revenir au VTT, si vous êtes adeptes sachez qu’un circuit de plus de 300km est en train d’être mis en place !

 

3. L’équitation

Mon coup de cœur restera la balade à cheval, parce que c’est une activité que j’adore et qui m’a beaucoup manqué. Quand j’y pense, la dernière fois que je suis montée à cheval, c’était au Québec en plein hiver. Galoper dans la neige, ça c’était une expérience hors du commun.

3 ans plus tard donc (que le temps passe vite, ça me rend folle !), me revoici en selle, non sur la neige mais sous la pluie. Mais même trempée, j’avais un grand sourire collé au visage de retrouver ces sensations si uniques et de découvrir la belle forêt domaniale de la Chartreuse. J’ai été accueillie et guidée par Isabelle, des écuries de la ferme d’Ambur, qui a été adorable avec moi. J’ai pu faire une seconde balade deux jours plus tard lorsque le temps était bien meilleur, me permettant d’admirer les paysages alentours qui m’étaient invisibles auparavant.

20161016-nature-OT-002

Crédit photo : Marie Lepissier

 

Comme pour les activités précédentes, il est possible d’organiser des randonnées à cheval sur plusieurs jours.

 

4. Les activités nautiques

Changement de décors, on part dans la vallée, destination : le lac des Fades-Besserve pour une balade en bateau. Au petit matin, la brume a du mal à se lever et donne un charme particulier au lac lorsque le soleil est de la partie. En octobre, les températures sont fraîches, pour ne pas dire froides, mais le soleil réchauffe dans les moments de pause.

L’été, le lac accueille des activités nautiques, comme la baignade et le ski nautique. Étant hors saison, seuls quelques pêcheurs étaient présents, et le silence était apaisant.

20161015-nature-009

 

Au bout du lac, on arrive au barrage hydraulique avec en arrière plan, une superbe vue du viaduc des Fades. Construit par 800 ouvriers pendant 8 années au début du 20ème siècle, ce viaduc possède 2 piles d’une hauteur de 92m – les plus hautes piles de pont en maçonnerie traditionnelle jamais construites – et atteint au total la hauteur de 132,50m, ce qui en fait l’un des plus haut viaducs au monde. Exploité par la SNCF, il permettait de traverser la vallée de la Sioule mais la baisse de la fréquence des trains et les coûts d’entretien entraîne l’arrêt de la ligne en 2007. Aujourd’hui, la préoccupation majeure est de sauvegarder cet ouvrage, inscrit au titre des monuments historiques.

20161015-nature-010

 

5. Le géo caching

J’ai entendu parler du géocaching pour la première fois sur le blog de Clémentine, mais n’en n’avais encore jamais fait l’expérience. Le principe : une chasse au trésor nouvelle génération consistant à trouver des caches dissimulées partout dans le monde ! Un excellent moyen pour jouer à l’aventurier (et ce n’est pas que pour les enfants 😉 ), (re)découvrir des lieux naturels, culturels ou insolites, mais également faire une visite originale hors des sentiers battus. De quoi offrir un nouveau regard, même sur un endroit que l’on connait.

20161014-nature-004

 

Le principe est de découvrir les coordonnées GPS du trésor, accessible directement dans une cache ou après avoir fait un parcours “multicache” dévoilant des indices au fur et à mesure. Pour cela, il faut s’inscrire sur le site ou télécharger l’application sur son smartphone. Ce qui est chouette, c’est que tout le monde peut créer son parcours et faire découvrir un trésor (et apparemment certains sont vraiment addicts à ce jeu, et il existe des événements de rencontre, des randonnées “caches”, des caches en nocturne…).

Dans les Combrailles, cette activité peut se pratiquer en version numérique ou papier. Je suis partie en mission dans le village de Herment, mais sous la pluie je n’ai pas pu en profiter pleinement. J’ai tout de même pu m’abriter dans les églises, notamment la collégiale Notre-Dame qui a la particularité d’être une église où l’on descend une fois les portes franchies. J’ai aussi pu savoir quel était le trésor : – Spoiler – un véritable trésor de 48 pièces d’or du 14ème siècle découvert par hasard en 2001. C’est le genre d’information que l’on retient plus facilement par le biais d’une activité ludique que par la lecture d’un guide.

20161014-nature-005

Promenade des murs à Hermont, sous la pluie

 

Les Combrailles est un territoire méconnu mais plein de richesses naturelles préservées et de produits locaux de qualité, que je vous encourage à découvrir !

Et si après toutes ces activités vous voulez un temps de repos et un bon repas, il y a un petit spa avec jacuzzi en plein air à Châteauneuf-les-Bains, avec une vue sur la forêt et la rivière, et la meilleure adresse pour un repas gourmand est la Ferme de Chadet, une maison d’hôte qui propose des plats délicieux et copieux, avec bien sûr la possibilité d’avoir un menu végétarien !

20161015-nature-015

 

Pour dormir, pourquoi ne pas tenter l’expérience de l’hébergement insolite ? Rendez-vous dans un prochain article !

 

Vous trouverez toutes les informations des organismes cités dans l’article sur leurs sites, et j’en profite pour les remercier chaleureusement pour leur accueil et leur gentillesse.

Office de Tourisme des Combrailles Les écuries d’Ambur Base nautique du Pont du Bouchet, ski motonautisme des Fades-Besserves La Ferme de Chadet – Station thermale de Chateauneuf-les-Bains.

***

Et toi, quel coin recommandes-tu en Auvergne ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *