Petits colibris : Agir pour sa cause

Avoir une cause n’est pas facile. Lorsque l’on prend conscience de certaines choses et que l’on décide de passer à l’action, on est souvent confronté au regard des autres et aux aberrations de la société. Des causes, il y en a plein, et je n’estime pas qu’une vaut mieux qu’une autre. Mais forcément la cause que l’on soutient à une place très importante et on aimerait que tout le monde la comprenne.

 

Ma cause à moi c’est la protection de l’environnement, et ça me tient vraiment à cœur. Pas juste parce que je veux sauver les arbres, les océans et les tigres, mais tout simplement parce que c’est vital. On est des milliers à partager la même maison, le même oxygène, la même eau, et les mêmes terres. C’est aussi une cause humaine, à grande échelle. A mes yeux, les choses sont limpides, il FAUT agir, toute action est utile et chacun d’entre nous à son rôle  jouer.

Mirror Lake Nouvelle ZélandeMatheson Lake – Nouvelle Zélande

Doutes, questions et portes de sorties

Mais il y a des jours, où je me dis “A quoi bon ?”.  Je porte un message que certains ne veulent pas entendre, je me heurte à l’indifférence d’autres, et je dois souvent me justifier et argumenter. J’essaye d’adapter mon quotidien dans un monde qui nous dicte un modèle que je ne veux pas suivre mais que le plus grand nombre accepte.

Pourquoi se battre s’il y a tant de sourdes oreilles et si même notre entourage s’en fiche ? Pourquoi s’entêter à aller à contre-courant, alors qu’il serait plus simple de juste se laisser aller ? Pourquoi se compliquer la vie ? Je me pose souvent ces questions. Encore la semaine dernière je me sentais impuissante lors d’une discussion entre amis.

Mais rien à faire, je m’accroche. Je ne peux tout simplement pas me résigner. Je me suis aventurée sur la route du vivre autrement et je ne veux pas faire demi-tour.

Hukka Falls Nouvelle ZélandeHuka falls – Nouvelle Zélande

Dans les moments de doute, où je me sens infiniment petite face à l’ampleur des dégâts, je me rappelle cette petite légende amérindienne, qui me redonne du courage, et de l’espoir (oui, j’aime les petites fables 😉 )

« Un jour, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux, terrifiés et atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, faisant des allers-retours entre une mare et les arbres en feu, au dessus desquels il lâchait quelques gouttes avec son bec.

Après un moment, les autres animaux lui disent : “Eh petit colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !”

Et le colibri répondit : « Je le sais bien, mais je fais ma part. »

Colibris

Voilà. L’action individuelle peut sembler inutile, mais si chacun se bouge et que l’action devient collective, on peut soulever des montagnes (ou éteindre un incendie) !

 

Ne soyons plus des moutons, choisissons la vie que nous voulons mener

J’attache une importance particulière au mot collectif, parce qu’il y a une vraie différence entre beaucoup de personnes qui agissent individuellement en changeant leurs comportements (ce qui est un bon début, j’en suis là moi-même) et beaucoup de personnes qui agissent ensemble.

C’est une différence que j’ai vraiment comprise il y a quelques jours lorsque je suis tombée sur cette vidéo d’Annie Léonard, intitulée « Change », suite à mes recherches pour mon article sur la fabrication des produits.

Certes, on a une part de responsabilité en tant que consommateurs car par nos choix nous soutenons tel ou tel modèle, produit, entreprise, procédé de fabrication etc. C’est un début nécessaire.

Mais pas suffisant, car pour réellement faire bouger les choses il faut aussi proposer des alternatives, se regrouper, s’éduquer, se mobiliser, monter des projets, les financer, dénoncer les réalités, soutenir des actions, partager nos astuces, faire des choses soi-même.

Bref, offrir des solutions pour permettre à tout le monde de faire son bout et changer le problème à sa racine. Car parmi les personnes inactives, il n’y a pas que des indifférents. Il y a aussi des personnes qui ne savent pas, qui n’ont pas le courage ou qui n’ont pas de repères pour commencer.

C’est comme une montagne à gravir: ça demande des efforts mais la satisfaction à l’arrivée en vaut la peine! Alors comme dirait ma sœur, mets tes chaussures et grimpe !

Tongariri Nouvelle ZélandeVue du haut du Mont Tongariro – Nouvelle Zélande

 

Je suis profondément convaincue qu’on peut tous faire quelque chose à notre échelle. On peut tous devenir un petit colibri. Et par « colibri » je ne fais pas seulement référence à la petite légende, mais aussi au mouvement des colibris créé sous l’impulsion de Pierre Rabhi, véritable icône de l’humanisme et de l’agroécologie. Ce site regorge de ressources pour comprendre les tenants d’un nouveau modèle, des fiches pratiques pour agir, un web-magazine, mais aussi un forum, un réseau de colibris partout dans le monde, des projets accessibles et des événements. De quoi s’inspirer et se motiver !

Et puis tant que vous y êtes, faites aussi un tour sur le blog de Pierre Rabhi, il y a plein de bonne sagesse à y trouver ;).

logo ColibrisRendez-vous sur www.colibris-lemouvement.org

 

Quand je vois tout ça, je suis plus que jamais déterminée à faire avancer les choses moi aussi, et de passer à l’étape suivante. Ce blog fait partie de cette démarche, en partageant ce que j’apprends, les initiatives que je rencontre en chemin et toutes les ressources qui peuvent pousser à l’action et j’espère que vous y trouverez de l’inspiration !

N’hésitez d’ailleurs pas à me questionner sur des sujets qui vous intéressent, je me ferai un plaisir de les traiter !

***

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait (Mark Twain).

Et toi, te sens tu prêt à faire bouger le monde ?

 

NB: La première photo de cet article a été prise à Shark Bay en Australie, un des rares endroits au monde à encore abriter des stromatolithes en développement actif. Un stromatolithe est une roche calcaire bio-construite par des communautés bactériennes qui existent depuis plus de 3,5 milliards d’années et qui ont certainement contribué à la création de notre atmosphère et la couche d’ozone qui ont permis le développement de la vie terrestre et océanique. Cliquez ici pour en savoir plus!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *