Calakmul: Hors des sentiers battus, au coeur de la jungle

Même si depuis le mois de Septembre je n’ai pas beaucoup bougé de ma petite île de Cozumel, j’ai tout de même traversé quelques fois. Après une première visite des terres en Octobre dernier, je suis ressortie pour faire un petit parcours un peu différent, pour aller voir les vestiges d’une ancienne citée Maya, cachée au fin fond de la Jungle…

 

A la recherche d’un tourisme différent

Non pas que les parcours touristiques connus n’aient pas d’intérêt pour moi, j’aime aller explorer quelque chose de différent.
Tout d’abord parce que je n’aime pas la foule. Se retrouver à visiter des ruines avec 2000 autres personnes fait perdre un peu de la magie au site. Aujourd’hui, le tourisme se développe de plus en plus et il est parfois difficile de visiter certains endroits en toute tranquilité. D’autant plus que plus il y a de monde, plus le site va se dégrader. Comme le célèbre Machu Pichu par exemple !

Calakmul 4

 

Ensuite, parce que j’essaye de me tourner vers un tourisme un peu plus alternatif, moins connu, plus isolé et plus authentique car moins « folklorisé ». Vous me connaissez un peu maintenant, je cherche toujours à pousser un peu plus dans le monde du durable, et en matière de tourisme il y de quoi faire !! Pour s’en rendre compte, vous pouvez télécharger la charte des voyageurs élaborée par l’association VVE (Voyageurs et voyagistes eco responsables) ici, qui présente pas moins de 80 points sur lesquels ont peut agir pour rendre notre voyage plus vert ! Plus d’excuses, on peut tous en faire en peu !

alakmul 3

 

Cette fois-ci donc, j’ai décidé de sortir un peu des sentiers battus pour faire une expérience nouvelle. Mais pas que, quitte à faire quelque chose de différent, autant y aller à fond : je camperai et je voyagerai en stop (pas seule, j’étais accompagnée d’un ami ce qui était plus rassurant pour cette première expérience) !

 

Sur la route

Objectif : Calakmul. Ce site archéologique se trouve au milieu de la forêt tropicale des Tierras Bajas, dans l’état de Campeche, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala. Pour s’y rendre, il nous faudra repasser par Tulum et Bacalar, comme lors de mon premier petit road trip dans la région.

Première escale à Coba, afin de visiter ses ruines le matin venu.

Coba 2

 

Au petit matin, surprise : je vois mes premiers crocos, dans la lagune qui longe la route pour accéder au site! C’est que ça bouge pas beaucoup ces bêtes là, si bien que je pensais que c’étaient des faux. Ah non,  il a bougé une patte, il est bien vrai!

Le site de Coba se visite habituellement en vélo, mais se fait très bien à pied donc c’est ce qu’on a privilégié. Les vestiges sont assez chouettes à visiter notamment la pyramide principale, le temple Mohoc Mul qui fait plus de 30 mètres de haut, que l’on peut grimper pour admirer la vue sur la jungle. Coba était une cité maya construite majoritairement à l’époque classique (entre 500 et 900 après JC) et qui faisait environ 70km2; bien sûr on en visite qu’une petite partie.

Coba 3

 

C’est l’un des plus grand sites archéologiques de la péninsule après le célèbre Chichen Itza (que je n’ai toujours pas visité), qui reste tout de même moins fréquenté. Mais bon, il y avait encore trop de monde pour moi, et j’avais hâte d’arriver au cœur du voyage…

Coba

 

Après avoir passé la seconde nuit à Bacalar, pouce en l’air je monte dans mon premier camion de transport et m’installe confortablement sur le petit matelas derrière le conducteur, sur-excitée ! Direction Xpujil, où l’on se renseignerait pour accéder au site. Faut dire que c’est à 60km de la route principale, dans la jungle, et que nous ne sommes pas sûr d’y trouver des rides…

stop

 

Que nenni, à l’entrée du site on nous indique qu’il y a un terrain de camping à 7 km. En marchant, cela nous mettrait une bonne heure et demi, allez c’est parti ! Il n’aura pas fallu longtemps pour qu’un pick up nous prenne en route…

Je découvre un terrain de camping assez rustique, avec des poubelles de tri (oui, je fais une fixette sur les poubelles, sachant que les poubelles de tri, ça ne coure pas les rues ici !!), des douches à l’eau de pluie, des toilettes sèches et pas d’électricité. Parfait. Et pour ne rien gâcher, de petits singes hurleurs se baladent au dessus de ma tête.

camping 2

 

Le site magique de Calakmul

L’ambiance de la jungle commence à m’enchanter… Et la première voiture qui passe sera pour nous! C’est dimanche et donc pas mal de locaux vont passer un moment aux ruines, car c’est gratuit pour eux.

Et c’est loin, très loin! Mais qu’est-ce que ça vaut le coup !

Les vestiges de cette ancienne citée Maya s’étendent sur plus de 70km2, et compte plus de 6000 structures, enfouies au cœur de la jungle. C’est l’une des plus anciennes et plus puissantes citées mayas de la région, habitée pendant près d’un millénaire par environ 50 000 personnes, et qui fut la principale rivale de la cité Tikal, située au Guatemala, juste de l’autre côté de la frontière.

Calakmul 7

 

Le site est en plein milieu de la réserve de biosphère classée à l’Unesco en 1993, qui s’étend sur pas moins de 180 000 km2, et est encore très peu fréquenté par les touristes.

La partie visitable fait environ 2km2, avec des chemins assez basiques, et beaucoup, beaucoup de ruines, dont de nombreux temples que l’on peut grimper, de magnifiques stèles et trois grandes pyramides offrant une superbe vue sur le site et la biosphère. La plus grande fait plus de 45m de haut, l’une des plus hautes de la civilisation Maya. On se sent tout petit là haut !

Calakmul 9

Calakmul 10
J’en profite pour faire quelques méditations, car c’est la pleine lune et être dans un endroit aussi gorgé d’histoire et de spiritualité pour ce moment, c’est juste parfait. Je m’offre donc quelques instants de connexion…

alakmul 6

 

Bilan : Un immense terrain, très peu de visiteurs, des vestiges magnifiques, une végétation impressionnante, avec des arbres poussant sur les ruines, des racines de fou, une jungle à perte de vue, mais aussi de nombreux singes araignée que j’ai pu longuement admirer se balancer de branche en branche de façon super gracieuse et habile, et quelques toucans que j’ai pu apercevoir de loin. Juste magique.

Ajoutons la tranquillité d’un terrain de camping (enfin, il y a eu un peu de boucan des singes hurleurs la seconde nuit, qui font un bruit de monstre affamé), une pleine lune magnifique, un feu de camp avec un groupe de jeunes qui nous a gentiment ramené du site, j’ai juste surkiffé !

Calakmu 8

 

Seul petit sursaut, un serpent bien coloré devant ma tente au réveil qui avait l’apparence du dangereux coralillo. Au final je ne saurais jamais si c’était vraiment le serpent mortel (je crois que oui) ou son cousin inoffensif qui lui ressemble, mais je faisais pas la fière.

Pouces levés, nous repartons pour Cozumel, en faisant escale à Chetumal, une ville portuaire sans grand intérêt mais où on mangera les empanadas les moins chères du monde (7 pesos la pièce, soit moins de 5 centimes d’euros) en profitant des histoires d’un grand père, et Tulum ou on passera 24 heures avec nos derniers « chauffeurs » avec qui on ira piquer une tête dans un cenote.

 

Calakmul 5

 

Pour plus d’informations pratiques sur le site, je vous renvoie vers le blog Découverte Monde.

 ***

Au total : une quinzaine de rides, des étoiles plein les yeux et une experience hors du commun !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *