L’alimentation selon l’Ayurveda – Interview de Cécile

Pour bien démarrer le printemps, qui ceci dit a déjà démarré depuis un moment ^^, je voulais partager avec vous des informations sur un sujet qui prend de plus en plus d’importance : l’alimentation ! Il existe une multitude d’approches et ce n’est clairement pas évident de s’y retrouver. Alors quoi de mieux que d’investiguer ? Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir d’accueillir Cécile, du Palais Savant, qui répond à mes questions à propos de l’Ayurvéda.

 

J’ai connu Cécile sur la toile, au hasard d’un article qui m’a tout de suite fait adorer son blog Le Palais Savant, qui partage de précieuses informations sur l’Ayurvéda, l’écologie et le bien-être. Je me retrouvais beaucoup dans ses articles qu’ j’ai découverts lorsque j’étais au Mexique. D’ailleurs, j’ai appris plus tard que Cécile était à moitié mexicaine. Le monde est petit !

À mon retour, alors que je venais de faire un stage en naturopathie avec Irène Grosjean et que je testais l’alimentation vivante, je n’étais pas certaines des bons choix alimentaires pour moi. Je lisais plein d’avis contradictoires sur la bonne manière de s’alimenter et j’étais un peu perdue. Je n’étais plus tellement sûre que le “cru” était vraiment fait pour moi et au fil des conversations je me suis décidée à consulter Cécile pour avoir son avis sur la question. J’avais entendu parler de l’Ayurvéda et de la diététique chinoise et je souhaitais en savoir plus. Effectivement, j’ai appris que le cru n’était pas l’alimentation idéale pour ma constitution.

Cela m’est donc paru comme une évidence de vous faire découvrir cette médecine ancestrale, qui intéresse d’ailleurs beaucoup les naturopathes !

 

Peux-tu nous expliquer rapidement ce qu’est l’Ayurveda et pourquoi tu as choisi de l’enseigner ?

L’Ayurveda est la plus vieille médecine du monde, c’est la grand-mère de toutes les médecines ! Et elle est super sage. Elle est 100% naturelle, elle nous apprend à comprendre le monde qui nous entoure (par exemple : que la journée est divisée en différents quartiers avec chacun une énergie différente) et à nous connaitre nous-mêmes (si vous avez besoin de dormir 10 heures par nuit ou juste 6h, il y a une raison !).

Ayu veut dire vie et veda connaissance. Ça nous apprend à connaitre et comprendre cette vie, notre vie ! C’est pour ça que je l’enseigne, c’est passionnant à un point qui me garde constamment captivée. Et c’est déculpabilisant. Quand je comprends pourquoi je fonctionne comme ça, je peux arrêter de me juger et me comparer aux autres, je peux faire au mieux pour moi-même !

Il y a des massages ayurvédiques aussi mais moi je me spécialise surtout sur l’alimentation, les habitudes et la psychologie ayurvédique.

img_20170103_103523_891

 

Quels sont les traits dominants des 3 doshas ?

L’Ayurveda nous explique qu’il y a 3 énergies dans le monde : Kapha (la terre), Pitta (le feu) et Vata (l’air). On a tous des qualités et des défauts qui ont la qualité de la terre (stabilité, ancrage, lourdeur, inertie), qui ont la qualité du feu (passion, compétition, colère) et du vent (émotivité, créativité, irrégularité).

Là où ça devient super intéressant c’est que chacun va avoir des proportions différentes de ces trois énergies selon :
1. Ses parents,
2. La vie de notre mère pendant les 9 mois de la grossesse,
3. L’environnement du lieu où on est né.

Mon copain par exemple a beaucoup de Kapha, la terre, en lui. Cet ancrage fait qu’il dort beaucoup, un sommeil profond, une présence posée, mais aussi pas mal de problèmes dans la sphère ORL (Kapha c’est tout ce qui est lié à un excès de mucus).

Moi je suis Vata – Kapha par exemple, j’ai les qualités/défauts de la terre mais qui se mélangent à l’air, donc je suis très lourde par certains aspects (je dors beaucoup et profondément par exemple) mais j’ai aussi de l’air qui s’exprime (je suis très émotive, je passe du rire aux larmes dans la même phrase, je suis sensible).

On a tous les 3 énergies mais dans quelles proportions ? Et comment ça nous fait manger différemment, dormir différemment, ressentir différemment ?

Une image super utile c’est celle de l’arbre : Kapha c’est la symbolique des racines, Pitta du tronc et Vata des branches.

img_20170307_212548_504

 

D’après l’Ayurveda, on est déséquilibré quand on ne connait pas sa proportion d’énergies initiales et on se pousse à être quelqu’un qu’on n’est pas. Et c’est aussi quand on se déconnecte des cycles de la nature.

Par exemple, les humains, nous avons une vue de nuit qui n’est pas terrible. Ancestralement, on vivait et chassait et mangeait le jour. Parce que la nuit, on n’est pas les plus doués ! Donc notre système digestif s’est formé de façon à être fort et actif quand il fait jour. De nuit, on n’allait pas manger et être vulnérable à une attaque d’un prédateur. Hors, de nos jours, on mange la plus grande quantité de nos calories le soir. Quand le soleil s’est couché. Quand notre corps ralentit. Du coup, un changement tout simple mais tellement fort, c’est de dîner plus tôt et plus léger. Le plus près possible du coucher du soleil.
Et ce n’est pas facile ! Parce qu’on se retrouve, parce qu’on décompresse de la journée. Mais plus on dîne tard (l’idéal c’est 18:30 – 19:30) moins on digère son repas avant d’aller dormir et du coup, plus il pèse sur nous pendant la nuit, altérant la qualité de notre sommeil.
Notre sommeil n’est pas récupérateur, notre dîner n’est pas totalement digéré, ça change comment on se réveille et comment on vit toute sa journée.

Comprendre le cosmos, son espèce, sa famille, ses rythmes, ça aussi c’est l’Ayurveda.

 

Est-ce que tous les régimes alimentaires (omnivore, végétarien, végane, crudivore, sans gluten etc.) sont adaptés à tous ?

D’après l’Ayurveda il n’y a pas UNE alimentation bonne pour tous. Et c’est difficile à accepter parce qu’on a du mal à laisser chacun faire « son truc ». Bien sûr, on est d’accord sur une alimentation principalement végétale, brute (on achète les légumes et on les cuisine à la maison).

Mais pour une personne qui vit dans un pays chaud, une alimentation crue rafraîchira son corps et son esprit, ce sera un bonheur ! Pour un français qui vit l’automne et l’hiver, les aliments cuits doivent être conservés jusqu’au début des jours chauds.

Parfois on réalise qu’on vit mieux, qu’on est moins ballonné sans manger de gluten ou de légumineuses ou de produits laitiers.
Premièrement, c’est super d’écouter son corps, continuez à développer cette conversation où vous vous faites confiance !
Mais aussi, écoutez votre feu digestif. Ça veut dire quoi ? Si on élimine toutes les choses qu’on ne digère pas mais qu’on a des habitudes de prise de repas déconnectées des cycles, on réduit et on réduit son feu digestif. On risque de ne rien assimiler proprement à la fin. À la place, renforcez votre feu digestif et vous pourrez plus digérer de choses et faire des exceptions sans en souffrir. Une règle primordiale : le repas le plus complet est celui du milieu de la journée ! Pas le soir. Pas le matin.

 

Quelles sont les recommandations alimentaires en fonction des saisons ?

L’hiver est froid et sec, on mange chaud (cuit) et gras (patates douces, huiles, plats en sauce). On est censés prendre 2 à 3 kilos en hiver !

Au printemps, c’est froid et humide (vous avez déjà remarqué que c’est la saison des pluies ?) donc des aliments sec (on réduit les gros plats en sauce qu’on mangeait l’hiver) et on alterne cuit et cru (on rajoute de la roquette, des pousses, des salades).

En été c’est chaud et humide, donc on mange plutôt cru et on évacue la chaleur que le corps accumule. Par exemple avec des pastèques, des pommes et des grenades. On est censés perdre les 2-3 kilos !

En automne, c’est soit comme l’été puis quand ça se rafraîchit, on suit les lignes de l’hiver.


Comment connaître sa constitution ayurvédique et l’alimentation adaptée à son profil ?

Je vous conseille mon DVD « Yoga & Ayurveda », vous y trouverez des pratiques de yoga de 20 minutes à une heure, accessibles à tous, une méditation et des ateliers ayurvédiques pour en apprendre davantage. C’est vraiment une belle ressource pour découvrir ou approfondir ces connaissances et apprendre à s’aimer.

Vous pouvez aussi prendre RDV avec un thérapeute ayurvédique si vous voulez continuer encore plus loin dans cette aventure et être soutenu dans cette réorganisation de votre vie. Jamais dans le jugement, toujours pour le meilleur !

img_20160922_171158

 

Personnellement, je trouve l’Ayurvéda passionnante ! J’apporte une dernière précision : Cécile vit actuellement à Toulouse où elle donne des cours de yoga ouverts à tous et propose des ateliers et retraites ponctuelles dans toute la France. Toutes les informations sont disponibles sur son site.

J’ai par ailleurs vu son DVD, il est top pour comprendre l’ayurvéda et avoir de petits exercices de Yoga !

Note : Toutes les photos sont la propriété de Cécile Doherty Bigara

***

Et toi, tu connais l’Ayurvéda ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *